Demonical - World Domination

Chronique CD album

chronique Demonical - World Domination

Même si Demonical a changé de brailleur et de frappeur récemment, les Suédois n’ont toujours pas coupé leur gnôle made in Sweden.

En fait, c’est juste le retour de Ronnie, le premier batteur du combo, derrière les fûts. Au mic, Alexander est parti vers les mauvais Centinex alors que le sympathique Christofer, venant des excellents Fimbultyr, le remplace. Pourquoi sympathique ? Car j’avais bien échangé avec lui lors de la sortie du premier skeud de son ancienne formation.

 

On est donc toujours en terrain connu, celui du Dismember-like. Chaos Manifesto m’avait mis une bonne claque tardivement. Je frétillais donc du skegg à l’idée d’écouter cet alléchant rejeton swedeath.

Le premier titre reprend là où on avait laissé le bourbier. Une cavalcade Amon Hypocrysienne brutale et précise en D-Beat, nous éclate alors le dentier, plus sûrement qu’une chute de parapente sur le pavé.

Le trio d’entrée, avec le particulièrement méchant "Hellfire Rain" et le pesant "Aeons Of Death" armé d’un solo très mélo, se pose même en modèle de terrassement, comme une pelle mécanique parfaitement huilée.

Ce troisième titre en mid-tempo possède d’ailleurs un refrain d’une efficacité surprenante. Le nouveau grizzly, au chant, se révèle ainsi particulièrement convaincant et possède en plus la tronche qui va avec le job.

Le son des grattes est plus massif que sur Chaos Manifesto participant à la densité de l’objet au milieu duquel on voit comme au travers d’une pelle. Merci à Karl Daniel Lidén (The Old Wind/ A Swarm Of The Sun) pour son taf. Pour les trves, le gars a tout de même produit du Breach.

Une petite surprise viendra en avant-dernière position. Bonne ou mauvaise, je vous laisse en juger puisqu’il s’agit d’une collaboration, au chant, avec Nils Patrik Johansson de Astra Doors. Un groupe de Heavy Power... Il en résulte une sorte de ballade bâtarde comme si Dio faisait du Death... mais qui a, au moins, le mérite de risquer un truc.

La courte durée de l’album évite la moindre parcelle d’once de remplissage et renforce sa formule éprouvée. Les quelques scories du précédent sont donc absentes, tas de mangeurs de foin et enfants de groin.

D’où la note amoureuse et excessive, car, aussi:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coincé entre le fusil de chasse Lik, la katioucha Just Before Dawn, le débroussailleur Disrupted, la tronçonneuse Pyre, et le croc de boucher PuteraeonDemonical, après 15 ans de sévices, tient toujours la machette du genre, levée bien haute.

photo de Crom-Cruach
le 20/11/2020

2 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 20/11/2020 à 10:13:28

"Tu es trop généreux mais le skeud passe bien, au final. "

Haha ;)

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 20/11/2020 à 16:57:09

PLAGISTE !!!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements