Trepalium - XIII

Chronique CD album (55 min)

chronique Trepalium - XIII

J'ai l'honneur et l'avantage de chroniquer le dernier opus des gaziers de Trepalium ! C'est donc avec une joie non dissimulée que je m'y colle....

Trepalium c'est tout d'abord 5 musiciens qui m'ont scotché dès la sortie du 1er album Through the absurd en 2004. Le style bien qu'encore hésitant ne laissait présager que du bon ! Cette sorte de groovy jazzy death metal prend toute son ampleur en 2006 avec leur 2ème galette Alchemik Clockwork of Disorder, album qui les fera exploser sur la scène métal française pour notre plus grand bonheur : visibles partout, album du mois dans plusieurs fanzines metal, l'opération séduction a bien fonctionné et nombreux sont les amoureux qui attendaient une suite à cette relation !

 

Et il aura fallu attendre - pas aussi longtemps que prévu - mais attendre quand même. En effet l'album était prévu pour le mois de mars, mais Trepalium a eu l'opportunité de faire la 1ère partie de la tournée française de Gojira, s'il vous plaît ! C'est pour cela que le label a accéléré un petit peu les choses.

C'est donc un tout nouveau Trepalium avec un tout nouveau label (Fini Holy Records, bonjour Season of Mist) qui occupe ma platine depuis quelques jours.

 

Hop ! Je me lance. Dans XIII, le personnage central (le même que sur Alchemik Clockwork of Disorder) se réveille après un long sommeil... C'est "Daddy's Happy" qui ouvre : la personnalité et l'originalité nous explose encore une fois à la figure (restons courtois). Le groove s'installe en moins de temps qu'il ne faut pour le dire... Qu'est-ce que c'est bon !

Les lignes de gratte sont encore magnifiquement trouvées. Sur l'album plane une ambiance schyzophrène, une bipolarité aigüe ("Blink of Time", "Inner Hell", …). Le chant est lui aussi bien varié ("Unexpectable Lies", "And Now"..), du death bien growlé pour accueillir des chants plus écorchés. Les premières secondes d'"Addicted to Oblivion" feront penser bien évidemment au scat dans "Sick Boogie Murder", leur précédent méfait ! Ce morceau marque une réelle influence jazzy avec l'apparition de la guitare jazz manouche en plein milieu, magnifiquement amenée, incroyablement bien pensée... Passage ni trop long ni trop court, avec une relance qui nous fait froid dans le dos. La basse tantôt claquante, tantôt ronde ("Inner Hell", "Unexpectable Lies", "Usual Crap", et bien sûr "Fant-Easy Reality") confère au groupe un style propre à lui ; et malgré la présence de 2 guitares, la basse n'est pas mise de côté comme c'est trop souvent le cas dans de nombreuses formations, renforcée par une rythmique toujours aussi époustouflante (je pense que c'est une pieuvre à la batterie en fait) : écoutez l'intro de "World Plague" et "Daddy's Happy", ou encore la fin de "Usual Crap" (les cymbales sont super bien mixées à ce propos).

 

"Saddistick Peace" et son début bien lourd est peut-être LE morceau à part de l'album pour moi. Le morceau est assez lent, la musique toujours torturée mais avec des sonorités différentes, un peu moins groovy, un petit bijou qui laisse peut-être un avant goût de ce que sera le 4ème album...?

 

Plusieurs écoutes seront sûrement nécessaires pour apprécier pleinement ce XIII, mais je ne saurais trop vous conseiller l'achat de ce disque qui fera partie j'en suis persuadé de mon Top 5 des meilleurs albums 2009. Pour ceux qui ne les connaissent pas, je vous invite également à les voir sur scène...

photo de Growl
le 19/02/2009

3 COMMENTAIRES

Tookie

Tookie le 19/02/2009 à 11:54:52

Ni moins bon, ni meilleur que les précédents...
En tout cas des mecs excellents a voir, a vivre...
BOMBARDE !!!!! :D

((( viking jazz )))

((( viking jazz ))) le 22/02/2009 à 16:39:21

la meme

Finisterra

Finisterra le 22/02/2009 à 20:45:48

"Ni moins bon, ni meilleur que les précédents..." Toutafait d'accord, en tout cas une grosse personnalité!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements