Green Day - iUno!

Green Day - "iUno!"
chronique Green Day - iUno!

Saperlipopute!!! Du Green Day sur un zine Underground!?!? Rassurez-vous, on a pas vendu nos fesses et Core And Co ne compte pas installer de bornes Internet au rayon Emopouf de chez Pimkie ou Jennifer! On a juste envie de ramener notre fraise et pisser à contre vent. Tout le petit monde du Rock guimauve va glouglouter autour du nouvel opus de Green Day pour dire qu'il est grave trop trop bien kikou et qu'il faudra sécher le cours d'histoire-géo pour aller l'acheter… Je rajoute quand même ma giclure aux flots d'encre qui suivront cette sortie, uniquement pour donner l'avis d'un vieux fan.

 

Malgré les passages à vide, les traversées du désert et une résurrection surprise au début du XXI° siècle, Green Day a toujours fait partie de mes groupes de chevet et ce depuis 1994. Certes l'apparence calculée, le marketing obscène, le look rebelle de lycée à 40 balais, la comédie musicale débile, les couches d'antiride et l'eyeliner sont insupportables pour ceux qui les ont supportés et écouté à l'époque où ils étaient considérés comme un groupe de troisième zone… Mais bon… le petit groupe d'Oakland est devenu une machine de l'industrie Rock. A l'instar de Metallica, Green Day a roulé sa bosse du 924 Gilman Street aux tournées des stades, sa musique a traversé les strates de la popularité en y perdant un peu son âme. Bastons, mariages foireux, picole, drogues, pétages de plombs, désintox… Green Day possède toute la collection de casseroles qui font la légende d'un groupe culte! Nettement moins lisses et gentils que dans la pub, les Green Day ne datent pas d'hier et il est fort dommage de le réduire à un groupe de midinettes!

 

D'ailleurs ces dites pisseuses risquent de faire un peu la gueule en découvrant iUno!; Green Day a délaissé l'aspect concept album opéra branlette Rock de American Idiot et de 21st Century Breakdown pour revenir à une musique nettement plus directe et épicée. Comme vous le savez déjà, iUno! est le premier volet d'une trilogie dont la suite sortira dans quelques mois.

 

Mais au lieu d'invoquer les oracles et de se perdre en conjectures sur iDos! et iTré!, on va se plonger dans ces douze nouvelles chansons qui marquent le retour du Green Day d'antan! Plus simple, plus directe et plus efficace que ces deux prédécesseurs, cette tartine vous remuera la couenne. Un retour en arrière flagrant qui fait plaisir; on oublie les cataractes de sirop de guimauve et on a droit à une jolie plâtrée de Punk Rock plein de jus. Les orchestrations poussives, les morceaux fleuves et les surdoses de Pop nunuche ont été mises de côté, Billie Joe et ses compères ont retrouvé le chemin de la patate. Des riffs couillus, une basse profonde, des refrains entêtants, une batterie teigneuse, tous les ingrédients sont (enfin) de retour! En clair: un album qui s'écoute le volume à 11 en sautillant partout sans se prendre le chou. Du Green Day tout craché qui renoue avec des albums tels que Nimrod ou Warning. Et par moment - lorsque les influences Misfits mêlées à Stiff Little Fingers et Ramones resurgissent – on est picoté par le spectre de Dookie! Nom d'une chemise à carreaux: ça claque les miches!

 

Mais avant de se secouer la liane et célébrant le retour de Green Day, on doit préciser que malgré ses qualités, iUno! laisse un arrière-goût assez étrange au fond du gosier, un peu comme lorsqu'il nous arrive de regoûter à une Desperados ou à n'importe quelle lavasse à pas cher qu'on ingurgitait en quantité astronomique à la sortie du lycée… De prime abord, c'est bon, ça rappelle des souvenirs, mais on trouve derrière ces douze chansons un arôme chimique singulièrement craspec… Green Day pond un album mi-molle, on sent qu'il a envie d'envoyer la saucisse mais il est rouillé d'avoir trop clapoté dans les surcreries… On se farcit donc quelques titres mou de la guiche et fatigués qui s'aventurent sur des eaux sirupeuses infestées de mélodies tartignoles.

 

Mais ce frein n'émoussera pas l'enthousiasme de retrouver un Green Day en convalescence qui pète le feu. Un bon album, quelques balourdises et une envie omniprésente. !Uno! n'est en aucun cas le grand chef d'œuvre de Green Day, il a le mérite de fermer un chapitre et – on l'espère – en ouvrir un nouveau bien couillu et patatogène! Mais pour ça, il va falloir attendre la suite de la trilogie…

 

photo de Cobra Commander
le 10/10/2012

4 COMMENTAIRES

pidji

pidji le 10/10/2012 à 09:55:35

Même background que toi concernant Green Day, et donc à peu près le même constat. J'ai juste bcp aimé le "american idiot", mais la suite est très mauvaise. il est loin le temps de "Kerplunk" et "Dookie" !

ukhan

ukhan le 10/10/2012 à 10:16:08

un peu comme insomniac en somme avec des titres comme "brat", "panic song"... z'ont le Ramones qui repousse ou pas ?

Jull

Jull le 10/10/2012 à 11:05:45

Ah!!!! Kerplunk!!!!!!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 18/10/2012 à 20:09:23

Bourgeois !! Au lycée je picolais de la kro !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019