Violator - Chemical Assault

Chronique CD album

chronique Violator - Chemical Assault

Bon je vais pas vous faire une intro sur le pays de Violator, si vous ne savez pas que c'est le pays de la canne à sucre, du soja transgénique, de l'agriculture intensive, des barrages hydro-électriques, des groupes de death et de thrash (ça tombe bien c'est ce qui nous intéresse), arrêtez "God et vas'loche le journal de ta première sodomie" pour lire "Bob l'Éponge les dernières nouvelles du monde".

 

Bon passons directement à la chro, après cette petite présentation du groupe (histoire de faire de la ligne). Les quatre thrasheux de Violator ont déjà une discographie bien fournie (en plus d'un logo dessiné par un collégien) pour un groupe de 2002, avec deux CDs, un EP et deux splits, dont un avec Hirax, rien que ça.

 

C'est à partir d'ici que commence vraiment la chronique :

 

Quitte à faire dans le rétro, je vais vous parler d'un album sorti en 1986 – oups 2006 voulais-je dire. Croyez-moi, le thrash de Violator (j'adore ce nom terriblement kitsch ; remarque personnelle : tous les noms qui finissent en "OR" sont kitsch, la preuve par Abominator, Dekapitator, Destructor, puis on peut même en inventer que ça paraîtrait crédible : Jugulator, Kohittamor, Demembrator, et j'en passe), c'est du thrash direct, du thrash rapide, du thrash sans fioritures (ah si: quelques voix doublées), un son de gratte sauce Slayer, avec cependant une musique moins viciée par le malin. Du coup, on a l'impression que c'est plus direct et compact que les américains ; la folie maligne des solos du duo King Hanneman est remplacéé dans ce Chemical Assault par des solo plus Metallica / Megadeth d'époque.

 

Bon j'ai évoqué de bien bonnes choses, mais malheureusement il y a autant de nouvelles idées dans cet album que de thunes sur mon PPE. C'est joué de façon hyper classique, tout dans l'efficacité ; alors oui c'est bas du front, Violator (rho ce nom les mecs quoi !!!) n'apporte rien de neuf, mais ça te rentre tellement dans la peau que ça t'explose les mitochondries. C'est moins typé cross-over que Municipal Waste, ça ressemble plus à un Megadeth (avec un chanteur qui assure pour de vrai) monté avec de master animelles dégueulant un jus le laissant patauger dans un espace temps irrémédiablement ancré dans les années 80.

photo de Sepulturastaman
le 27/11/2011

1 COMMENTAIRE

Jimmy Jazz

Jimmy Jazz le 27/11/2011 à 21:41:04

"Kohittamor" L'orthographe est aussi con que le nom :D

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019
  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019