Varg - Wolfskult

Varg - "Wolfskult"
chronique Varg - Wolfskult

Varg...

Ce nom vous évoque peut-être le pseudo d'un ancien meurtrier lobotomisé expatrié en France et ayant eu des démêlés ridicules avec la « justice » de Valls, il y a peu ?

Pas moyen que je pose plus de lignes sur ce résidu de fausse couche qui aurait dû être jeté dans un fjord à sa naissance, je vous rassure.

 

Mais le terme Varg désigne surtout le loup chez les Nordiques. Un mot évoquant également un banni, un sans-clan voué à une vie de paria dans l'ancienne tradition viking.

 

Le Varg de cette chronique concerne lui, le groupe allemand de Pagan/Viking ouvertement antifa et régulièrement peinturlurés comme les clowns de Turisas (désolé mon Winter, des confrères éternels).

La méprise avec le groupe sus-nommé (non ce n'est pas vulgaire) s'arrête au niveau de l'apparence, heureusement. En effet, Varg ne fait ni dans la guimauve ni dans la reprise d'Abba traitant d'un gourou russe balaise à occire.

Varg évolue dans une dimension bien plus couillue, même si les thèmes vikings font partie de leur fond de commerce.

Achtung.

Car de Pagan, les Allemands ne possèdent que la thématique. En effet, pas de trace ici de flûtiaux, de bombardes et autres panses de mouton farcies.

Varg pratique plutôt une sorte de Death mélo au chant typé BM. Ce chant, dans la langue d'Angela, fait d'ailleurs beaucoup pour l'agressivité des kompositionen ainsi que les chœurs genre « bär en rut ».

La particularité de ce Wolfskult, troisième album studio de la formation, est de se partager en deux rondelles.

Le premier CD est plutôt classique dans son approche : à savoir des morceaux très catchy dans leurs ritournelles guerrières, entraînants et rondement menés, qui démontrent l'efficacité parfaite de la recette des cousins germains.

Ainsi "Wir Sind Die Wölfe" témoigne d'emblée du sens de la mélodie accrocheuse des teutons , sans être putassière.

"Schwertzeit" ou" Nagelfar" montre également un visage très vindicatif à grand renfort de blasts ou de rythmique pesante. On n'est donc pas là pour se fendre la poire autour d'une chopine en dansant la gigue avec des bottes crottées de bouse de Rennes, désolé pour les amateurs de Korpiklaani, dont je fais partie au passage.

Was ?

J'ai une superbe réplique de hache scandinave accrochée dans mon salon, si tu veux y tâter continue à afficher ce sourire moqueur sur ta face de monothéiste.

 

Le second CD est bien plus anecdotique, se partageant entre le pénible (le premier morceau avec Anna Murphy d'Eluveitie pour exemple ) et le folk « sympa sans plus » type "Verdandi", en collaboration avec Mascha Scream d'Arkona. Pas une franche réussite, vous l’aurez compris.

 

Malgré son immédiateté, Wolfkult possède une durée de vie digne d'un bon bouclier lourd. Rustique, moche, un peu encombrant mais d'une solidité à toute épreuve.

 

photo de Crom-Cruach
le 17/01/2014

2 COMMENTAIRES

Le Kobaïen

Le Kobaïen le 20/01/2014 à 20:58:44

J'aime ta prose! ça donne envie!

Le Kobaïen

Le Kobaïen le 20/01/2014 à 20:59:12

J'aime ta prose! ça donne envie!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019
  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...