Kill the thrill - 1989

Chronique mp3 (26:54)

chronique Kill the thrill - 1989

Ah Kill the Thrill, ce nom à l'instar de Membrane ou Sleeppers que l'on retrouve chaque année ou presque sur des affiches de concert atypiques comme des références alors que seule, une poignée de fidèles sait de quoi il en retourne.

J'ai connu personnellement des zicos capables d'ânonner les noms précités et ne pas pouvoir citer ne serait-ce qu'un seul album.
Mais, ça fait bien, que voulez-vous.

Avec plus de 25 ans de carrière, pensez bien qu'ils s'en tamponnent royal les KTT, ils doivent en rire gras avec les Double Nelson – autre groupe/couple (nancéen, celui-là) qui vie pareille aventure.

 

1989 qui nous occupe aujourd'hui propose un retour aux sources avec huit titres d'époque.
Soit 10 ans avant le bain bouillonant -203 barriers - coulé par Michael Gira (Swans) et 15 ans avant leur virage Tellurique, lent comme Neurosis et habité comme Young Gods.
« Feel » sonne comme Ministry et ce n'est pas pour rien.
La rage est vierge de compromissions dans ce disque, intacte, crue.

 

Si vous n'êtes pas connaisseurs des oeuvres du groupe, ce 1989 pourrait bien vous donner des sueurs froides devant tant de fraîcheur et de spontanéité. Les marseillais (oui) ont des lettres mais ils apportent des beaux paragraphes dans l'histoire post-punk.
Ce disque est attachant à plus d'un titre, si vous êtes amateur de ces ambiances poisseuses traversées de fulgurances. C'est que le trio est aussi à l'aise pour tutoyer le crépuscule d'un Joy Division, ou l'angélisme feint d'un New Model Army ; ajoutez à cela, un vrai souffle punk jusqu'à l'os et vous aurez une idée de ce qui conditionne le riff souterrain depuis deux décennies au moins. De la passion, de l'urgence, et une intégrité à toute épreuve.

 

photo de Eric D-Toorop
le 24/06/2016

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019