Akimbo - Navigating the bronze

Chronique CD album (39:17)

chronique Akimbo - Navigating the bronze

A peine la réédition de "Harshing your mellow" avalée (ressorti début 2007), les AKIMBO sortent leur nouvel album chez les mythiques ALTERNATIVE TENTACLES. 10 titres pour 40 minutes : c'est parti, naviguons avec eux.

 

C'est sûr, AKIMBO n'a rien perdu de son talent sur des titres qui rappelleront le précédent opus ("Wizard von wizard" par exemple). Mais globalement, ce disque est difficilé d'accès au démarrage : certaines ryhtmiques se ressemblent énormément, et c'est un sentiment partagé qu'on éprouve au fil des premières écoutes. Ce qui est certain, c'est que si l'on écoute cet album d'une oreille distraite, rien n'en ressort véritablement ; si ce n'est "Roman coins", qu'on ne peut évidemment pas rater car ce titre est en fait un solo de batterie de 2'30 tout simplement excellent : il démarre calmement puis se termine en apothéose.

 

Bref, le rock burné des américain se livre véritablement qu'au bout de plusieurs écoutes attentives ; c'est là que l'on découvre tous les excellents plans que comportent cet album, en commençant par "Dungeon bastard" qui lui aussi démarre moyennement mais qui ensuite est une succession de riffs qui ne peuvent que vous trotter dans la tête (surtout le dernier de guitare). Alors forcément, une fois parti, "Lungless" nous rappelle combien AKIMBO joue du heavy rock parfaitement bien, et les hurlements de Jon Weisnewski par dessus sont un régal. Malgré le changement de guitariste avec l'arrivée de Aaron WALTERS, on ne peut pas dire que la différence de jeu soit flagrante, ou alors un poil trop linéaire sur les premières écoutes comme je vouos l'ai dit plus haut. Un petit mot sur la pochette, malgré le camion couleur argent, je trouve l'artwork assez moyen, même si très second degré (enfin j'imagine...). Je lui préfère largement celle de "Forging steel...". Enfin, sur le dos du boitier, on peut lire "Play this album loud" : difficile de donner tort à cette phrase, tant la puissance du trio de Seattle se dégage avec les watts.

 

Ce nouvel opus d'AKIMBO est donc très sympa, mais malgré tout je lui préfère grandement le précédent, qui était plus cohérent et plus varié. Celui-ci est nettement plus rentre-dedans, ce qui impose parfois une grosse répétition rythmique. Enfin, cela n'empêchera pas le groupe de tout exploser en live et de rester parmi les fers de lance de cette nouvelle vague de heavy rock bien cradingue.

photo de Pidji
le 02/10/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements