Mumakil - Interview du 11/04/2009

Mumakil (interview)
 
Pour commencer, la traditionnelle question : pouvez-vous nous présenter le groupe?
Mumakil est un groupe de grindcore qui a été formé en 2004 par des membres de divers groupes de la scène metal extrême à Genève (Nostromo, Knut,Stump Fucking, Deceit). Depuis nous avons effectué un peu plus d’une centaine de concerts en Europe et nous venons de sortir notre 2ème album « Behold the Failure ».

Récemment vous avez signé avec le label canadien Caustic Rhythms qui va distribuer votre précédent opus, « Customized Warfare », au Canada et aux Etats-Unis. Pourquoi avoir signé ce deal avec eux?
Ce deal date en fait de 2007, ce n’est pas récent. Suite à l’arrêt des activités d’Overcome Records, le label qui avait initialement pressé et distribué Customized Warfare, nous étions à la recherche de quelqu’un d’intéressé à reprendre le flambeau pour ce 1er album. Les gars de Caustic Rhythms nous ont proposé un deal rapidement et intéressant pour nous en distribuant notre disque au Canada et aux US.

Vous avez également signé un deal avec Relapse Recors dernièrement. Qu’est-ce qui a motivé ce choix?
Relapse est un label très connu pour la qualité de ses groupes, et aussi pour ses qualités de distribution et promotion à travers le monde. Dès qu’ils nous ont fait une proposition, nous n’avons pas hésité une seconde à signer un deal avec eux pour le nouvel album.

Vous avez été hyperactifs ces temps-ci en enchainant les splits Cds avec Inhume, Blockheads et même Misery Index ! Comment se sont passés ces enregistrements et qu’avez-vous tiré de cette collaboration avec tous ces groupes?
Oui tous ces splits ont vraiment été de super expériences pour nous. Cela a donné à Mumakil une excellente visibilité un peu partout en Europe, dans les distro indépendantes et sur internet. Le split avec les Blockheads est très particulier pour nous. Eux ce sont de vrais potes depuis longtemps et ce split symbolise bien le délire commun qui existe entre les deux groupes.

C’est une pratique très courante dans le Grind, plus que dans les autres styles, de multiplier les Splits Cds. Pourquoi selon toi?
Je pense que dans le grind, plus que dans d’autres styles de musique, les groupes ne se prennent pas trop la tête et ont compris qu’ils ont tout à gagner à figurer sur un split avec un autre groupe. Les splits sont souvent édités en versions limitées, ce qui apporte aussi un côté inédit au disque.

Et d’ailleurs, qu‘est-ce que le Grindcore à tes yeux? Comment définirais-tu ce vaste style musical?
Le grind est un mix entre death-metal, punk, metal et hardcore. Après on peut s’amuser à décliner plein de variantes ou d’étiquettes absurdes genre « vegetarian progressive grindcore ». Les gens confondent souvent le grind avec le death-metal et le crust, mais on va pas en faire toute une montagne non plus. L’important est que chacun y trouve son compte. Perso j’adore ce style et toutes les autres musiques extrêmes. C’est pour moi une forme d’expression aux possibilités infinies.

En 2007 vous aviez fait une tournée en compagnie de Blockheads, en 2008 vous sortez un splits Cds avec eux et une autre tournée en leur compagnie est prévue. Il est facile de constater que vous êtes très proche humainement ! Mais musicalement, dans quelle mesures vos deux groupes sont-ils comparables? Qu’est-ce que l’on peut trouver chez Mumakil qu’on ne trouvera pas chez Blockheads, et vis versa?
Les Blockheads sont vraiment des supers potes et on les connaissait déjà avant la formation de Mumakil. Au niveau musical, le délire de base est le même, mais il se décline pas vraiment de la même manière. Eux ont une approche beaucoup plus punk que nous dans le sens où ils ne se posent pas 36'000 questions avant d’envoyer la sauce et je trouve ça terrible ! Dans Mumakil, on est plus pointilleux par rapport à la précision, être « tight as fuck » sur scène c’est hyper important pour nous. On est aussi plus ouverts à d’autres styles comme le death-metal, brutal death etc que les Blocklards, qui eux sont des énormes punkos, doom, crust etc. Mais leur personnalité colle tout à fait à notre état d’esprit, ce qui est très important puisqu’on est souvent en tournée avec eux.

