Comity - A Long, Eternal Fall

Comity - "A Long, Eternal Fall"
chronique Comity - A Long, Eternal Fall

Ah la maturité, l'arrivée de l'album plus posé, des refrains catchy et la recherche de LA mélodie… Et le chant clair pour plaire au plus grand nombre… En fait non, c'est tout l'inverse. Comity est de retour, ils sont énervés, et ils tabassent. « Ils distribuent les swings et les uppercuts. Ça fait VLAM, ça fait SPLATCH! et ça fait SHEBAM! POW! BLOP! WIZZ! (…) ». Voilà, c'est à peu près ça.

 

Vous aurez reconnu en ces termes ci-avant Botch, Converge, Eden Maine (toute une époque), voire Celeste, mais aussi et tout simplement, Comity. C'est compliqué, sérieux, ça fait mal en haut et en bas. Oui, on a du mal à s'y retrouver dans un tel capharnaüm (aka version PostDeathMötörsküd), et c'est cette perte de contrôle qui ravira tous ceux qui aiment à s'y laisser Submerge-r. Sans rester Superstatic Revolution, ils ont développé une plus grosse utilisation de la double à la batterie pour un début d'album comme une mise à genoux pré-exécutive. Ils ancrent cette noise dissonante qui avait infiltré le core, tout en restant au goût du jour (vous entendez le début de "Sadness Comes Home" des Converge ?). La voix est rauque. La sirène alarme. Les notes défilent sur les manches. La dalle est massive. Et la violence. On restera juste surpris de ce moment en rappel à l'emo-screamo des 2000's, qu'on espérera nostalgique, tant il détonne du reste de l'album. De cet album comme un pic difficile à gravir, comme imagé dans ce clip qu'ils nous avaient lancé en amont, pour mieux nous appâter.

 

« Attention chérie ça va trancher » (Our Dreams Walking Their Way).

photo de R.Savary
le 30/05/2017

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements