Green Day - iDos!

chronique Green Day - iDos!

Deux mois après la sortie du premier volet de sa trilogie, Green Day revient pour la seconde couche... et nous - fans de la première heure emballés par un iUno! bien couillu  - on est bon pour une douche froide tant ce iDos! est guimauve. Une méchante déception, un album nigaud.

Le pire album du groupe.

 

Billie Joe Armstrong avait annoncé que le second panneau du triptyque sonnerait Garage Rock... On était donc en droit d'attendre une décharge de Punk Rock crado et survitaminé proche des origines du genre. Après un !Uno! qui montrait un Green Day (enfin) débarbouillé de ses errements cucul la praline, on était impatient de célébrer le retour de la hargne... mais hélas...  On nous sert un album parfaitement crétin.

 

L'enthousiasme est remplacé par l'amertume. Douloureux chemin de croix que ces 40 minutes de mélodies niaises, de refrains tous aussi débiles et tartignoles  qu'inefficaces. On se préparait à une rafale de grosses patates en pleine trogne et on se retrouve à jouer à la dinette chez Hello Kitty...  Tout au long des treize titres l'inspiration reste au placard, pas la moindre miette de groove ou d'énergie ne viendra secouer ce plat de nouilles froides et molles. On aura beau chercher partout, fouiner chaque recoin, passer ces flots flasques de foutre de bisounours au tamis pour dénicher l'ombre d'une molécule d'envie ou d'urgence; on ne trouvera rien.

 

Un disque totalement inepte et inutile au cours duquel le groupe patauge dans le blédina et dérive pour s'échouer lamentablement sur les rives d'une Pop bas de gamme. On éprouve une réelle souffrance lorsqu'on assiste à ce naufrage floppeux. Green Day coule à pic dans les tréfonds de la médiocrité où trônent les Beatles... Ha, cher lecteur, sache que ça me fait mal de comparer l'un de mes groupes favoris aux quatre pignoufs dans le vent... Bref, l'influence Beatles est omniprésente sur iDos! et l'intégralité du disque est engluée jusqu'au cou dans la niaiserie ahurissante de chansons proprettes dignes des plus obscures années yéyé...

 

Si vous aimez Green Day, préparez-vous au pire.

Green Day a essayé un truc, il s'est planté magistralement...Tant pis...La pilule est (très) difficile à avaler, cramponnons-nous à l'espoir qu'ils se rattrapent avec iTré!...

 

Bon allez, j'arrête ma chronique avant de dégobiller sur mon clavier.

photo de Cobra Commander
le 08/12/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019