Blockheads - Shapes of misery

Blockheads - "Shapes of misery"
chronique Blockheads - Shapes of misery

Blockheads fait du grind depuis déjà pas mal de temps (environs dix ans). Le combo est situé à Nancy ; ils ont déjà partagé la scène avec Nasum, Nostromo, Napalm Death (ça commence à causer) et d´autres groupes puisqu´s ils comptent 120 concerts à leur actif, donnés dans différent festivals et tournées.

 

Shapes of Misery est le premier album pour les pros du fer, avant ils étaient chez Bones brigades. Une décennie "dans" et "pour" le grind-core, le vrai : celui qui est engagé, pas le pipi prout-prout tout marrant ou gore, non ; ici l´héritage punk est omniprésent dans les paroles : autorité, manipulation, problèmes liés à l´argent et exploitation humaine sont évoqués. Rien qu´à voir le nombre de morceaux pour la durée de l´album, on sait qu´ils vont tout miser sur l´efficacité.

Les morceaux durent en moyenne 80 secondes, le plus long fait un peu plus de deux minutes et le plus court nous explose les oreilles pendant 28 secondes (on est bien loin du grind moderne). Croyez moi en 28 secondes ils ont le temps de nous balourder quelques blasts et riffs saccageurs.

Les rythmiques sont directes comme un coup de mailloche donné par un bûcherons canadien ; certains morceaux ont le droit à un peu plus de lourdeur que les autres (notamment "Big stick"), ces légers changements de musicalité permettent de diversifier l´album sans le dénaturer. Le batteur donne l´ impression d´en avoir toujours plus sous le pied, quand le morceau accélère bah lui aussi, quand le blast ne suffit pas bah un coup de mitraillette, de double avec une apparente facilité.

Les vocaux sont criés, hurlés, rageurs, doublés. La basse est bien puissante. Mais bien plus que ça, c´est l´énergie que dégage l´ensemble : impossible de résister à l´headbanging naissant. Même les courts breaks parsemant les morceaux ne font qu´accentuer la reprise souvent plus destructive de la suite du morceau.

La production est malheureusement* signée par un certain S.Buriez donc le son est d´enfer, sec, brut, vrai. Blockheads ne vont pas révolutionner le grind. Ils appliquent les recettes à 200% pour nous pondre un excellent album de haut niveau. Et histoire de dévaster la France, ils risquent de tourner avec les Suisses de Mumakil.

 

* P.S : Pour le "malheureusement" : normalement ce Shape of Misery aurait du être produit par feu Mieszko Talarczyk au SoundLabs.

photo de Sepulturastaman
le 14/05/2006

2 COMMENTAIRES

viking jazz

viking jazz le 01/05/2007 à 19:15:35

ca aussi c'est subtil Sepult' :P
mais ma gueule c'est vraiment putain de bon !!!! \o/

Domain-of-death

Domain-of-death le 18/10/2008 à 19:18:30

Un putin d'album surpuissant ! La France à vraiment une scène grind/death de trés bonne qualité :)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Fresnel - Scenario
Beyond Creation - Algorythm