Blockheads - Interview du 19/01/2013

Blockheads (interview)
 

Votre nouvelle tartine sort dans quelques pincées de jours, pourriez-vous la présenter au public qui a grande hâte de se faire fesser les joues par "This World Is Dead"?

Salut, "This World Is Dead" est notre 5ème album à ce jour et notre premier sur le label Relapse Records. On l’a enregistré à Genève au Terrier, le studio de Jérôme (aussi guitariste de Mumakil).
Il y a 25 morceaux sur cet album, tous composés dans les 6 ans qui ont séparé cet opus du précédent. Trois sont déjà apparus sur le split avec Mumakil (qu’avait sorti Bones Brigade en CD puis Relapse en Ep), et d’autres pouvaient déjà être entendus sur le DVD auto-produit que nous avons réalisé avec nos potes de TDK.
La très grande majorité des titres sont des compositions courtes et créées dans le but d’asséner de la violence, rien de plus, ce qui fait que le regroupement de tous ces titres donne un album assez furieux. On a donné à d’autres un brin plus d’ampleur, juste parce que sur le moment nous en avions envie. L’album fait dans les 40 minutes, c’est important aussi pour nous, car à la vitesse où nous parvenons à les sortir on se dit que chaque album doit être complet.
Pour des tonnes de raisons on l’a enregistré en plusieurs sessions entre juillet  à novembre 2011, de toute façon on n’avait pas le choix sinon ça repoussait encore la sortie à plus tard...
Mais ça nous a permis de prendre du recul entre chaque session et de corriger deux-trois  trucs qui n’étaient pas forcément efficaces ou pertinents... Après ça a été le mix qui nous a pris pas mal de temps pour qu’on se mette tous d’accord, idem pour le master, bref c’est l’aboutissement de beaucoup de taf et de prises de tête pour arriver à sortir ce 5ème skeud, mais ça valait le coup... On a beaucoup bossé pour cet album, et le résultat est à la hauteur de nos attentes en tous cas, on espère qu’il le sera aussi pour les gens qui nous suivent. Cela fait maintenant 20 ans que nous avons commencé cette aventure BLOCKHEADS, et franchement la sortie d’un album comme ça nous fait extrêmement plaisir à tous les niveaux, parce qu’on est encore là, et aussi parce que jamais nous n’aurions parié sur l’existence du groupe en 2013 quand on a commencé, c’était avant tout pour s’éclater. C’est toujours le cas d’ailleurs.

 

Pourquoi avoir choisit un tel titre? Est-ce qu'il y a un message particulier derrière ce nom... et de quel monde parlez-vous? Est-ce qu'il y a un fil conducteur qui unit ces nouveaux 25 titres, en gros, "This World Is Dead" = concept album?
Le message est simple, comme tous nos textes portent sur les merdes qui nous entourent, le titre "This World Is Dead" résume assez bien notre sentiment sur le futur de l’Humanité...
Il n’y a pas vraiment de concept, juste une convergence.
Le message particulier, il est assené à chaque titre, chaque parole aborde d’une façon différente la vision commune que nous avons de ce monde sur un sujet particulier. Malheureusement tout va dans le même sens, celui d’une déshumanisation générale et d’une concentration des pouvoirs.
Concept album non, nous n’avons pas construit l’album pour ça. Mais c’est vrai que la ligne directrice est constante et ce titre d’album nous a semblé représenter à la perfection tous les coups de gueule des 25 titres, et en être une conclusion assez juste.
Nous parlons juste de notre monde, le tien et celui de tous. Celui au sujet duquel tellement de choses nous font sursauter ou halluciner lorsque nous entendons les nouvelles, nous sommes dans un système et une réalité qui est construite de façon à s’autodétruire en mettant au pouvoir l’argent et la puissance, en tout lieu et toute situation. Il y a trop peu de contre-exemples pour nous rassurer malgré les bonnes volontés individuelles, de toute façon écrasées par la réalité et les faits.
Mais ce n’est pas nouveau, ces thématiques étaient déjà présentes sur chacun de nos albums. Le monde ne s’est pas vraiment amélioré par rapport à ce qu’il était il y a 20 ans quand on a commencé... En fait à cette époque les thèmes qu’on abordait étaient déjà les mêmes, mais on le faisait plus pour "coller au style", maintenant on a évidement plus de recul et on en parle plus en connaissance de cause également...

