Misantropic - Insomnia

Misantropic - "Insomnia"
chronique Misantropic - Insomnia

Misantropic est né fin 2007, des cendres des très bons Personkrets 3.1 à Umeå (Suède), un creuset, depuis de nombreuses années, de groupes de Hardcore de qualité comme Refused, Final Exit ou Massgrav.

Après qu'Insomnia fut enregistré en CD sur Halvfabrikat Records (label entre autres de M:40 et d'Anatomi-71), la bande se fait remarquer par Southern Lord pour sortir l'album en LP en 2011.


Les influences reconnues du groupe proviennent principalement des poids lourds de la scène D-Beat/Crust. Doom, Discharge, Hellshock, Antisect et Nausea nourrissent ainsi la rage du quintette. Et il y a bien pire, convenez-en. Pourtant, on pourrait rajouter également au tableau Concrete Sox (pour le côté crossover), Motörhead, High On Fire et d'autres de leurs petits copains aux tifs de gonzesses.

Adieu donc aux inspirations modernes de Personkrets 3.1 et bonjour les racines à la fois oldschool et Metal de Misantropic.

 

Le match de bourrages de pif se déroule en sept rounds et croyez-moi, mieux vaut avoir un protège-dents. D'autant que le micro est tenue par une furie au débit impressionnant. Gerda est en effet une grenade dégoupillée montée sur pattes, un redoutable agent du Chaos ayant passé un pacte avec les seigneurs Xiombarg et Arioch. Les bouffons servant la Loi prennent cher car les demoiselle n'est pas en manque de souffle, loin s'en faut, et il en faut pour suivre la machine de guerre qui la soutient dans son pilonnage verbal.

Le riffing du combo est juste une arme extrêmement soutenue de destruction auditive. Pourtant, les cavalcades effrénées n'hésitent pas à ralentir le rythme pour entonner des quasi mosh parts d'une lourdeur jubilatoire. Les accélérations, elles, sont parfois proches du blast beat aimé des Deatheux. Le Thrash bourbeux n'est pas loin non plus sur des titres comme "Holocaust".

Au rayon des indispensables signalons le morceau "Raise The Gallows", un petit bijou d'agression commençant avec un larsen et une basse monstrueuse. Cette dernière, toujours très présente, débute d'ailleurs l'album avec la batterie, comme le grondement menaçant de quelques monstres. J'adore ce genre d'entrée en matière qui ne laisse place à aucun doute concernant ce qui va bientôt nous péter à la tronche.

La batterie n'hésite pas également à pratiquer la consanguinité Crust/Metal en utilisant parfois la double pédale des familles.

En ce qui concerne les thèmes développés sur l'album, un coup d'œil sur le clip de "Raise The Gallows" devraient amplement vous suffire.

Misantropic nourrit ainsi son D-Beat/Crust d'une bonne dose de Hardcore Metal. Qu'importe, l'essentiel étant de briser les nuques, qu'elles soient rasées, crêteuses ou chevelues. La sauce prend très vite et est à même de contenter les Metalleux mal embouchés, les Raw Punks mal lavés et les Coreux mal intentionnés.

 

Finalement, la baston finit par un K .O. pour l'auditeur.

Mike Tyson n'a qu'à bien se tenir, ces Suédois n'ont pas peur de distribuer les mornifles et de vous croquer les oreilles.

photo de Crom-Cruach
le 25/04/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019