Krav Boca - Barrikade

Chronique CD album (40:53)

chronique Krav Boca - Barrikade

Deux albums en moins d'un an? Aïe: tant de précipitation, ça sent la créativité qui se ratatine et la hargne qui s'émousse. On ne peut pas rester à bloc chauds-bouillants aux avant-postes de la zic revendicative en enchaînant aussi intensément les skeuds sur une aussi courte durée! Il faut recharger ses batteries entre deux salves, sinon on commence à ne plus savoir où l'on envoie les pavés, et on fait perdre toute leur substance aux slogans...

 

« Cris de guerre sur la barricade! »

 

Si si, j'avoue, j'ai honte: le paragraphe du dessus trahit bel et bien la pensée qui m'a échappé en apprenant que le 5e album de Krav Boca débarquerait à la St Valentin 2021, neuf mois et demi seulement après l'excellent City Hackers. Bel exemple d'a priori foireux pour le coup... T'aurais pas la quarantaine assagie et la pensée qui s'embourgeoise lapin? Parce que dans les faits, non contents de livrer un album tout aussi viscéral et pertinent que son prédécesseur, les Toulousains ont garni leur nouvelle livraison de dix grosses minutes de musique supplémentaire. Et pas la moindre piste de remplissage... 'de Dieu leur muse a bouffé du chien enragé ou quoi?

 

« … Chez nous c'est partout, tu connais l'parcours... »

 

Petit cours de rattrapage pour les mauvais élèves qui auraient roupillé lors de l'épisode précédent: Krav Boca est un groupe aux faux airs de collectif qui mélange Punk, Rap et Metal, français et grec, amertume et rage, ainsi que tous les talents à sa portée (il multiplie les collaborations) pour foutre le dawa, secouer les consciences assoupies et réveiller le jeune anar' plein de certitudes qu'on voudrait encore être mais qui – il faut bien l'avouer – beugle carrément moins fort aujourd'hui, engourdi qu'il est par la bonne chère et le train-train heureux mais anesthésiant d'une vie en pavillon de banlieue... Autre particularité des loustics, plutôt rare chez les porteurs de crête: une sensibilité à fleur de peau, une mélancolie indélébile qui prend souvent la forme de doux arpèges égrainés par la mandoline de Paul. Cet aspect de leur personnalité musicale crée non seulement un effet de contraste opportun avec l’âpreté des offensives et la radicalité du discours, mais également une dimension tragique qui magnifie leur propos. Cela développe de plus chez l'auditeur un sentiment de proximité avec ces combattants qui, êtres humains pétris de doutes comme vous et moi, n'ont pas peur ce faisant de dévoiler un peu de leur fragilité.

 

« C'est nous les pirates, les sorcières, les indigènes »

 

Cendres qui volettent, sirènes indistinctes, impressions diffuses de drame en cours: comme quasiment tous ses prédécesseurs Barrikade démarre sur une piste intitulée « Intro » donnant l'impression qu'on s'apprête à mater « La Haine » ou « Les Misérables ». Celle-ci est également l'occasion de faire entendre pour la première fois de l'album – mais pas la dernière – quelques notes de tzouras, un instrument traditionnel grec. De là la bobine se déroule inexorablement, entre Rap Metal tragique mais ne renonçant jamais (« Vertigo », « Barrikade », « Ceinture »...), keupon à grosse patate (« Fumigène », « Ultra » ou encore « K.T.C. » qui laisse entendre quelques grunts) et belles tranches de Méditerranée (« Interlude », « Synora »). Le flow est affûté, les textes tapent cette fois encore juste et fort en réussissant à renouveler le genre sans tomber ni dans le travers de la sophistication exagérée ni dans celui de l'immédiateté naïve. En outre, petit extra bienvenu: les Toulousains se réapproprient « L'Etat Assassine » du groupe Assassin et en livrent une version réactualisée et nettement kravbocaïsée.

 

« Mentalité de clébard, toujours bouillant débrouillard! »

 

Mais quand on écoute un album aussi viscéralement engagé, on ne peut pas se contenter de bons morceaux: on veut des munitions, des slogans, des hymnes brandis en signe de ralliement. Et de ce point de vue le groupe nous a gâtés. Avec le puissant appel au pogo qu'est la banderole « Fumigène ». Avec le « C'est la ceinture à la main que l'on cravache avec panache » qu'on reprend systématiquement en chœur (cf. « Ceinture »). Avec l'exutoire « Ultra », dont le refrain est sans doute le plus infectieux de l'album, et qui rappelle une version destroy-le-couteau-entre-les-dents du « Santa Maradona » de la Mano Negra. Enfin avec l'énorme et menaçant « O.V.V.T.C » qui promet un sale quart d'heure au jeune PDG de la Start-up Nation... Un sommet de noirceur, un épais rideau de saturation électrique qui donne l'impression d'écouter une version frenchy des plus sombres menaces de Body Count.

 

« Mental radical »

 

Neuf mois... Une durée judicieuse finalement. Et logique puisque c'est le temps nécessaire pour accoucher d'un Barrikade a l'évident air de parenté avec son proche grand-frère City Hackers (… sans pour autant être son jumeau): aussi radical, aussi séduisant, aussi accrocheur, et vivant tout autant dans l'urgence. A un point tel qu'au final on serait bien embêté s'il fallait faire un choix entre les deux, ceux-ci étant tout aussi indispensables l'un que l'autre. Alors la prochaine fois que vous entendrez des casseurs de l’hôpital public pleurer sur les urgences engorgées, des technocrates sans scrupule demander le prolongement de l'empoisonnement aux néonicotinoïdes, ou des cyniques conseiller aux feignasses sans emploi de traverser la rue pour trouver des jobs comme s'il en pleuvait, vous saurez quoi mettre dans votre casque pour aller faire sauter la Kommandantur.

 

« … Faut qu'ça sooooorte! »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: les sirènes continuent de hurler, les cocktails Molotov de voler, l'énergie de bouillonner... Sur leur nouvel album les Krav Boca mêlent avec toujours autant de savoir-faire mélancolie sublime, combativité inaltérée, parfums méditerranéens et pavés dans la gueule. Les 13 morceaux de Barrikade prolongent le combat mené sur City Hackers sans l'affaiblir, l’affadir, ni radoter. Ce 5e opus est l'équivalent musical de la potion magique des irréductibles gaulois: après en avoir pris une bonne rasade, on repart au front, près à dézinguer les Compagnies Romaines de Sécurité protégeant les Petibonum vivant dans les camps retranchés de Matignum et Elyséum.

photo de Cglaume
le 04/04/2021

28 COMMENTAIRES

Freaks

Freaks le 04/04/2021 à 10:57:58

"On est pas venus au monde pour vous satisfaire. On est médiocres et fiers, on fera nos affaires sans notions tarifaires. "
Ça se tient ! l'album est gratos mouaha :p
Barrikade à tué l'game tant sur le plan musical, éthique que subversif. 
Lapin tu me régales ! Vas y viens faire nawak en manif, en noir, en jaune qu'importe, l'essentiel c'est de faire block contre l'équipe des mechants bleus :p
Pas déconnant le rapprochement avec Body count, j'avais pas vu malgré l'évidence ;) 



cglaume

cglaume le 04/04/2021 à 12:14:59

El pueblo unido le dimanche sur CoreAndCo haha

Freaks

Freaks le 04/04/2021 à 13:24:29

Aha ce slogan du dimanche, trop drôle ;) 

Freaks

Freaks le 04/04/2021 à 13:30:09

(...) El Pueblo unido le dimanche sur coreandco.. Lalalilalala !
Coreandco ! debout ! Soulève toi ! Mouaha :p

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 05/04/2021 à 11:12:48

Du pay-what-u-want ? Je vais me laisser tenter...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 05/04/2021 à 11:16:03

Et puis Lapin qui se met à la kro politique, ça le fait !

Freaks

Freaks le 05/04/2021 à 11:49:32

Non Cromy, je sais que ça paraît difficile à croire dans ce monde ou tout se marchande... ;) c'est du pay que tchi! C'est cadeau pour tout l'monde ;) 

cglaume

cglaume le 05/04/2021 à 12:25:32

Oui, va donc faire tourner le skeud Cromy: s'il ne te convainc pas direct', il t'aura à l'usure !

el gep

el gep le 05/04/2021 à 19:53:34

Ouaouh un groupe qui ne fait pas payer du numérique!?!?
Ah bon, c'est pas ce que tout le monde fait ?
Je vivais dans quel monde en fait...? Merde!, il existe plus?

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 05/04/2021 à 20:09:51

Freaks: du pay-what-u-want c'est du pay que tchi si tu veux... de 0 à 567 456 789 boules.

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 05/04/2021 à 20:10:01

C'est du punk donc.

Freaks

Freaks le 05/04/2021 à 21:29:21

Bah deso Gepeto mais a part Secteur pavé, il y a bien longtemps que j'ai pas téléchargé un album gratuitement sur bandcamp. Toujours faut faire les fonds de poches, c'est monnaie courante.. T'as compris ? aha

Cromy: Dans "pay what u want" ya pay non? Tout comme ds prix libre, il y a prix non ? :p C'est pas la même chose que de poser une caisse sur le comptoir, fussent elles prix libre, que d'annoncer la gratuité du truc. 
Et deso mais le pay what you want il ne me semble pas que cela soit une constante dans la culture punk. En vrai on s'en fout un peu, on s'éloigne un peu du skeud en lui même. Mea culpa c'est moi qui ai commencé ;) 

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 05/04/2021 à 21:48:22

Peut-être, j'ai rien pigé...

Freaks

Freaks le 05/04/2021 à 22:38:08

La formule "Pay what you want" ne suppose pas la gratuité des choses, c'est d'ailleurs précisément le contraire. Mais bref! Vas y j'vais m'chèc tu m'as saoulé Aha ;)

el gep

el gep le 06/04/2021 à 13:46:14

C'est vrai que le prix libre, c'est vraiment le degré zéro de l'intégrité Pounk, mouahahahah!

Viens sur mes bandcoupes ou sites, Freaky Boy, c'est gratos (doit bien y avoir quelques pay the fuck you want, j'espère que ça te traumatisera pas trop ahah!)!

Freaks

Freaks le 06/04/2021 à 17:35:49

Gepeto tu me retrouveras le passage ou je dis que la pratique du prix libre est un truc de vendus..?? Faudrait vraiment être con pour penser ça. J'y suis hyper favorable ça va de soi ;) 
Vas y balance tes refs mais que les truc gratos, j'ai pas de tune à mettre dans ton rock retors mouaha ;) 

el gep

el gep le 06/04/2021 à 17:42:06

C'est pas de ma faute si t'es pas clair Freaky Boy, ahahah!
J't'ai envoyé un MP.
Retors?!?
Qui ça?!?
Où ça?
Jaaaaaamais!

Freaks

Freaks le 06/04/2021 à 18:50:48

Aha foiré! ;)
Cimer jvais aller ecouter ça.. 

Titou

Titou le 07/04/2021 à 15:51:51

Superbe chronique, à la hauteur du projet !

cglaume

cglaume le 07/04/2021 à 18:28:24

Merci !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 07/04/2021 à 23:34:06

A partir du moment où on commence à faire des débats autour de ce qui est punk ou pas, ça donne The Clash.

Freaks

Freaks le 08/04/2021 à 23:08:19

Attention Cromy dégoupille gratos... Un bouclier se lève Mouaha! ;)
The Clash??! C'est bien ou pas? :p

Eric D-Toorop

Eric D-Toorop le 09/04/2021 à 22:59:01

Belle jeunesse !

Freaks

Freaks le 15/04/2021 à 01:23:54

Parce que Krav Boca mérite encore d'être dans le haut des discussions et parce que oui Eric tu as raison la jeunesse est belle! La rébellion du bois de la calambre nous l'a rappelé dernièrement ;) Elle a été là à maintes reprises dans l'Histoire, porteuse d'espoirs et de changement, et ce quoiqu'en disent tous ces vieux cons pour la disqualifier...
« ...Chez nous c'est partout, tu connais l'parcours... » :p

Freaks

Freaks le 15/04/2021 à 01:29:55

Cambre agnun!

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 15/04/2021 à 17:55:01

Et mais je viens de percuter les sales clébards de Call The Cops sur le titre 10 !!
J'ai pas les yeux mais il me reste encore des oreilles...

cglaume

cglaume le 15/04/2021 à 20:08:33

Mais farpaitement ! Ils featurent à tout va les Toulousains...

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 15/04/2021 à 20:23:44

Et tu as à peine évoqué le fait ? Pfff. Et rien sur les original neusks de Brigada ??? Re-pfff !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021