Thy Worshiper - Klechdy

Thy Worshiper - "Klechdy"
chronique Thy Worshiper - Klechdy

Dans ses chroniques des albums précédents de Thy Worshiper, ici et là, mon collègue Crom louait la capacité du groupe à faire souffler dans les voiles du drakkar "pagan" un vent d'originalité. Loin des pressions d'une scène au bord de la sclérose, le sextet bâtit depuis plus de vingt ans une œuvre riche et indépendante. Revenant moins d'un an après un Ozimina salué par la critique, Klechdy est déjà le 4ème album des polonais exilés en Irlande. Et pour l'occasion, ils nous offrent un gargantuesque double album.
Toujours aussi variée, la musique de Thy Worshiper continue dans le sillage des albums précédents, avec un art du métissage stylistique qu'un fan d'avant-garde comme moi ne peut que goûter. Il se passe par exemple plus de choses pendant les 8’30 minutes du "Gorzkie Zale" d'ouverture que sur tout un album de Týr. Et pour cela, seul suffit l'utilisation classique du basse / batterie / guitares plus dualité chant féminin éthéré / chant masculin d'ours de bât slovène. Je suis particulièrement sensible à ce dernier et son timbre à la fois grave et sèche. Sa comparse n'est pas en reste avec des vocalises qui ne tombent pas dans les excès opératique ni dans le racolage putassier gotho-pouff.

 

L'usage d'instruments "exotiques" ne se fait que ponctuellement comme sur l'instrumental "Post Coitum". Sur une base black metal typiquement scandinave, Thy Worshiper apporte des éléments folkloriques d'Europe de l'Est ou des Balkans, en alternant des plans tribaux, contemplatifs, violents, voire post. On navigue constamment entre deux mondes, tant au niveau musical qu'au niveau vocal. L'auditeur peut se retrouver dans le même titre sur les rivages de la Mer Noire On pourrait comparer Klechdy à un mélange entre The Linear Scaffold de Solefald et Om de Negură Bunget ou bien le premier Ásmegin et Marțolea. Il faut saluer la production, puissante, qui fait sonner chaque instrument de manière parfaitement nette.

 

Malgré sa longueur et la densité de son propos, jamais l'album ne devient ennuyeux ou indigeste. Un bel exploit pour un groupe rare à la personnalité forte qui ne s'embarrasse pas de complexes.

 

photo de Xuaterc
le 07/06/2016

1 COMMENTAIRE

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 07/06/2016 à 13:59:47

Yep très bon.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019

HASARDandCO

Gronibard - Gronibard
Closer - Tokpela
Chronique

Closer - Tokpela

Le 24/09/2006