Buried Inside - Chronoclast

Chronique CD album (40:02)

chronique Buried Inside - Chronoclast
Avec ce premier LP sorti chez RELAPSE, les canadiens de BURIED INSIDE entrent directement dans la cour des grands. Après avoir tourné avec des groupes comme (excusez du peu) THE END, CONVERGE, CREATION IS CRUCIFIXION, BREAK OF DAWN et UNEARTH, ils nous arrivent cette galette intitulée « Chronoclast », une sorte de concept-album sur le temps et les différentes manières de l'aborder. Et pour pour cela ils n'ont pas fait appel à n'importe qui puisque c'est à Matt Bayles (MASTODON-ISIS) qu'ils ont confié la production de cet opus au combien ambitieux.

Si l'on est de mauvaise foi et qu'on aime écouter que le début des chansons pour juger un album (ce qui n'est pas mon cas je vous rassure), on pourrait se dire aux premières notes de 'Introduction': « putain! Encore un clone de CULT OF LUNA et consorts... », car il est vrai que la guitare sonne de la même manière que les suèdois (de même que pour les débuts de 'Time as Methodology' ou 'Time as resistance') et que l'on a affaire à un rythme lent. Mais impossible de réduire BURIED INSIDE à une très pauvre et simpliste comparaison avec un groupe qui les a inspiré (car c'est certainement le cas), non: nos chers amis d'outre-Atlantique sont plus inspirés que ça et préfèrent partir aussi loin dans la violence que dans la quiétude. A l'image d'un 'Time as surrogate religion', leur musique empreinte de mélodies très « screamo » ('Time as imperialism') peut très vite prendre une teinte très métalesque et aggressive (en témoigne 'Time as abjection' ou 'Time as ideology'). On retrouve même parfois un petit quelque chose de ISIS, comme des riffs de grattes qui peuvent nous sembler familiers, baignant, cependant, dans une atmospqhère totalement différente de celle que nous offre Aaron Turner. En fait, on a constamment l'impression de connaître telle intro ou tel riff ou tel machin (c'est le cas pour l'intro au violon de 'Reintroduction') mais on est finalement toujours surpris par le reste du morceau: comme si on nous servait un plat qu'on connaît mais en guise de petit déj' au lieu du déjeuner; et là ça n'a plus du tout le même goût (en beaucoup mieux, assurément) et ça surprend vachement ... et bien c'est un petit peu ça. Et le tout imbibé de désespoir et d'autres émotions très fortes que l'on ressent aussi intensément qu'avec les japonais (et gros prodiges du screamo) d'ENVY, ce qui est une référence. On en ressort bien éprouvé mais diablement heureux d'avoir trouvé à la croisée des chemins du screamo, du H*C chaotique et autres styles à la définition si fastidieuse un tel groupe aussi scotchant.

Même s'ils n'en sont pas à leur coup d'essai, on peut presque parler de révélation pour ce groupe qui sort de l'anonymat avec cet album.Et quel album, vraiment!!RELAPSE ce cessera - au même titre qu'HYDRAHEAD ou NEUROT - décidément de nous ravir, en nous faisant découvrir des bijoux pareils. Ces labels sont indispensables décidément.
photo de Mat(taw)
le 06/04/2005

1 COMMENTAIRE

(((viking jazz)))

(((viking jazz))) le 09/08/2007 à 13:33:50

bonne chro mat, c'est vrai je trouve cet album beaucoup plus aggressif dans ses émotions (peut etre plus uque dans sa musique) que les groupes dont il semble le clone au premier bord. enfin tout ca pour dire que ce skeud est un de mes petits coup de coeur !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019