Electric Wizard - Let us prey

Electric Wizard - "Let us prey"
chronique Electric Wizard - Let us prey

Puisque le retour et le re-départ de Mark Greening ces derniers temps a secoué le petit monde Stoner Doom, et que la sortie du prochain album se rapproche dangeureusement, avec donc le retour momentané de cet excellent batteur, et sa frappe si particulière, inimitable, il est de bon ton de retrouver la dernière sortie qu'il a faite avec Electric Wizard. Let us prey... Parfaitement inscrit entre le crade Dopethrone et le parfait We live, cet album apporte une sorte d'équilibre, c'est lui qui, je trouve, donne la meilleure définition d'Electric Wizard, en terme d'essence pure. 

 

Il y a une terrible magie dans cet album, Chtonienne, sournoise. Les riffs sont lourds et pesants, assourdissants (car il faut écouter ça fort), ténébreux. Moins de haine que dans Dopethrone, qui la témoignait à la face du monde avec un majeur levé, mais plus de fatalité, de Doom. "The outsider" en est la parfaite démonstration. Mais dans tout ça, il y a toujours cette classe magistrale et ce groove souvent imité mais jamais égalé. "... A chosen few", "Master of alchemy" et "Priestess of Mars" font partie des morceaux les plus intouchables, parfaits de leur discographie, que ce soit en terme de son, de ton et d'intention.

 

L'on y voit aussi de la colère, du punk, dans "We, the undead", où la voix de Jus Oborn est complètement arrachée. Mais tout cela se retrouve noyé dans une vision fantastique et profonde, surréel, mettant en scène des hordes de zombies et autres divinitées cachées. En dehors de la réalité, quelque part ailleurs.

 

Il y a aussi du désespoir, celui que donne avec amertume les quelques notes égrénées sur un piano dans "Night of the shape", terrible désespoir qui colle au fond du siège et laisse inapte à la moindre action, comme un déchet...

 

Complainte désespérée ou rituel évocateur, The Electric Wizard a le don d'emmener l'auditeur ailleurs et de le détacher complètement de son petit monde. Let us prey est un grand chef d'oeuvre et se suffit à lui-même.

 

Achat ou pas achat ? Achat.

photo de Carcinos
le 17/08/2014

1 COMMENTAIRE

sepulturastaman

sepulturastaman le 17/08/2014 à 10:00:46

Leur meilleur, une bande son parfaite à ma salle humeur.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019