Lies - From the ashes of our world

Chronique CD album (40:00)

chronique Lies - From the ashes of our world

10 ans que l'on entend que le Néo-métal est mort.

Et pourtant, ça fait 10 ans qu'il tient le coup. Principalement aux Etats-Unis...mais l'hexagone clairement influencé par la scène outre-Atlantique n'en demeure pas moins prolifique.

Lies, qui fait parti du lot, avait démontré avec son album éponyme de 2010 et son "Fight" avec Lord Nelson sa capacité à exister sur une scène vue comme un mouroir artistique.

 

Ils seront toujours nombreux ceux qui dégueuleront sur le genre. Par conviction, parce qu'ils le faisaient déjà en 1994 et n'aiment tout simplement pas le néo.

D'autre par opportunisme intellectuel : parce qu'il ne faut pas aimé le Néo, genre soit-disant has-been et risible.

 

Lies a en effet des aspects has-been et parfois risibles.

Désolé pour le mec à la réa des clips, mais les images de synthèses un peu moisies et les incrustrations inutiles et lourdes visuellement ne mettent pas en valeur cette mise en scène assez mal jouée (ici et ). Heureusement, les morceaux rattrapent le truc.

D'ailleurs, au delà de la question visuelle, cet album est un régal pour néo-métalleux.

 

Ne cherchez pas la finesse, ni l'originalité. Suffit de se laisser porter par l'album qui découle, déroule à grands coups de riffs puant la bannière étoilée, des effets bien connus mais toujours aussi efficaces.

On peut penser à 2000 groupes (de Marilyn Manson à Spineshank ou Adema etc.), sans finalement pouvoir retirer une chose à Lies : trouver sa personnalité dans ce foutoir néo.

Bien que calibrés : 

-Tubes néo FM : formation/création simple avec refrain 

-Titres Néo avec solo : histoire de poser une ambiance, de démontrer qu'on sait jouer.

-Titres pleurnichards : pour le solo / le chant mélodico-mélodieux-dépressif.

 

Des grosses ficelles qui paradoxalement offrent un résultat plutôt bien, "simple" au 1er abord, mais sacrément réflechi.

L'équilibre trouvé dans la prod' (impeccable) entre les différents protagonistes se retrouve aussi entre les compos et au sein même de chacun des titres...

Même l'accent anglais est plutôt géré. Sans faire trop de détails, les choses sont simples avec Lies.

 

Alors oui. En terme d'inventivité on pourra chercher pendant des heures d'écoute, on pourra continuer à cracher son fiel sur le style : mais, dans le genre, c'est très bien foutu.

J'entends déjà l'exaspération de chacun à l'écoute du titre "Reborn" sur cette page. Mais c'est aussi ça le néo-métal moderne.

Pour l'originalité on repassera, pour l'efficacité on restera.

photo de Tookie
le 16/07/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Your Own Film - 01
Brant Bjork - Somera Sol