La Jungle - Past//Middle-Age//Future

Chronique Vinyle 12" (39:55)

chronique La Jungle - Past//Middle-Age//Future

Troisième opus du duo le plus frénétique du plat pays, Past//Middle-Age//Future a pour vocation d'asseoir, sur disque la réputation scénique de la formation belge. Ceci dit, dépêchez-vous de la découvrir, si la vie d'un groupe dure en moyenne 7 ou 8 ans, ils en sont à la moitié.

 

Dès les premières heures, dans une vie antérieure sous le nom de Petula Clarck, Jim (Matthieu) guitariste épileptique du duo, annonçait la couleur ; la première démo s'appelant Dance on your head (2007)... et l'on comprenait vite que le Math-Rock, ça va bien un moment,... mais putain, où ai-je mis mon groove ?

De cette période, on va retenir l'immédiateté... à l'époque, le duo (hé oui) enregistre quasi en jouant ou inversement. Plug/Play/Record...

Pour Matthieu (Jim donc), on découvre cette façon très personnelle de parler à sa guitare, de lui souffler de la bossa entre les cordes, alors que le Riff perd « patience ». En 2015, Alle Apen Vrij (Tous les singes libres... in vlaamse taal) range ses cahiers de Math, place au rock... Welcome to the Jungle...

 

Avril 2019, Past//Middle-Age//Future sort dans les bacs sous les hospices bienveillantes de quelques maisons de bon goût Rockerill Records (les fidèles), à Tant rêver du roi (la vigie) et Black basset records (les fauchés mais contents). Suite logique de I et II, mais en plus complet, I et II totalisant 10 titres à eux deux, Past//Middle-Age//Future resserre un cran à la ceinture, se débarrasse du pull usé aux coudes, et noue les lacets. Il est vrai que l'on a pu ricaner sur quelques rythmes ivres et quelques nonchalances de manche dans les premiers méfaits. Ici, dès l'intro, on comprend qu'il n'y aura aucun répit pour les branleurs.

 

Jim et Roxie, La Jungle, un duo et surtout 1. Comme une aberration organique, La Jungle existe bel et bien en une entité. Le plaisir de prendre quelques bières entre potes en répét à laisser la place à l'organi(que)sation et la structure. Pour sûr que les kilomètres de concerts auront joué beaucoup pour obtenir un tel résultat. La Jungle aura joué, sué, saigné, déchargé sur 102 concerts en 2019...

2019, l'année des kilomètres, des kilos de sueurs en moins, une reprise fascinante de Léonard Cohen, et un sticker Vus à la télé (de passage à ARTE). Avec Past//Middle-Age//Future, le binôme se livre un peu plus, le titre de l'album, quelques titres de l'album, ce visuel évocateur. C'est que les gaillards n'ont pas leur cerveau en poche, pour preuve le poignant clip de « Helizona » sur leur précédente galette.

 

Comme un phare dans la nuit, « You say Amen, I Say sword » rappelle que ces gens, sont aussi des passionnés de musique, baignés à l'un ou l'autre moment dans la cold-wave comme tout le monde. Comprenez, c'est calme et froid, mais ça ne durera pas. « The Invisible Child » rappelle que le Groove est un mantra primordial pour le binôme. Rappelle que Roxie est l'incarnation de l'obsession et du jusqu'au boutisme.

 

« Hey ha hey ha » a sa bonne petite gueule de single dès l'entame, avant de devenir imparable. «Lost in transition » arrive comme le break bienveillant avant la messe vaudou qui porte « ILTAPEALAIDEDOS », terrifiant, puissant, et salvateur. On monte d'un cran, dans un registre encore plus hypnotique avec l'incisif «  And the Serf caresses the head of his Lord », typiquement rôdé pour éclater toutes les scènes, véritable morceau de bravoure.

 

« The Boring Age », il fallait s'y attendre, les protagonistes sont originaires de Mons (dans le Borinage, région du plat pays) ; restera à jamais comme leur carte de visite. Riffs malins, groove percutant et batterie robotique. « In the Trance » où le plaisir du public, jamais rassasié qui voudrait que la fête ne s'arrête jamais, il faut respirer.

En terminus, « The Knight the Doom » résume toutes les lignes ressenties plus haut. Vous avez sué, ...Dansez maintenant ! Ou plutôt que l'extase explose.

 

photo de Eric D-Toorop
le 02/04/2020

1 COMMENTAIRE

Edouard De paxton

Edouard De paxton le 14/04/2020 à 11:50:48

Ca déboîte! 

Dès la deuxième piste, on entre dans une espèce de transe chamanique et tribale, mais moderne et européenne.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements