Morguiliath - Occult Sins, New Unholy Dimension

Chronique CD album (47:43)

chronique Morguiliath - Occult Sins, New Unholy Dimension

Rarement le label français historique Osmose Productions n’avait à ce point attiré mon attention de chroniqueur sur une année complète. La faute à une salve de sorties marquantes. Après les propositions convaincantes, voire très convaincantes, de Gorgon et de Vortex of End et avant de m’intéresser à la formation CMPT, dont on ne sait à peu près rien, si ce n’est qu’elle est originaire des Balkans (Serbie ?), il est temps de me pencher sur Morguiliath !  



 



Ce projet, né en 2004 dans le sud du pays à l’initiative de Rats, a connu deux vies. La première (jusqu’en 2011) a vu Morguiliath exister au travers de plusieurs concerts et de la distrib’ de deux demos. Il ne renaît de ses cendres qu’en 2019 seulement, alors que Rats avait entretemps scinder son engagement musical entre Dhärnürgh, son autre aventure solitaire, et plus récemment Suicide Circle il partage son effort avec Meyhna'ch, une des figures historiques du Black Metal français (Mütiilation), avec à la clef Shotgun Prayers, un album de DSBM sorti en février 2021, là aussi chez Osmose.



 



Un premier méfait de Morguiliath, intitulé Age of Misanthropia Human Blood and Chaos, avait vu le jour début 2020 sur le label Vacuum Tehiru Productions. Meyhna'ch y était déjà allé de sa contribution, en s’associant pour les lyrics au titre "The Satanic Mass". Cette production très crue prend les traits d’un véritable essai musical d’occultisme et de démonologie en dix chapitres, dont le dernier – "Seigneur des Mouches" – achève de dépeindre une atmosphère inconfortable, avec un riffing qui ne sera pas sans rappeler celui déployé dans son offrande de 2021 ("Glörïa").



 



Parfaitement ambiancé par les deux minutes sinistres et angoissantes de l’intro éponyme, Occult Sins, New Unholy Dimension poursuit sa marche mortifère, sans confession, ni viatique. Rats se montre toujours aussi dévoué à sa tâche maléfique et accouche d’une pièce sombre d’une grande qualité. Ce résultat final des plus probants est lié à un trait de composition particulièrement aiguisé, noirci à l’encre maudite du Black Metal thrashy des années 1980 et du début des années 1990. Avec l’influence mise en avant de groupes tels que Bathory, Venom, Darkthrone, Nëhëmäh ou encore Hell Militia, l’estampille « Trve French Black Metal » est solidement collée sur son râble. La participation de Rose Hreidmarr (ex-Aneroxia Nervosa, Glaciation, BÂ’A) sur "Ad Mortem Festinamus" en guest de choix (voix assez prisée en ce moment, déjà audible sur les derniers Anguis Dei et Diablation), ne fait que confirmer cela.



 



Dès les premiers riffs claqués sur le très bon "Pass Away" et le shriek lancé après 80 secondes, un premier frisson me parcourt déjà l’échine ! Je ne m’attendais pas à ce que Rats associe aussi solidement dans sa musique une telle pureté formelle et une telle force démoniaque, toutes les deux drapées dans des paroles d’une noirceur abyssale, annonciatrice du déchirement de nos esprits et de l’effondrement de nos cultures et de nos croyances. Si chaque pièce venimeuse construite par Morguiliath condamne peu à peu l’humanité au néant, certains le font avec plus d’intensité encore. Quatre morceaux sortent du lot. Bien que je les classe ici par ordre de préférence, ils s’enchainent implacablement : "Ad Mortem Festinamus" – Rose emporte tout ! –, "Aborted Inquisition" – qui sonne comme le Norvégien Mork –, "Glörïa" et surtout le diamant noir "Venom and Vomit". Et malgré l’ambiance malsaine et crasseuse qui s’en dégage, le son de ce Occult Sins, New Unholy Dimension m’est apparu paradoxalement revigorant, régénérant, presque rassurant…



 



... Au point d'accorder au Black Metal de Morguiliath, une place tout à fait significative au sein de mon bestiaire musical lugubre de l'année qui vient de s'écouler !


photo de Seisachtheion
le 11/01/2022

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Seisach' Metal Night #3
  • Soirée FRANKENHOOKER (DEAFHEAVEN + CELESTE + WHISPERING SONS + SLOW CRUSH) le 30 septembre à l'Elysée-Montmartre