Family - Portrait

Family - "Portrait"
chronique Family - Portrait

Avec un style et un nom de groupe et d'album qui sent le réchauffé à plein nez, les noms de Justin Mantooth (Unsane, Cave In) et d'Alan Douches (Mastodon, Torche) ou Pelagic Records (le label de Monsieur The Ocean) peuvent rajouter une couche de prévisible à l'appréhension d'un disque. Dans le cas présent, c'est plutôt la pochette qui m'a mit l'eau à la bouche : une peinture glauque et faussement naïve de l'artiste new-yorkais Eric Diehl qui aura sût capter mon attention et fait finalement découvrir un album coup de cœur de cette fin d'année.

Dans le genre on peut dire qu'on à quasiment tout entendu, que ça soit en terme de prod, de compos, d'ambiances... il n'y a plus rien à prouver. Et pourtant Family, se lance dans l'aventure à corps perdu sans remords, sans honte, en toute honnêteté. Influences aussi bien digérées qu'assumées, musicalité affirmée et un sens des mélodies honorable. On navigue dans ce disque en découvrant au fur et à mesure que le groupe ne se démonte pas, bien au contraire il y va franco délivrant riffs, arpèges avec une musicalité sincère bien qu'inscrite dans la lignée de ses prédécesseurs. S'il nous semble prévisible, Family arrive cependant à nous emmener dans son univers grâce à ses enchainements de parties. On avance à l'aveuglette dans les compositions du groupe en imaginant une suite logique à tel ou tel riff pour finalement se faire surprendre par une ambiance totalement complémentaire et inattendue, et ce de manière constante tout au long des compositions. C'est là le point fort de cet album, bien qu'en terrain connu il arrive toujours a prendre un raccourci ou un chemin tortueux pour nous emmener là où il veut. Toute la musicalité du combo new-yorkais se développe ici et je la trouve extrêmement touchante, car au delà de son rappel incessant à des groupes qui nous sont chères elle nous surprend sans arrêts sans pour autant nous déstabiliser. On est ainsi plongé dans un état assez étrange à l'écoute de ce disque, distillant toutes les influences et admirant à quel point le groupe les manie et les arrange. Certains diront qu'au contraire on passe de Mastodon à Tool à Cave In à Unsane sans lien logique et sans recherche de démarcation de ses aïeux, mais pour moi Family à réussi à dépasser ce stade de régurgitation et joue avant tout - me semble-t-il - ce qu'il aime avec brio.

Nous sommes dans une situation d'écoute totale quand on appréhende ce disque, pas un moment on se dit "ho ce que c'était prévisible" et tous les petits trésors d'écriture dont regorge ce Portrait sont un véritable délice pour les oreilles. Mon seul regret c'est l'absence de chant clair qui aurait divinement accompagné certaines mélodies ("Othermother") et donné encore plus de caractère à l'ensemble, sans tomber dans du Fall Of Troy non plus... A la manière d'un Intronaut, Caravels ou d'un Cloudkicker, Family n'a pas la prétention de réinventer un style mais se l'approprie en le jouant à la perfection et lui apporte une musicalité incroyable. Notez également que le groupe sonne américain de bout en bout et a réussi a garder une couleur globale tout à fait cohérente qui ressort dès la première écoute. Au delà du travail de prod c'est aussi dans le choix des influences et dans la manière de jouer qu'on se retrouve avec un tel rendu homogène, collant d'autant plus à l'idée du thème de l'album. C'est sans doute l'effet nostalgie qui me joue des tours, mais quand j'écoute un album de ce genre en 2012 et qu'il m'évoque plein de disques que j'ai adoré plus jeune tout en y incorporant une science de l'écriture que j'apprécie aujourd'hui, je ne peux que tomber sous le charme. Exécution remarquable.

photo de Viking Jazz
le 13/12/2012

3 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 13/12/2012 à 09:56:17

Yes, bonne surprise sortie de nulle part !

Tookie

Tookie le 30/09/2015 à 08:53:59

Découverte ce matin...mais j'ai eu l'impression d'entendre un bon Baroness...

pidji

pidji le 30/09/2015 à 09:23:42

Oui il est bon ce disque!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Criminal - White Hell
Deicide - To Hell With God