 

Comment s'est passé votre signature chez Relapse Records? Ils sont venus vous cherchez ou est-ce que c'était votre volonté de rejoindre un gros label? J'imagine que d'arriver sur Relapse va vous offrir une plus grande visibilité et/ou une plus forte notoriété, mais y a-t-il eu un revers à la médaille... des contraintes, des "concessions" à accepter?
Une plus grande visibilité, c’est certain qu’être signé chez eux change tout, on le voit vraiment de façon concrète maintenant qu’on est à quelques jours de la sortie. Et également c’était évidemment une volonté de notre part d’arriver chez Relapse. L’histoire est simple, pour nous ce label est très lié à tout ce qui nous a fait aimer cette musique. Les groupes qu’ils ont signé, les énormes albums qu’ils ont aidé à sortir et diffuser, naturellement ça nous a semblé le label un peu idéal au bout de tant d’années et c’est un grand plaisir de bosser avec eux. Nous avons toujours voulu faire progresser le groupe, et souvent nous en avons parlé entre nous quant à la direction que nous voulions suivre. Underground ou chercher plus "gros "en clair. Le choix s’est fait aussi en fonction de nos disponibilités, si tu veux avancer vraiment sans le support d’un label solide, c’est possible mais ça consomme un temps important qu’aucun de nous quatre n’a… donc pour ne pas régresser par manque de temps, nous avons fait ce choix.
Quand tu regardes le parcours de Blockheads, on est parti de rien et on se fait vraiment chier pour faire perdurer le groupe malgré toutes les contraintes extérieures à la zique, étant donné qu’on a tous des boulots et une vie de famille qui nous prennent vraiment pas mal de temps... Alors continuer un groupe à 40 balais, si c’est pour faire 3 concerts par an dans les environs de Nancy, on ne voit pas vraiment l’intérêt... Donc clairement on a toujours essayé de faire avancer le groupe et être maintenant chez Relapse c’est vraiment un bon aboutissement à tout ce qu’on a fait et c’est très motivant... Ils nous connaissaient avant et comme le split avec Mumakil, qui étaient déjà signés chez eux, était sorti également chez Relapse, il était évident qu’on allait leur faire écouter le truc, ce qu’on a fait dans les dernières étapes du mix puis ça a suivi tout seul, mais rien n’était joué d’avance quand on a enregistré... Sinon, non il n’y a pas vraiment de contraintes à ça à part répondre à des tonnes d’interviews :)... Et il n’y a absolument aucune concession. Là dessus, ils sont à la cool, le groupe continue de faire ce qu’il veut et on n’a aucune règle ou consigne à suivre, ce qui nous convient évidement très bien... Mais ça on le savait déjà par rapport à aux retours des Mumak’ qui bossaient déjà avec eux...

 

A peine l'annonce faite, j'ai entendu des péteux dire que vous alliez vendre votre âme au Grand Satan Relapse Records... A l'écoute de "This World Is Dead", j'imagine mal la chose se produire mais comptez-vous profiter de votre arrivée sur l'un des plus gros labels Metal Extrême pour modifier votre attitude ou votre état d'esprit?
Vendre notre âme au Grand Satan Relapse Records ça mériterait d’être développé parce que je ne vois pas ce que ça veut dire... Il ne faut pas oublier que le Grand Satan a quand même sorti Disrupt ou Nasum entre autres, des groupes qui comptent énormément pour nous... c’est vraiment des conneries, qu’est-ce que tu veux qu’on leur dise ?  Qu’avec les royalties qu’on va toucher on va se payer une piscine dans le salon ? On est en 2013, les labels morflent du téléchargement donc les royalties rembourseront à peine la tune qu’on a mis dans l’enregistrement, et ce peut-être dans 2 ou 3 ans dans le meilleur des cas... Donc changer notre état d’esprit ??? Dès que tu sors un truc de toute façon, tu t’exposes à des critiques, ça fait parti du jeu... Fondamentalement, ce groupe, on le continue parce qu’on a tous besoin de jouer, de se brancher et de grinder, sans doute pour libérer quelque chose et aussi parce que c’est très addictif le Grindcore...
Quoi qu’il en soit, nous restons très attachés à toute la scène ultra vivante Underground, et nous n’avons pas la prétention ni la possibilité de faire des tournées mondiales... Nous faisons la musique que nous voulons, au rythme que nous pouvons (désolé pour celles et ceux qui ont attendu si longtemps le nouvel album), et cette signature n’y changera rien. Nous n’avons pas de compte à rendre, à part à nous même et ce n’est pas peu dire et nous ne faisons pas ce groupe dans une idée de prouver quoique ce soit...
Nous prenons toutes nos décisions importantes à quatre, et ça restera comme ça, que ce soit sur le choix des compositions, sur les concerts que nous faisons, les visuels que nous voulons ou toute autre chose. D’ailleurs à ce sujet nous avons déjà refusé des visuels proposés par Relapse, cela ne nous correspondait pas. Blockheads sur Relapse restera Blockheads, c’est clair.

