Perihelion - Agg

Chronique CD album (35:49)

chronique Perihelion - Agg

Les rendez-vous musicaux proposés par les Hongrois de Perihelion sont des évènements que je ne voudrais pas rater depuis ma découverte groupe à la sortie de Zeng en 2015. Et, jusqu'à présent, jamais je n'ai été déçu. Suite à la cessation d'activité de leur label Apathia Records il y a peu (je ne peux que vous conseiller la lecture du communiqué annonçant la triste nouvelle en cliquant ici), Perihelion se retrouve sans maison de disques; Agg sort donc de manière indépendante, une raison supplémentaire de les soutenir. Niveau line-up, pas de changements par rapport à Örvény (2017).

 

"Tavasszal a Vadàk", placé en ouverture du disque, titre Post-black, avec sa double omniprésente, ses shrieks et ses guitares aériennes, est là pour rassurer le fan, assez classique dans sa forme pour les Hongrois.

 

Changement assez brutal d'ambiance dès le deuxième morceau, le groupe y prend une orientation clairement Post-rock. Le chant extrême disparaît totalement et les atmosphères deviennent éthérées et aériennes, le propos se veut plus léger. Avec le chant planant en hongrois (incompréhensible et exotique pour les oreilles françaises moyennes) couplé à ces guitares caressantes comme whisky vieilli en fût de chêne, la musique de Perihelion cuvée 2019 évoque plus Sigur Rós et son vonlenska que Midnight Odyssey. Elle conserve cependant son très fort pouvoir évocateur, cinématographique, mais contrairement à ce qu'elle laissait imaginer par le passé, les grandes chevauchées à cru dans les plaines de la Tizsa, on est maintenant plus proche de la randonnée contemplative. Avec le temps et la maturité, on trouve plaisir aux deux.

 

Le ton se durcit en fin de disque, avec le titre éponyme, tout en lourdeur, proche du Stoner, pendant lequel le groupe renoue avec ses penchants psychédéliques et avant-gardistes de ses premiers albums.

photo de Xuaterc
le 18/02/2020

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements