No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62)

  • No One Is Innocent (report)
  • No One Is Innocent - photo1
  • No One Is Innocent - photo2
  • No One Is Innocent - photo3
  • No One Is Innocent - photo4
  • No One Is Innocent - photo5
  • No One Is Innocent - photo6
  • No One Is Innocent - photo7
  • No One Is Innocent - photo8
  • No One Is Innocent - photo9
  • No One Is Innocent - photo10
  • No One Is Innocent - photo11
  • No One Is Innocent - photo12
  • No One Is Innocent - photo13
  • No One Is Innocent - photo14
  • No One Is Innocent - photo15
  • No One Is Innocent - photo16
  • No One Is Innocent - photo17
  • No One Is Innocent - photo18
  • No One Is Innocent - photo19
  • No One Is Innocent - photo20

No Oignies innocent.
Cette blague, qui vaut bien deux points Jean Roucas et sans doute reprise par la moitié de la salle, résume aussi le programme du vendredi 18 Mai au Métaphone...même si elle met de côté Hycks qui a brillamment ouvert la soirée.

Ces quatre musiciens du Pas-de-Calais se sont retrouvés à ouvrir sur la plus belle scène régionale pour un groupe qui a 20 ans de carrière : une mission bien ingrate...un challenge relevé mais réussi avec la manière.

Sans prétention, loin d'être maniéré, dégageant une sympathie aussi naturelle qu'inexplicable, le groupe joue une drôle de fusion bien groovy s'amusant aussi bien à mélanger les époques (la période charnière 90's-2000's) que les étiquettes (fusion, rock, "néo").
S'il est parfois un petit peu brouillon, notamment dans les finishs les plus intenses, le son d'Hycks est terriblement entraînant, emballant une salle acquise à sa cause.
Il y a certes les copains (le groupe est originaire d'Arras, à 20kms de là) mais aussi pas mal de curieux qui se sont laissés embrigader dès le premier morceau.

Hycks est une grosse boule d'énergie électrique, un Hadouken sonore, un Kaméhaméha musical qui a pété pendant une grosse demi-heure. Une bien belle impression en dépit du statisme du groupe, lui qui joue dans un genre qui mériterait peut-être un peu plus d'expression scénique. (Il fallait bien trouver quelque chose à critiquer négativement)


Le temps du changement de plateau, les deux bars de la salle tournent à plein régime. Les bières s'enchaînent (un peu trop vite pour certains) et les lumières allumées permettent de vérifier que les plus jeunes sont trentenaires. Il y a bien quelques "millenials" qui traînent, mais ils sont souvent accompagnés par leurs parents. 
La grande majorité de la salle est touchée par une petite calvitie et aura "mal à ses douleurs" le lendemain, parce qu'elle ne va pas s'économiser.

Echaudé par la bière, l'attente et un fanatisme vieux de deux décennies, le public fait un accueil triomphal à No one avant même la première note.
Les lumières rouges installent une ambiance alors que le groupe se retrouve en cercle autour de la batterie. Une formation que le quintet reprendra à plusieurs reprises, comme pour marquer le plaisir de jouer ensemble.

Le public déroule le tapis rouge pour le quintet, le groupe lui déroule son show à la perfection. 
Sur les huit premiers titres, sept sont tirés des deux derniers albums largement connus et assimilés par l'assemblée.
Sur scène, le groupe est à l'aise, se connaît parfaitement et n'offre pas de surprise mais ne se ménage pas une seconde.
Le dialogue entre le public et Shanka (par de brèves apartés) ou Kemar (plus largement) est bien installé, entretenant ce rapport qu'il y a entre le groupe et ses auditeurs depuis longtemps.

Afin de contenter ce public de darons, le groupe va alors entamer "La peau", marquer '"Nomenklatura" d'un "la jeunesse emmerde le Front National"...qui trouvera un certain écho sur ces terres du bassin minier gangrenées par l'extrême-droite) et offrir une excellente reprise de "Bullet in the head" des RATM.

 

RATM. L'ombre qui plane lorsque Shanka approche ses doigts de ses cordes, mais dont on mesure tout le talent, toute la classe et la qualité de show-man.
Plus discret, Bertrand s'efface avec une basse tout de même largement audible. Le batteur, Gaël, et Popy le second guitariste savent profiter de la lumière sans être exagérément démonstratifs. 
On peut d'ailleurs en profiter pour souligner la constance de l'excellence du Métaphone pour le son mais aussi pour les lights accompagnent chaque titre avec une couleur différente et particulière.

Jouissant d'une certaine popularité auprès de ce qui furent des kids, Kemar s'exprime, échange avec un public décidé à slammer...même lorsque la musique est arrêtée, même lorsque seules les filles sont invitées à monter sur scène (et que les barbus suivent...).
Toujours est-il que la prestation du frontman est égale à celle du groupe : intense et impeccable. On revit chaque titre avec une énergie nouvelle à chaque fois que la musique redémarre.
Le chanteur s'offrant un bain de foule, on découvre surtout que les fans et No one vieillissent ensemble mais font fi du poids des années sur leur carcasse : ça saute, ça gueule, ça se bouscule. Tant pis si ça se paiera les jours suivants.

Après un faux-départ, le groupe revient pour trois rappels : "Ali", "Charlie" et "Chile" viennent conclure une soirée durant laquelle beaucoup auront levé leur poing fermé, ouverts leurs gueules et lessivés leur corps tout entier.

 


Set-list (source Setlist.fm) :

 

Djihad Propaganda
La Gloire du Marché
Silencio
Kids Are On The Run
Desperado
Nomenklatura
Les Revenants
Frankenstein
La peau
Bullet in the Head
Liar (Machine À Rêver)
Drugs
20 ans

Ali (King of the Ring)
Charlie
Chile

 

photo de Tookie
le 29/05/2018

Les photos

No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo1No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo2No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo3No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo4No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo5No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo6No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo7No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo8No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo9No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo10No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo11No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo12No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo13No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo14No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo15No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo16No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo17No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo18No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo19No One Is Innocent le 18/05/2018, Le Métaphone, OIGNIES (62) - photo20

2 COMMENTAIRES

sepulturastaman

sepulturastaman le 29/05/2018 à 10:14:33

Tookie en plus t'es photographe ???

Tookie

Tookie le 29/05/2018 à 10:47:27

Non, je prends des photos, je ne suis pas photographe ^^

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • LIONS METAL FEST le 1er juin 2019 à Montagny (69) avec VADER, BENIGHTED,...
  • Daughters au Point Éphémère à Paris le 10 avril 2019