Rebaelliun - The Hell's Decree

Chronique CD album (30:08)

chronique Rebaelliun - The Hell's Decree

L'annonce du retour de l'un des meilleurs groupes de Death Metal de tous les temps (et je pèse mes mots, sincèrement!) avait de quoi faire frétiller tous les espoirs que nous, fans de la première heure, couvions dans nos petits cœurs d'artichaut depuis 14 ans. Rebaelliun qui avait illuminé la scène de deux joyaux immortels en 1999 puis en 2001, nous avait cruellement manqué mais cette longue, cette interminable attente est enfin récompensée par la sortie du troisième opus de ce titan qui ne déçoit en rien ses ouailles.

 

Pas d'intro, l'album s'ouvre sans préambule ni intro particulière, tel un shot de cachaça, c'est cul-sec que se savoure The Hell's Decree. Et il rince les dents ce bougre d'album qui nous replonge il y a une décennie et demie, on retrouve sur ce nouvel opus le vertige de la première fois: un déferlement de fureur illimitée, une rapidité virtuose, des vocaux hallucinés gorgés de haine, des solos flirtant très souvent avec la maestria la plus étourdissante et une batterie qui tabasse tout ce joli tableau avec la régularité et la sensualité d'une gatling. Rebaelliun a toujours trôné au sommet de la chaîne alimentaire - certes il n'a pas la notoriété, mais il a l'étoffe des plus grands. La grâce, la puissance et ce côté jubilatoire, orgasmique qui fait que l'on est constamment médusé par cette débauche de rage. On se dit qu'on atteint les cimes, qu'on ne pourra pas aller plus loin dans la bestialité et là: PAF: Rebaelliun en t'en recolle une louche dans le gosier. Jouissif, irrémédiablement extatique.

 

Rebaelliun est grand, il l'a toujours été, il l'est encore avec The Hell's Decree. Le temps a passé, 14 ans, c'est presqu'une vie, pour le petit Grégory, c'en est même deux... et si le style de Rebaelliun demeure le même (c'est-à-dire: lavage de fion à la lessive Saint-Marc), il s'est agrémenté de quelques nouveautés. Entre deux giboulées de phalanges estampillée Bud Spencer, Rebaelliun se fait plus câlin, plus gras, plus lourd et il ralentit son tempo. On n'avance alors plus le pied dans le phare pour napalmiser tout ce qui a le bonheur de passer par là, l'ambiance se fait plus pachydermique et l'on songe parfois au Behemoth de Zos Kia Cultus et très souvent au chef-d'œuvre sous-estimé de Morbid Angel Gateways To Annihilation, le prodigieux. D'ailleurs, le grain de voix du chanteur qui s'égosille n'est pas sans rappeler les gazouillis de Steve Tucker. Bref, pas besoin de vous faire un dessin: The Hell's Decree est une splendeur. Incontestablement, la plus grosse mornifle de l'année... Malgré une parenthèse de 14 ans, Rebaelliun parvient à rester cohérent dans son œuvre: des changements, des innovations mais toujours une intelligence et une unité, j'en veux pour preuve les nombreux liens de parenté entre The Hell's Decree et le mémorable Burn the Promised Land... vous ne trouvez pas comme une petit air de famille entre le riff final de "Hell's Decree" et le riff d'ouverture de "Crush The Cross"? Hein... si quand même! 

 

Vous trouvez cette sentence un tantinet péremptoire, c'est que l'écoute prolongée de cette pépite rend hargneux, Rebaelliun propage sa démesure d'un bout à l'autre de son nouvel album... Arrogant, incroyablement puissant, autoritaire et un chouïa mégalomaniaque, The Hell's Decree possède toutes les qualités de ses prédécesseurs (y compris une production en téflon qui ferait passer Krisiun pour une chorale de sardines en chocolat). On l'écoute et l'on devient immédiatement agressif, mauvais comme la peste, dénué de toute pitié... ha quelle jouissance, mais quelle jouissance d'écraser ses ennemis de les voir mourir devant soit et d'entendre les lamentations de leurs femmes!

 

C'est donc un Rebaelliun triomphal qui démoule une merveille, un album extraordinaire, la quintessence absolue du Death Metal. Un disque fabuleux rempli de morgue qui doit impérativement venir vous purifier les tympans... 

 

Si vous ne devez acheter qu'un album cette année, ça sera celui-ci.
Que cela soit écrit... et accompli.

photo de Cobra Commander
le 30/06/2016

5 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 30/06/2016 à 12:24:46

"... qui ferait passer Krisiun pour une chorale de sardines en chocolat".

Alors forcément, si en plus c'est toi qui l'écris... !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 30/06/2016 à 13:39:08

Le retour de Cobra et de ses groupes poppy : c'est bon ça.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 30/06/2016 à 18:27:43

Sinon c'est yummy ton truc : anarkiiiikkkkkiiii !!!!

Niktareum

Niktareum le 30/06/2016 à 19:53:42

Les extraits m'avaient laissé perplexe mais je vais tout de même l'écouter en entier même si je doute me prendre la même claque qu'avec les 2 premiers opus.

blodhorn

blodhorn le 31/08/2016 à 11:45:07

c'est à ça que forged in fury aurait du ressembler!
un claque énorme et un plaisir à chaque écoute. Le pied!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019