Dans le groupe, vous êtes tous issues d’autres formations (Knut, Nostromo, Stump Fucking ou Deceit). Avez-vous toujours des side-project ou Mumakil occupe-t’il tout votre temps?
On a tous des projets mais Mumakil est la priorité pour nous.

J’ai pu voir que vous définissez votre de style de Blastcore. Pourquoi ce nom? Mumakil est-il si différent des autres groupes de Grindcore pour ne pas porter la même ‘’étiquette‘’?
En fait ce mot ne vient pas de nous, c’est un pote qui s’occupait de faire le dessin d’un de nos t-shirts qui l’a posé dessus pour le délire et on trouvait cool ! Mais c’est vraiment de la déconne, on n’a pas révolutionné le style, ca reste du grind.

A propos de « Behold The Failure » qui vient de sortir, peux-tu nous parler un peu de sa composition et de ses textes? La méthode de composition d’un album de grind est-elle différente que pour un autre style (de par la durée des morceaux par exemple) ?
« Behold the Failure » est vraiment plus brutal et plus abouti que « Customized Warfare », qui marquait en quelque sorte les premiers pas de Mumakil . Nous sommes vraiment contents de ce second album. La méthode de composition est restée la même par rapport au 1er disque. C’est surtout avec l’arrivée de paroles concrètes que nous avons connu un changement musical important. On a toujours eu envie de mettre sur textes certains trucs qui nous font réfléchir et cette musique est aussi pour nous l’opportunité de chier sur pas mal de problèmes ou personnes qui nous dérangent dans le monde actuel, comme la pourriture du monde politique ou les lois immuables du système global dans lequel nous vivons. Voilà qui est fait avec « Behold the Failure ».

Que pensez-vous de la scène metal actuelle? Avez-vous eu des coups de cœurs récemment?
Pour ce qui est du metal extrême, je dois dire que pas mal de nouveaux groupes m’ont vraiment mis une belle claque, que ce soit sur disque ou en live, comme les petits jeunes de Trigger the Bloodshed(le bassiste a 17 ans !!) qui avoinent sévère, et toute la scène Québecoise, notamment Beneath the Massacre. Pour ce qui est du grindcore pur et dur, la scène est plus vivante que jamais, à l’image de Kill the Client, Insect Warfare, Phobia, et bien sûr Napalm Death, et ça nous réjouit beaucoup.

Voici une question spécifique à Coreandco: aimez-vous la littérature? Certains auteurs vous inspirent-ils dans vos paroles?
On n’a pas d’inspirations d’auteurs de la littérature pour nos paroles. Les sujets traités proviennent directement de l’actualité et on exprime notre propre point de vue à travers nos textes.

Et pour finir, qu’est-ce qui attend le groupe dans un avenir proche? Aura-t-on la chance de vous voir en France d’ici peut?
Actuellement nous nous concentrons sur les dates à venir. Nous avons déjà pas mal de concerts de prévus cette année et nous passerons bien sûr par la France. Toutes les dates figurent sur notre myspace (www.myspace.com/mumakil) et on se réjouit de vous croiser en tournée !
On a aussi démarré la composition de nouveaux morceaux pour diverses sorties à venir.

Je vous laisse conclure cette petite interview en vous remerciant d’avoir répondu à mes questions !
Merci à Core&Co pour cette interview et salutations au public français. J’éspère que notre nouvel album vous plaira. Keep on grinding !
photo de Domain-of-death
le 11/04/2009

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019