S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Marilyn Manson - "Born Villain"

Marilyn Manson - "Born Villain"
chronique Marilyn Manson - Born Villain
3/10 0

écouter "Born Villain"

Acheter Marilyn Manson Born Villain sur Amazon

CD album CD album (59:19)

 

Style musical : 

Gothoplouf

 

Année : 

2012

 

Tracklist :

1. Hey, Cruel World…
3. Pistol Whipped
4. Overneath the Path of Misery
5. Slo-Mo-Tion
6. The Gardener
7. The Flowers of Evil
8. Children of Cain
9. Disengaged
10. Lay Down Your Goddamn Arms
11. Murderers Are Getting Prettier Every Day
12. Born Villain
13. Breaking the Same Old Ground
14. You're So Vain

 

Label : 

Cooking Vinyl
Dans le même style :
Aborym - Shifting.Negative

Oh un nouvel album de Marilyn Manson ! Ça ne vous intéresse pas ? Ah bon.
Hé, mais c'est que j'ai beaucoup écouté ce groupe, à l'adolescence et même après et même maintenant, de temps en temps quand l'envie me prend, hop !, un p 'tit mélancolique Mechanical Animals ou un Antichrist Superstar gentiment haineux, quand ce n'est pas leur meilleur album : le très forain foireux Portrait Of An American Family. Ma foi, ça ne m'est jamais désagréable, je le reconnais... Aïe.
Bon, The Golden Age Of Grotesque, c'était le début de la fin et ça date déjà de... 2003, puté. Le groupe partait en déliquescence. Oui, j'ai dit « groupe ». Marilyn Manson, c'était un groupe. Ce n'est pas Brian Warner. Ne lui en déplaise (ou pas), d'ailleurs. Ce dernier n'est pas, au fait, un grand compositeur. Regardez les crédits sur les jaquettes, bordel ! Pour un morceau signé monsieur Manson, combien de titres sont de la patte de Ramirez, Berkowitz ou même John 5 (je parle pas des paroles, là, bêta) ? Tous ceux-ci partis, le pépère se retrouvait bien seul, avec tous ses problèmes persos en sus (on ne va pas le plaindre, cela dit).
Et donc tout se pète la gueule.
Si le côté R'N'B pseudo Indus bien clinquant de The Golden Age... était assez rigolo, Eat Me, Drink Me était totalement insignifiant, FM à mort, au secours ! Et là je n'ai pas encore évoqué les prestations scéniques juste minables. Groupe en plastique, tout juste digne d'un balluche Meuhtal pour Gotho Pouffes pré-pubères, chant encore moins maîtrisé qu'auparavant (comme quoi il lui était encore possible de régresser) et charisme d'alcoolo perdu sur scène : voilà à quoi en est réduit le « Marilyn Manson Live Band ». Même pas lol.
Alors quand The High End Of Low était sorti, j'avais été touché par cette tentative ratée de rédemption, ces efforts pour sortir un disque honnête, égo-centré et sensible. Si, si, j'vous jure. Les essais limites spoken words sur vieux plans dark Rock bluesy m'avaient semblé être une issue possible à la voie de garage. La voie de la rouille. Il fallait bien qu'il tente autre chose, qu'il sorte des sentiers moultes fois foulés, souillés, ratiboisés, violés. On sentait bien que la voix de Warner était brisée, à l'image de son état de santé général. Trop de dope, trop d'alcool, trop de n'importe quoi, assurément... Un comeback en demi-teinte, mi-figue mi-poire, mi-molle de poivrot, qui laissait malgré tout entrevoir quelques timides espoirs. Et puis, Ramirez était revenu dans la barque esseulée et malmenée. Ça n'empêchait pas le disque de regorger de morceaux génériques interchangeables, calqués sur de sempiternels schémas surannés, mais quelques tentatives un peu osées parvenaient à émouvoir.
Un peu.
 

Et là, je sais bien que je n'ai pas encore écrit un mot sur ce petit dernier Born Villain. Hé, c'est peut-être qu'il n'y a pas grand-chose à en dire. Je parlais émotion, juste avant. J'en ai eu, des émotions, en écoutant ce disque pathétique. Au-delà de la déception se trouve une certaine fascination morbide qui se nourrit de la contemplation de la déchéance. Impression de regarder un accident au ralenti. Oui, constater la déchéance de quelque chose qu'on a aimé et qui se se délite totalement dans la vacuité, l'échec.
 

Car ce disque est creux, vide. Raté. Le pseudo Indus ultra-classique règne, les riffs uninotes et inutiles, atones, ne vont nulle part. M. Manson veut nous faire croire qu'il peut encore crier sans tomber dans les pommes. Du coup, il nous ressort sa voix de zombie dans le gras medium, maniérée et surtout impuissante sans un micro dopé à la saturation et aux compresseurs en chaîne. Et encore, malgré la technologie, les concerts qu'il a donné ces dernières années montrent clairement sa triste faiblesse. Sinon, quelques sonorités Fmisées sont encore à la fête, et on note même – crise « d'originalité » ou d'identité ? – un morceau très très très pompé Deftones avec "Lay Down Your Goddamn Arms"... qui tombe à plat. Qu'est-ce que ça vient foutre là, franchement ? Avorton d'animal méchanique, on avait bien saisi, mais bon, merde !
Les essais esquissés avec l'album précédent sont passés à la trappe, laissant deviner qu'il ne s'agissait en fait que d'un malentendu parmi d'autres.
Ce ne seront pas les quelques jeux de mots dénichés ici et là, ou les gimmicks vocaux faciles et irritants, ou encore les quelques vagues bourrinages Dance Metal, qui sauveront ce disque de l'ennui. Aucune surprise, aucun intérêt.
La fin de l'album se veut, en gros, plus sensible et mélancolique. C'est peut-être la partie la moins pire du disque, avec l'amer "Murderers Are Getting Prettier Everyday" qui me contredit (l'est plutôt agressif, ou essaie de l'être, joli solo nimp de Tiwiggy, cela dit...) et le final presque déchirant (pendant trois secondes) de "Breaking The Same Old Ground" (on remarquera un petit mellotron qui rappellera quelques souvenirs).
 

Je me dis que Brian Warner aurait peut-être un petit avenir dans le spoken words s'il se creusait un peu plus la tête, avec un bon lifting de sa musique en détruisant ce qu'il aime (aimait?) le plus. Des titres acoustiques maladifs avec des paroles pas trop connes, par exemple. On remarquera d'ailleurs les inflexions désespérées de nombreuses parties vocales : il en chie, il en chie ! Quelqu'un pourra y trouver un certain charme, une certaine fragilité...
Bref. Peut-être que ça lui ferait du bien de se dévêtir une bonne fois pour toute de son costume poussiéreux et de son maquillage (certes de plus en plus, euh... sobre), qu'il sorte de son rôle, de son personnage étriqué et fatigué. Remarquez, il paraît se contenter d'une nouvelle, hum, « nuance » dans sa soi-disant superbe de Rock-Star : celle de la vraie déchéance, disais-je, du Nouveau Loser.


Mais ce n'est pas à moi de dire ce qu'il devrait faire. Et les Marilyn Manson font bien ce qu'ils veulent, moi, au bout du compte, je m'en cogne, je vous assure.
Tout ce que je peux vous conseiller, c'est d'éviter ce disque si vous ne voulez pas vous faire chier et déprimer comme des Goths perdus en boîte de nuit avec même pas de quoi se payer une bière à 19 euros. Laisse tomber : de toutes façons, les meufs sont laides, grosses et molles, bourrées elles sentent la transpiration, l'urine et l'hygiène intime douteuse. Et les mecs !, ils sont tous plus vieux qu'ils n'aimeraient être et tentent de paraître branchés avec leurs déguisements formatés à la mode du siècle dernier. J'en vois même un qui pleure, seul sur son pouf, à siroter un cocktail dégueu pour essayer de se saouler. Y'a pas si loin, il avait une femme et deux enfants, il ne les voit presque plus depuis le divorce. Ça fait des mois qu'il branche des nanas deux fois plus jeunes, qu'il met un point d'honneur à les décevoir pour se cacher qu’elles le dégoûtent. Il est ruiné et il se rend compte que sa jeunesse a pour toujours disparu et qu'elle n'a jamais été celle qu'il avait rêvée.
Il n'a jamais été celui qu'il avait cru être. Jamais. Là réside le vrai objet de son dégoût : lui-même.
 

Hum.
Bon, on cause de Marilyn Manson, là, hein, faut pas s'enflammer, non plus. Les attentes ne devraient pas être trop hautes. Après tout, il ne s'agit que d'un groupe assez factice, un peu provoc à la zob et si Antichrist Superstar sortait aujourd'hui, j'imagine que je n'en aurais strictement rien à cirer.
Alors bon, un nouvel album nul ne m'empêchera pas de dormir, ça c'est sûr.
Et c'est pas bien glorieux de tirer sur les ambulances, alors arrêtons là.
 

Pin-pon-pin-pon-pin.
Pan !

photo de El Gep
le 13/08/2012

Note des commentateurs : 2/10 (sur 1 votes)

Commentaires

mat(taw)

mat(taw) le 13/08/2012 à 12:27:13

IP : 109.2.75.123

album pourri peut-être (je compte pas l'écouter quoi qu'il arrive) mais ça fait une chronique géniale

cglaume

cglaume le 13/08/2012 à 12:46:32

Non mais le Gepetto est capable de nous pondre de la super chro même sur du matos de folie hein ! :)

Ukhan Kizmiaz

Ukhan Kizmiaz le 13/08/2012 à 14:37:58

IP : 81.243.73.212

ahahahahahahahaha

Ceci dit grosse faute de causer de Goth et de Manson en même temps, ça revient tout le temps...
C'est comme si on disait qu'Aerosmith fait du Rap lorsqu'ils marchent de cette manière avec Run DMC ^^

el gep

Sa note : 2/10

el gep le 13/08/2012 à 17:24:53

Merci de porter un peu d'intérêt à ces vaines chroniques, les loulous.
Si MeuhMeuh n'est pas Goth (pas seulement Goth, mais bon, quand-même...) alors je veux bien me trouer le nez à coup de manche de raquette de ping pong.

mat(taw)

mat(taw) le 13/08/2012 à 17:59:17

IP : 109.2.75.123

et là tu deviendras un émo à plug nasal

Ukhan

Ukhan le 14/08/2012 à 09:09:48

IP : 81.243.73.212

Ben pas plus Goth que Rammstein ^^
Mais bon, il est loin de Virgin Prunes, Coil, Cure, Killing Joke, Deine Laiken, Rozz Williams quand même...
C'est un groupe de Metal/Glam qui a été bien dessiné par Reznor qui ne savait pas quoi faire de ces journées.
Sinon effectivement Mechanical Animals vieillit plutôt bien

CromCruach

CromCruach le 22/08/2012 à 19:26:01

IP : 82.122.66.241

Pas la peine de rajouter un clou dans le cercueil, Manson a grossi du cul et sa musique aussi !
LAMENTABLE

Sumiire

Sumiire le 04/01/2013 à 15:59:29

IP : 78.230.74.129

Moi je trouve que ses musiques sont géniales !!

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Jeux-concours

New Bomb Turks à Paris le 10 juillet 2017 : 2x2 places à gagner !

Dernières news

Chronique au Hasard

Karmakanic - Who's the boss in the factory ?

Évènements

ALESTORM au Transbordeur à Villeurbanne le 18 octobre 2017IGORRR + PRYAPISME au CCO à Villeurbanne le 16 novembre 2017TEXTURES au CCO à Villeurbanne le 12 novembre 2017SASQUATCH + RED IS DEAD + INGLORIOUS BASTARDS au Ferrailleur à Nantes le 24 juillet 2017