Akirise - Brouiller l'écoute

Akirise - "Brouiller l'écoute"
chronique Akirise - Brouiller l'écoute

Comment faire du neuf avec du vieux ?

Prenez tout ce qui s'est fait de bien en France ces dernières années en matière de musique agressive :

-Lofofora qui, dans les années 90's, a essuyé les plâtres en proposant des paroles un brin démago mais clairement revendicatives.

-Enhancer qui, début 2003, proposait une fusion rap/hardcore/métal. Si aujourd'hui le groupe est une des meilleures mauvaises blagues de la scène, ils firent aussi une première percée intéressante dans les médias français. En proposant des chants différents, des rythmiques réfléchies et différentes leur premier album "Et le monde sera meilleur" passait très bien : ils avaient toutes les clés pour avancer.

-Psykup dans le genre décalé : changement de rythmes imprévus, textes délirants, encore une fois l'alliance de deux chants très différents, des structures qui ne suivent aucun modèle.

 

Le tout digéré avec des influences américaines plus discrètes comme System of a down (pour la patte décalée), un poil de KoRn et de Faith no more (pour l'aspect groovy). Le résultat c'est Akirise. Une fois le petit côté blagueur avec la contrepèterie du titre de cet album "Brouiller l'écoute" découvert, on s'enfonce dans un univers rappelant aussi les excellents français de Paraffine avec le titre "Interference" (2e partie). Les paroles de ce morceau rappellent un peu la "Team Nowhere", d'ailleurs cet aspect se vérifie aussi sur "Akirise".

 

Niveau paroles on profite également des descendants de Lofo sur "Les raisons de la colère", des neveux de Psykup sur "...les agneaux" ou "Petits bateux". Mais un sentiment de condescendance se ressent sur "Immonde mapmonde", dont l'écriture est en plus un peu bancale, voire complètement clichée. Pour "L'enfant", texte lu par des gamins avec en arrière fond un son de récréation de primaire, c'est une moue indécise, symbolique de l'ensemble des performances vocales qui clôt cet album. On peut parler des breaks imposés par le chant sur "Zaporama","Petits bateux" ou "Little Sweety" dont l'utilité est critiquable, ou du moins une affaire de goût.

 

Musicalement, l'ensemble fera plus facilement l'unanimité. Entre la brutalité du lancement sur "Les raisons de la colère", suivie de changements de rythmes aussi inattendus qu'inspirés (l'inclusion d'un passage groove, un autre country). C'est une vitalité instrumentale dont le groupe fait aussi preuve sur "Hurler aux loups", "Petit bateux" ou "L'Eveil" Le son de basse, irrémédiablement "fusion" notamment dans "Sous France" ou encore "Petit bateux" ajoute à cet aspect laissant penser que Akirise s'est inspiré d'un passé proche. Bref, le groupe ratisse large comme "Interference" le démontre avec talent, allant dans la progression, incluant toujours des breaks, des cassures nettes et surprenantes.

 

Si les paroles ne plairont pas à tous elles sont aussi une empreinte...pas vraiment personnelle du groupe. Elles donnent tout de même l'occasion aux deux chanteurs de s'exprimer et de se faire comprendre. Un luxe supplémentaire aux réussites musicales qui font de "Brouiller l'écoute" un album historique...s'il était sorti 10 ans auparavant. Mais, datant de 2008, il ne sera qu'une étape pour un groupe qui a toutes les qualités pour grandir si les paroles venaient à être un peu plus travaillées. Musicalement, on ne devrait pas s'inquiéter si le groupe continue sur la même voie. A suivre de prés avec l'optimisme que la scène française continue à nous donner.

photo de Tookie
le 17/10/2009

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements