The Guru Guru - Make (Less) Babies

Chronique CD album (39:05)

chronique The Guru Guru - Make (Less) Babies

Ça faisait un moment que je n'avais pas sorti le clavier pour écrire une chronique, mais Make (Less) Babies de The Guru Guru m'a donné une bonne raison de m'y remettre. Vous savez, ce genre d'album qui vous fait dire : "Tiens, ce serait vraiment dommage de ne pas en parler" !

 

Déjà, les influences citées donnent envie : Queens of the Stone Age, Radiohead, The Mars Volta, SOULWAX, The Jesus Lizard... Une écoute était obligatoire, au moins pour voir si les Belges se foutaient de notre gueule ou pas. Puis deux. Puis trois. Pour finalement ne plus quitter les enceintes pendant une semaine.

 

OK, c'est du bon.

 

Après une petite lecture de l'historique, The Guru Guru trace sa route depuis 2012, sans se soucier des conventions, et ce troisième album ne déroge pas à la règle. Sous des faux airs d'indie rock basique, le groupe aime casser ses rythmiques sans que l'on s'y attende, et pimente régulièrement ses riffs de gratte d'effets bienvenus. 

Le fait d'avoir tout enregistré "live" donne un côté énergique et organique, sans que le son soit trop "brut". Mention spéciale dans cette prod' pour la basse, bien présente, et très importante dans la musique du groupe : que c'est bon de l'entendre vrombir quand il faut, et se rendre plus discrète au bon moment !

Concernant la voix, on peut en effet penser à Soulwax (période Much Against Everyone's Advice), mais Tom Adriaenssens a une variété dans son chant très agréable, entre passages mélancoliques ("oh, me (I can't complain)"), parlés ("make less babies") et autres plus énervés ("lotta tension"). Quelques plans de gratte peuvent éventuellement nous rappeler The Mars Volta (la fin de "Jack shit/jackpot") ; mais bon, si vous vous attendez à écouter du De-Loused in the Comatorium, vous allez être déçus ! On est loin des envolées perchées des Américains. 

 

Il faut prendre la musique de The guru guru comme elle est : rock à coup sûr, déroutante parfois, mais authentique et sincère. On prend un plaisir non dissimulé à se faire surprendre par certaines tournures de rythmes et mélodies, et c'est là tout l'intérêt de ce disque : découvrir de nouvelles choses continuellement.

 

Un bien bel album donc, varié, original, et dont le thème principal gravite autour de la destruction progressive de notre planète et du rôle prépondérant joué par l'argent à ce sujet. Plutôt fun, non ? 

 

photo de Pidji
le 08/02/2024

4 COMMENTAIRES

Arrache coeur

Arrache coeur le 08/02/2024 à 09:32:20

Oh c'est cool de les voir chroniqué ici ! J'ai hâte de les voir au Botanique le 24 mars en compagne de Lysistrata et Stonks.

Xuaterc

Xuaterc le 08/02/2024 à 15:02:08

Whaouu! Le retour des chroniques du chef. Je ne pensais pas voir cet instant de mon vivant

cglaume

cglaume le 08/02/2024 à 15:25:54

"Jésus revient, Jésus revient, Jésus revient parmi les tiens !!"

😁

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 08/02/2024 à 22:23:21

Sympa un nouveau chroniqueur ! Ah mais...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Bongzilla + Tortuga + Godsleep à Paris, Glazart le 14 mai 2024
  • Seisach' metal night #5 et les 20 ans de COREandCO !