 

Votre nouvel album semble apporter quelques éléments novateurs à votre popote qui reste néanmoins 100% Grind Core pur jus. Blockheads, c'est un peu le Bolt-Thrower du Grind Core, c'est quoi votre secret? Comment faites-vous pour vous renouveler sans tomber dans la redite ou le réchauffé... où puisez-vous votre inspiration, votre énergie?
Ben comme je le disais, nos vies ne sont pas forcément très simples à l’extérieur du groupe, alors tu accumules pas mal de stress au quotidien et les répètes ou les concerts ça efface tout ça, c’est nécessaire pour nous... Maintenant on pourrait vite tomber dans une formule de compos simple, l’appliquer sans trop se prendre la tête et sortir un skeud tous les 2 ans... Mais c’est clair qu’on aurait forcément la critique "tomber dans la redite ou le réchauffé "parce que ça serait le cas, alors on se prend la tête en répète pour que ça sonne, on est tous les 4 assez exigeants sur nos compos, du coup ça prend pas mal de temps à synthétiser, à arranger et à sortir... Ce qui a changé, je ne sais pas vraiment le dire puisque la composition s’étale sur 6 ans. Donc certains titres ont été créés avec le line-up de "Shapes Of Misery", la majorité des autres avec les membres actuels. Il n’y a pas de recette à un titre Blockheads. D’ailleurs la comparaison avec Bolt Thrower, je ne suis pas certain d’être d’accord à part sur la longévité peut-être. Nous avançons, testons, et en fait on est très critiques avec nos titres pour faire de chacun d’entre eux un tout individuel et différent du reste. Certains sur l’album ont maturé pendant presque deux ans avant de nous satisfaire, simplement parce qu’en les jouant on ne ressentait pas l’impulsion, la nervosité que nous recherchons dans chaque composition, alors que les riffs, les placements batterie étaient très biens. Dans ce cas on l’accepte, on le joue entre nous jusqu’à ce que l’un d’entre nous dise : "Franchement ce titre il y a un truc qui ne va pas, je prends pas mon pied". En général, c’est déjà ce que ressentent les autres aussi sans l’avoir dit. Et dans ce cas on explose tout et on recommence, même 6 mois après.
L’inspiration elle vient de ce qu’on écoute. Chacun a ses styles et orientations musicales, donc propose des arrangements plus teintés de Crust, de Grind ou de Death. Après on les digère, les accepte ou les refuse. Certains titres peuvent être terminés en une répétition, pour d’autres… on galère beaucoup plus.

 

Je me suis toujours demandé si un artiste savait ou sentait - a priori - qu'il était en train de pondre un album phénoménal. Et vu la grosse GROSSE tarte dans la gueule que représente "This World Is Dead", je me demande dans quel état d'esprit vous étiez au moment de la création de la rondelle...
Franchement on était très concentrés en studio, on a mis la batterie et les grattes dans la première session en juillet en une semaine et bien qu’on était juste Nico et moi avec notre pote Jéjé derrière les manettes, à la cool, on aurait pû se dire "on y va tranquille sans se prendre la tête", mais comme on a finalement que peu de temps à consacrer au groupe, on était dans un état d’esprit d’urgence qui pourrait se résumer à : "on a pas le temps de faire et de refaire, alors faire bien, tout de suite et du mieux qu’on peut, à fond...". Tu vois, on est pas de pros mais des passionnés... Donc s’enfermer à 20 pieds sous terre de 11h du mat’ à minuit sans sortir, sans lâcher le truc, dans une atmosphère enfumée, sombre et houblonnée, comme des stakhanovistes du Grindcore (et Jéjé est bien comme nous là-dessus), c’était très bien... Eprouvant à la longue mais ça nous a bien plu... Parce que tu touches le truc, tu construis vraiment les morceaux que tu joues depuis moult, et l’élaboration progressive du skeud, sessions après sessions, c’est passionant... En voyant un peu les réactions de Jéjé et en entendant le résultat se construire, on a réalisé que la mise en boite sur un album de tous ces titres individuellement très énergiques et violents donnerait un tout assez bon, mais j’espère que tous les groupes ont cette impression lorsqu’ils enregistrent, sinon c’est dommage pour eux. Donc non, le vrai test il est maintenant, avec les réactions des gens, les critiques de l’album. Donc au fur et à mesure on a senti le truc venir, c’est-à-dire à se dire "ça va vraiment chier ce bordel, comment est-ce qu’on pourrait faire pour que ça chie encore plus ? "Voilà notre état d’esprit à ce moment là tel que je m’en souviens...  Pas vraiment une partie de plaisir parce que tout est important en studio et qu’il faut rester toujours vigilant, chacun enregistrait, et c’était je job des autres de critiquer, de motiver et de faire refaire parfois, même quand on était à bout.
On a bien fait d’être des salauds entre nous héhé ! Remettre chaque partie en question, se demander "est-ce que tu peux faire mieux ? "à chaque fois... Au final ça prend forme et tu vois que ça n’est pas pour rien que tu te prends la tête...

 

Comment abordez-vous la sortie de "This World Is Dead", tout le petit monde Grind est déjà en émoi et vous attend au tournant... ça vous met la pression?
Non pas du tout, comme je te le disais avant, on ne changera pas notre façon de faire de la zique ou de la vivre pour autant, évidement on souhaite que ça plaise, mais sinon on s’en fout... D’une façon égocentrique, on fait ce groupe avant tout pour nous, pour notre équilibre et notre plaisir personnel alors après si ça ne plait pas, on n’est de toute façon pas là pour prouver quelque chose...  Donc non, la pression ça serait plus de foirer un concert pour une raison X ou Y...

 

Niveau promotion de l'album, j'espère qu'une belle grosse tournée se profile à l'horizon, vous allez passer par la case "plein de petits concerts" ou par "quelques gros festoches "? Quelle sera votre actualité dans les mois qui viennent?
On espère pas mal de concerts, mais hélas on sait déjà qu’on ne pourra pas tout faire par manque de temps... Donc on va continuer à jouer comme on l‘a toujours fait, c’est à dire à chaque fois qu’on le pourra. Il y aura surement des petits concerts et sans doute quelques gros fests... On bosse aussi sur une tournée cet automne en Europe, mais c’est bien trop tôt pour en parler, c’est plus à l’état de projet pour le moment...

 

On parfois l'impression que beaucoup de gens s'excitent comme de puces à l'unique évocation de votre nom... sans qu'ils se préoccupent forcément de ce que vous jouez. N'avez vous pas peur d'être devenus des "icônes" intouchables? Et que votre musique soit éclipsée par votre propre nom? En clair, c'est un handicap d'être culte?
Ben franchement, si on est cultes (!) c’est cool... mais ce n’est ni notre sentiment, ni le but ou l’aboutissement de cette aventure. Et même si c’était le cas, ça ne changerait pas nos vies pour autant...
Les premiers retours qu’on a pu avoir sur l’album, (il n’est pas officiellement sorti à cette heure), sont tous très bons et même élogieux, on a pu lire des choses qui font vraiment plaisir et qui te montrent que le boulot qu’on a tous fait collectivement, chacun à sa façon, pour ce groupe… Eh bien ça n’est pas vain... Maintenant, tu parlais auparavant de pression et bien c’est plus dans ce qu’on va être capable de proposer pour l’album suivant qu’on peut se la mettre car il faudra faire mieux.  Même si comme je te le disais avant cette musique, on la fait avant tout pour nous, il n’empêche que tu n’as pas envie de décevoir ceux qui ont pris leurs pieds avec tes albums précédents et voilà, c’est un nouveau challenge car tu sais que tu seras encore plus attendu au tournant...

"This World Is Dead" envoie la purée aux quatre coins de la galaxie du début jusqu'à… jusqu'au titre "Trail Of The Dead" qui barbote dans un Doom visqueux à souhait. N'avez-vous jamais eu envie d'aller explorer des univers musicaux autres que le Grind Core sévèrement furax?
Si, on en a l’envie mais pas le temps... L’indus me branche beaucoup par exemple... Le doom nous branche tous aussi. On a chacun nos goûts (du Brutal-death au stop-and-go, en passant par le Stoner et le Death, etc...), mais c’est vrai qu’on aime tous la viscosité (du gros doom à l’indus). Il arrive parfois quand on chauffe au local qu’il y ait des trucs qui sortent qui ne sont pas du blast ou du furieux... Et qui peuvent être intéressants à intégrer dans notre zique... Maintenant, on ne veut pas faire de compromis musicaux si ça n’est pas pertinent, sinon tu te retrouves vite avec un groupe hybride qui peut être très intéressant, OK, mais ça n’est pas ce que l’on veut pour Blockheads, on recentre donc toujours vers le Grind mais en restant ouverts à ce qui peut sortir d’autre et qui évite de tourner en rond dans un style, c’est un équilibre délicat à obtenir, mais on est très vigilants là dessus...

 

Blockheads est la quintessence du Grind Core à l'ancienne et sans fanfreluche; la majorité des groupes se ramollissent avec le temps, pas vous... Au bout de vingt ans dans l'Underground, n'avez – vous jamais été tenté par les sirènes de la "mode" pour mettre de l'eau dans votre vin et profiter d'un certain confort? (salles de concert pro, catering  Joël Rochuchon, hôtels douillets...)
Ben comme on ne fait pas ce groupe pour se la jouer rock-star, on n’est pas trop tenté par tout ça... Maintenant on serait faux-cul de ne pas te dire qu’un bon catering plutôt que des pates froides réchauffées avant un concert, ça a finalement son importance surtout quand tu es sur la route depuis un certain temps... Idem avec un hôtel et une bonne douche plutôt qu’un duvet sur du ciment avec des rats qui viennent te chatouiller les pieds... Mais bon tout ça on l’assume, si tu as besoin d’un minimum de luxe pour bouger ton cul, faut carrément pas choisir de faire du Grind ! Ca fait parti du truc mais en grande majorité les gens se bougent vraiment le cul et t’accueillent et donnent du mieux qu’ils peuvent se le permettre et c’est énorme...

 

Quel est l'aspect de l'Underground que vous appréciez le plus? Et (attention question moisie) l'aspect de l'Underground qui vous gonfle au plus haut point?
En aspect positif, c’est difficile à dire puisque c’est un tout : la mentalité hors "grosse tête "et pour la passion de la zique : puisque c’est underground, il n’y a pas ou peu de tune, donc les gens font leur truc pour la passion, que ça soit celle de monter un concert, un zine, un label... Et cela débouche sur des rencontres, des concerts, des discussions, des échanges. Ce sont les bons aspects de l’underground.
Pour le côté négatif, il y a quelques rares exemples (heureusement) de personnes qui se servent presque de l’excuse d’être Underground pour bâcler les choses… Il y a aussi quelques rares exemples d’intégristes du mouvement qui chient copieusement sur tout le reste parce que ce n’est pas Underground. Cette forme d’intolérance du genre "tout ce qui n’est pas ce que je suis est forcément nul ou de la merde "qui s’applique à plein de gens hors Underground, peut hélas s’appliquer, mais pas souvent, dans ce milieu également...

 

Même si 2013 est pas tout à fait terminée, "This World Is Dead" fait d'ores et déjà parti des albums incontournables de l'année, une grosse claque bien méchante, directe et sans pitié: donc, au nom de tous les Grinders de France et de Navarre: MERCI!!! Dernière question: Le Hellfest vient de déclarer qu'il ferait une troisième annonce de groupes, vous faites partie du lot?
Parler d’album incontournable de l’année, c’est un peu prématuré non ? Nous ne sommes que mi-janvier. On verra ca fin décembre.
Pour le Hellfest, rien de fait à cette heure, mais ça serait cool effectivement de remettre ça, on s’était bien éclatés la dernière fois en 2009...

 

J'espère pas vous avoir trop saoulé avec  cette interro écrite, je vous laisse la parole: si vous avez un message à faire passer, une annonce, un super scoop... si vous cherchez à vendre une machine à laver ou un frigogidaire... hop:
On donne rendez-vous à tous les Grindfreaks de France et de Navarre à nos concerts pour venir partager du blast, de la sueur et des hurlements avec nous... Merci à toi pour avoir préparé l’interro, merci pour votre soutien et longue vie à Core and Co...
 

photo de Cobra Commander
le 28/01/2013

2 COMMENTAIRES

samlechti

samlechti le 29/01/2013 à 21:53:51

excellent

Nekobibu

Nekobibu le 31/01/2013 à 20:29:34

Très bonne interview, mon p'tit Cobra ! Et l'album est à la hauteur des attentes (encore heureux, après 6 ans...) !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Devin Townsend - Z²
Shining (Nor) - Blackjazz