Kruger - Interview du 20/02/2010

Kruger (interview)
 
Alors, première question de gros naze : il vient de où ce nom KRUGER ? (Il en est où d'ailleurs ce concours myspace ?)
Le nom vient de nulle part. On cherchait quelque chose de court et facilement mémorisable qui sonnait pas trop mal. Il n'y a rien de plus à dire j'en ai peur. Quant au concours nous avons choisi les vainqueurs selon des critères purement subjectifs et les résultats seront bientôt révélés. Certains sont allé chercher des réponses très loin et d'autres se sont vautrés dans les clichés les plus prévisibles (Freddy Kruger on nous l'avait jamais faîte...) mais tous nous ont bien fait marrer, ce qui était le but premier de ce contest.

Il y a chez Kruger quelque chose de très américain (la voiture de Built for speed, le micro de crooner, King of NYC etc. mais aussi la recherche dans le son etc.) : Qu'est ce qui vous attire dans la culture americaine ?
Raph : En ce qui concerne le son c'est bien possible. On apprécie certains groupes ricains comme Neurosis, Unsane, Converge ou Mastodon qui ont quand même chacun leur patte distinctive. Le fait d'être allé chez Kurt Ballou pour le mixage nos deux derniers albums a peut-être aussi une incidence sur ta manière de voir les choses. Mais on recherche avant tout une certaine qualité dans le rendu de nos morceaux sans vouloir coller consciemment à une quelconque esthétique sonore. L'écriture d'un disque nous bouffe pas mal de temps et d'énergie alors on s'applique à ne pas gâcher tout ce travail avec une production faiblarde. Et Kurt est le type idéal pour faire sonner Kruger correctement. Ses compétences, son humour et son adorable petit chien font toute la différence.
Renaud (chant) : c’est vrai qu’on cultive les clichés américains niveau visuels et textes, par contre. Avec un plaisir tordu à s’en moquer autant que possible, d’ailleurs. C’est assez amusant de constater le nombre de gens qui prennent nos facéties au sérieux, en imaginant un concept philosophie derrière chacune de nos boutades, alors que (il me semble !) on fait des efforts démesurés pour montrer qu’on se vautre dans le 2 ou 3e degré, simplement déjà au niveau de nos titres… Quoique le dernier est plus ardu à décrypter, on pourrait presque croire qu’on s’est laissés allés à du premier degré, pour une fois !..

On rabache toujours que la scène suisse est fantastique, mais comment le vivez-vous de l'intérieur ? Tous les groupes suisses sont-ils si bons que ça ? (Avec des noms ?)
Raph : On le vit plutôt bien haha. Tous les groupes sont loin d'être aussi bons que ce que certains voudraient croire mais il est vrai que les moins talentueux restent souvent bloqués à la frontière et ont plus de mal à s'exporter.
On ne donnera pas de noms en particulier car on est des gars fair-play et puis surtout ça serait un peu gonflé. On n'a jamais prétendu être au dessus de la moyenne donc inutile de trasher qui que ce soit gratuitement.

Comment Joe Duplantier s'est il retrouvé à participer à la chanson "Muscle" ?
Raph : On avait fait une ou deux dates avec Gojira il y a quelques années et vu qu'on cherchait un invité vocal pour l'album, on a tout de suite pensé à Jo. Renaud lui a simplement envoyé un mail et une demo du morceau, avec les paroles et les lignes de voix auxquelles il pensait. Jo a donné son aval tout de suite malgré l'absurdité des textes qui sont à des kilomètres des thèmes assez profonds abordés par Gojira. En entendant le résultat on s'est dit qu'on avait demandé à la bonne personne. Mr. Duplantier est un pro et un type bien. On est honoré d'avoir sa présence sur ce titre.


"For Death, Glory and the End of the World"... Vous pensez aussi à la fin du monde le 21 décembre 2012 ? ;)
Renaud : Tu vois, quand je disais que les gens nous prêtent un sérieux qu’on a jamais que dans le choix de nos bouteilles… Je trouvais assez fun d’y aller avec un titre aussi pompeux, qui est très conquérant alors qu’on est le groupe le moins conquérant du monde au niveau plan de carrière… Mais c’est vrai que 95% des gens vont le prendre au premier degré, ce qui est assez drôle, et nous donne un petit côté Entombed comme ça on joue sur les deux (trois ?) tableaux… !

Plus sérieusement, pouvez vous apporter quelques informations et détails sur l'artwork et la signification du nom de cet album ?

Renaud : L’artwork a été fait maison (par notre guitariste Jacques), enfin, avec un peu d’aide de Jérôme Bosch (malgré lui). On a voulu un artwork qui colle au côté moyenageux du titre, et un truc classieux, avec un tryptique (sur la version limitée, l’autre est très vilaine !), histoire de ruiner notre label. On fait peu d’albums, donc on essaie de les faire beaux…

Concernant votre photo promo, on peut observer dans la scène métal un souci dans la répsentation : Klang!!! qui a mis de beaux costumes ou le côté rétro de The chariot l'an dernier...puis vous tout aussi classes... Pourquoi un tel effort de présentation, quelle a été cette motivation ?
Raph : Après trois albums à poser dans nos fringues de tous les jours on s'est dit qu'il était temps de soigner un peu notre look et de faire plaisir à nos familles. Qu'elles puissent enfin se sentir fières de leur progéniture malgré leur implication dans un vil groupe de métal. Et puis c'est fun de se déguiser de temps en temps et l'occasion de mettre des costards ne se présentant pas tous les jours, on a pas hésité…

La littérature est-elle une source d'inspiration ?
Renaud : pas le moins du monde, si l’on exclut Calvin et Hobbes (il y a une référence discrète à eux sur chaque album, c’est quand même plus cool que de se la péter avec du Byron, non ?)… Niveau inspiration pour les lyrics, faudrait plutôt chercher du côté de Desproges pour le cynisme et de Scissorfight pour les thèmes tout à fait hors propos.



Un coup de coeur musical ?
Raph : Le dernier Converge a tourné en boucle dans mon lecteur ainsi que le nouveau Krallice et l'album solo de Steven Wilson. Loin du rock et du métal, j'ai récemment découvert Kevin Drumm, un mec qui fait de l'ambient ultra minimaliste, idéale avant d'aller se coucher.
Renaud : Quest for Fire, une sorte de stoner psyché très poppy qui surclasse QOTSA devenus tellement ennuyeux… Et les morceaux qu’ont fait Ventura (un chouette groupe de notre ville) avec David Yow de Jesus Lizard.


Un coup de gueule ?
Raph : La Suisse est en train de virer de plus en plus xénophobe, c'est assez consternant.

 

 


 

Tout se termine sur un merci commun...
Sur une nouvelle écoute de For death glory and the end of the world...

photo de Tookie
le 20/02/2010

1 COMMENTAIRE

aurelio

aurelio le 05/03/2010 à 19:12:38

"Renaud : pas le moins du monde, si l’on exclut Calvin et Hobbes (il y a une référence discrète à eux sur chaque album, c’est quand même plus cool que de se la péter avec du Byron, non ?)… Niveau inspiration pour les lyrics, faudrait plutôt chercher du côté de Desproges pour le cynisme et de Scissorfight pour les thèmes tout à fait hors propos."

j'adore

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021