Demonical - Mass Destroyer

Chronique CD album

chronique Demonical - Mass Destroyer

Parfois une belle histoire peut être gâchée par des détails.

Un peu comme quand vous embrassez une fille pour la première fois et qu’elle a mauvaise haleine. Elle sent pourtant bon de partout ailleurs mais vous restez sur cette première sensation.

Eh bien le dernier Demonical fonctionne comme ça.

 

La précédente fournée des Suédois ayant été particulièrement efficace, le niveau devait se maintenir dans le haut du panier du vieux Death du coin.

Mais Mass Destoyer commence de façon bien routinière avec deux titres pour grand-père. Certes, on retrouve le swedeath un poil mélo du combo, et son joyeux bourdonnement de HM-2 Boss. C’est pas pénible mais si peu emballant qu’on se prête à décrocher rapidement, malgré la courte durée de ce premier morceau.

"Sun Blackened" est fabriqué sur un schéma presque identique. On s’emmerde, donc, un peu, dès le début de l’album. Les tics à la Amon Amarth, ça passe, mais pas deux fois de suite.

 

Le doute nous noue, alors, la gorge. Et rétracte nos gonades à la taille de petits pois. Les vétérans de Demonical seraient-ils de retour dans la deuxième division de leur Darkness Unbound peu sexy sous la couche de maquillage ? Ben oui.

Et crotte, j'ai pété le suspens.

 

Le mid-tempo classique mais efficace de "Fallen Mountain" rassure quelque peu pourtant et on se dit que le skeud doit être un diesel. Non, pas une merde qui pollue la planète et fout le cancer, mais une machine qui a du mal à se lancer dans les montées.

Avec "Wrathspawn", les affaires sérieuses commencent en un D-Beat ravageur. On désespérait. Enfin un hit ! Enfin un brûlot cramant la gomme en mode Fury Road ! Vous êtes témoin !!

De plus, pour son deuxième album avec la formation, Christofer, au mic, n’est jamais aussi efficace que quand il débite ses lyrics comme un gros fauve fielleux.

"Dödsmarsch" enchaîne et déchaîne les feux des enfers : ça y est !!! Et on est bien là, au cœur de la meule !

"Lifeslave" constituera aussi un très bon titre comme Demonical sait les composer, catchy en diable et puissant. La suite sera bien pépère à sa mémère, par contre.

Et le soufflé ne comporte que 8 titres.

 

Au final, on ressort de ce Mass Destroyer comme avec la fille de tout à l’heure.

On a passé un bon moment mais il demeure un drôle de goût dans la bouche qui nous ennuie.

photo de Crom-Cruach
le 11/05/2022

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 11/05/2022 à 07:06:26

C’est donc que ce n’est pas sur la bouche qu’il fallait l’embrasser (oui bah j’essaie de trouver des solutions moi au moins…)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 11/05/2022 à 17:49:31

C'est sous-entendu dans" l'introduction" de la "chro-nique".
" "

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Soirée FRANKENHOOKER (DEAFHEAVEN + CELESTE + WHISPERING SONS + SLOW CRUSH) le 30 septembre à l'Elysée-Montmartre
  • Seisach' Metal Night #3