Fractal Gates - Beyond the self

Chronique CD album (45:00)

chronique Fractal Gates - Beyond the self

Les français seraient prétentieux.

 

Sans doute. Mais lorsqu'ils peuvent rivaliser avec les meilleurs, pourquoi le coq français ne bomberait-il pas le torse...

 

...pour chanter à pleins poumons ? 

 

Fractal Gates se frotte avec le soutien de Great Dane records à ce qu'il se fait de mieux au Nord du Nord.

Jouer des coudes pour se faire entendre au milieu des Dark Tranquillity, Arch Enemy (version masculine) et plus indirectement In flames (période "Whoracle" / "The jester race") / Ill disposed est risqué.

 

Exister dans un milieu où les premières places sont trustées par les inimitables scandinaves depuis plus de 20 ans est quasi-impossible (une pensée pour Amon Amarth en passant).

Ne pas copier dans un style quasi-sclérosé l'est encore plus.

 

Alors c'est inévitable, le death-mélo des français reprend des elements incontournables empruntés aux groupes sus-nommés.

Et alors ? Ca n'empêche pas aux 14 titres de "poutrer".

Bon exceptions faites des pistes 1, 6, 14 (intro et interlude et outro).

 

Structures concises, les morceaux sont aussi nets qu'un pubis de mannequin : pas un poil qui dépasse. Toute imperfection est corrigée : c'est beau, c'est propre.

Les bonshommes de Fractal gates (d'ailleurs au delà du nom, on repense au riffing d'At the gates pour les morceaux les plus énervés) sont quand même bien malins.

 

Le son métal (particulièrement bien mis en boîte) est une constante, les rythmiques le sont moins pour le plus grand équilibre de l'album.

En envoyant le bousin sur certains morceaux, on se prend une grosse déflagration sonore qui s'en tient à manger en pleine face la grosse voix, une batterie millimétrée (mais somme toute classique) et ce qu'il faut comme guitare.

Des accents épiques, d'autres agressifs, parfois mélodiques. Bref, tout ce qu'il faut.

 

Dans ses moments les plus calmes, le travail du clavieriste donne du corps et une ambiance particulière, froide, futuriste presque, "dark" même à 50 minutes qui défilent à grande vitesse.

Chaque moment qui ne s'exprime pas dans le death, dans la brutalité laisse place à des petits effets bien réussis ("Reverse dawn" et son chant doublé), le chant clair/heavy/pop du surprenant "Mighty wings" etc.

 

Bref, ça dégueule de bonnes idées aux côtés d'inspirations plus classiques et parfois prog'. 

 

Continuer cet article tiendrait du simple relevé de bonnes idées. Pour le coup, les scandinaves auraient presque de quoi nous jalouser.

photo de Tookie
le 28/06/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021

HASARDandCO

Varg - Wolfskult
Chronique

Varg - Wolfskult

Le 17/01/2014

Joesson + The june ampera - Split