Kvelertak - Nattesferd

Kvelertak - "Nattesferd"
Kvelertak - Nattesferd (chronique)

Est-ce que les surdoués norvégiens de Kvelertak auraient déjà fini de nous mettre des branlées au bout de trois albums ?

La réponse à cette question est plus douloureuse qu'il n'y paraît et très subjective, forcément.

Je passe sous silence les crânes de puce qui penseront, encore, que le combo fait de la zic pour midinettes glam. Oui y'en a. Et je leur conseillerai plein d'autres choses comme d'aller se faire foutre.

 

Le Kvelertak, troisième du nom, démarre de façon très traditionnelle en fait. La recette est éprouvée, hyper carrée et rythmiquement mortelle. Bâillement pour les fans, dont je fais partie, malgré le bellicisme évident de la chose.

De plus, les Nordiques paient encore leur tribut au rock hard des 80's, bien plus qu'au BM d'ailleurs, dont ils n'avaient guère que quelques atours à leurs débuts. Cela devrait séduire... Bon, Van Halen m'a toujours gonflé ("1985").

Complexes et d'apparence foutraques, les compos le demeurent aussi, menées par une basse et une batterie d'une justesse impressionnante.

Pourtant, le combo semble blasé par sa propre formule gagnante. La spontanéité s'est effacée au profit d'un professionnalisme quelque peu... casse burne.

C'est trompeur, je pense, car Kvelertak brasse toujours autant d'idées à la minute en s’affranchissant de ses propres codes. Bon il reste aussi du punk tout de même hein ("Bronsegud").

Alors, je me fais un film probablement. Le propre de tout chroniqueur amateur en fait. Les pros, étant payés pour ça, sont des grognasses de toute façon.

 

Cependant j'ai eu du mal à rédiger cette bafouille alors que pour les premiers coups de masse du combo, j'étais en écriture automatique.

La raison en est simple. Nattesferd est moins immédiat et moins énergisant. Des morceaux comme "Ondskapens Galakse" et "Heksebrann" remportent même la palme des titres « putain suis pas loin de la déprime », laissant l'auditeur assez désemparé.

 

Me fous de savoir si c'est le manque de coke, les déceptions amoureuses ou le temps pourri mais j'aimerais retrouver le Kvelertak que j'ai adoré. Et pas simplement un « bon groupe ».

Je sais, ils s'en foutent, moi suis devant mon PC et eux suent sang et eau sur les planches.

Mais ça n'empêche pas de grogner.

photo de Crom-Cruach
le 27/06/2016

3 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 27/06/2016 à 12:27:12

Du coup tu m'as donné envie de chroniquer du Van Halen :P

furia

furia le 29/06/2016 à 09:59:36

Sérieusement je me suis fait ch.... sur cette album je reste sur les précédent et pour ma part "MEIR" reste la galette référence de Kvelertak .

pidji

pidji le 29/06/2016 à 11:07:21

je suis un peu de ton avis furia, ce nouvel album ne m'a pas du tout inspiré

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme

CD album CD album

Acheter Kvelertak Nattesferd sur Amazon

Tracklist

1. Dendrofil for Yggdrasil 5:40
2. 1985 5:33
3. Nattesferd 5:03
4. Svartmesse 3:34
5. Bronsegud (SSQ) 2:57
6. Ondskapens Galakse 5:33
7. Berserkr 4:54
8. Heksebrann 9:05
9. Nekrodamus 4:47

DANS LA VEINE

Boris - Heavy rocksBoris - Heavy rocks

évènements

  • Loth x Acedia Mundi x Finis Omnium @ Le Cirque Electrique / Paris le 24 novembre 2018
  • Birds in row + Coilguns + KEN mode au Petit Bain à Paris le 29 novembre 2018
  • Tournée française SEEDS OF MARY du 15 septembre au 8 décembre 2018
  • NOTHING au Gibus à Paris le 30 novembre 2018
  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019