Black Rainbows - Stellar prophecy

Black Rainbows - "Stellar prophecy"
chronique Black Rainbows - Stellar prophecy

Je connais bien Black Rainbows. Pas personnellement, hein, ces mecs sont surement bien trop cools pour moi. Mais de toute façon, nous ne serions plus amis : ces gars là sont insaisissables.
Quand tu connais un peu le groupe tu te dis qu'après "Hawkdope", qui date pourtant presque d'hier (2015), le groupe va continuer dans son style bien fuzzy m'évitant ainsi un cassage de fessard à écouter l'album 100 fois pour en chier 20 lignes.

Mais Black Rainbows n'est pas du genre à se laisser aller et sort un album avec 7 titres et presque autant d'univers.
Le groupe se tourne donc vers un son un peu plus crasseux, une guitare plus grésillante et plus lourd. Au début, ça chamboule pas mal.

Avec "Electrify", on a plus l'impression de se retrouver avec un morceau punk-garage avec comme chanteur Iggy Pop ou Mick Jagger.
Pour "Woman", si le rythme est plus posé, la reverb' poussée à fond avec une guitare qui sent plus le désert. On ne retrouve pas complètement nos italiens d'antan...et avec un morceau pareil en 2nde piste, on craint de faire la gueule à ce "Stellar prophecy".
 

Et là, rebondissement : la drogue fait enfin effet !
 

Du rock psyché 70 avec des sons et des ambiances spatiales, des chemins alambiqués, des samples qui résonnent, on est en plein trip sous acides. 
Les trois compères deviennent les 8,9 et 10èmes italiens à aller dans l'espace.

Sorti de ce titre multicolore, le groupe reprend du poil de la bête. Ce n'est pas là qu'il est le plus mauvais et c'est plutôt cool de ré-accélérer avec le titre fleuve et défonçant précédent.
Ce n'est pas non plus là qu'il est le meilleur.
"Evil snake" est franchement cool, son énergie est plaisante, mais le groupe se reperd ensuite dans un style bien stoner, bien lourd et grésillant, mais un peu commun.
S'il est puissant avec le son qui va bien pour l'occasion, il est aussi passe-partout et peu marquant.

Le penultième morceau se fait avec un titre assez fuzzy, bien cool, bien psyché, sorte de cross-over condensé de tout ce qu'on a entendu précédemment. 
"Keep the secret" a plus d'envergure que ses prédécesseurs, mais il manque ce qui ne manquait pas aux autres albums du groupe : du charme.
C'est là que le groupe se rattrape avec "The travel", que je ne te traduis pas, mais qui est un escalier vers les étoiles, grossièrement assez proche de "Golden widow" mais bien plus tourmenté, parfois inutilement d'ailleurs, avant de reprendre une route plus calme.
 

Le boulot est bien fait, faut les avoir bouchées pour ne pas aimer quand on est fan du style, mais si les titres passent bien, rien ne reste. Le marathon "Golden widow" n'y fait rien :  ce n'est pas le plus grand des Black Rainbows
Qu'importe, si le groupe continue à écrire à cette vitesse, "Stellar prophecy" sera parfait pour nous faire patienter jusqu'au prochain...mais il est certain que, malgré sa belle pochette, cet album ne pèse pas bien lourd face à ses prédécesseurs et espérons le, ses futurs successeurs.

photo de Tookie
le 20/05/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements