Mogwai - Rave tapes

Mogwai - "Rave tapes"
chronique Mogwai - Rave tapes

Sur les quinze dernières années, rares sont celles que Mogwai n'a pas marqué de son empreinte, par un album, une B.O ou un EP.

Rares sont celles aussi où le groupe a déçu, dans un style post-rock que les écossais ont maintes fois réinventé.

 

La B.O de la série "Les revenants" était pour le moins réussie, mais la sortie de "Rare Tapes" se profilait déjà. Le court laps de temps entre les deux créations laissait craindre un objet bâclé ou une vague copie.

Il n'en est rien.

On retrouve bien évidemment des éléments qui tournent en tête pour le groupe, qui a décidé de se faire plus bavard depuis quelques temps. Chanté derrière un vocoder (le très appliqué "The Lord Is Out Of Control") ou parlé avec simplicité ("Repelish"), l'ambiance ne change pas fondamentalement. La voix n'est qu'un petit accessoire, un point de détail dans la musique de Mogwai.

Même "Blues Hour", chantonnée mais étouffée par un piano et une ambiance post-rock plus "classique" ne donne que peu de pouvoir à la voix. Les instruments parlent à leur place, peu importent les tentatives vocales.

 

Le principal est ailleurs : on retrouve, à l'instar de la B.O "Les Revenants" ,un synthé particulièrement avancé.

La pochette nous laissait cet indice par ses formes géométriques (décidément à la mode) et ses couleurs rougeâtres et criardes.

A vrai dire, quasiment tout tourne autour du synthé.

 

Les guitares, rarement dures ou acérées (hormis sur "Master Card") apparaissent grésillantes, en douceur, en rondeur : la vague de résonance accompagne un clavier leader et fil rouge de l'album.

 

On ne peut pas vraiment expliquer ce que l'on ressent à l'écoute de cet album en décrivant le travail effectué sur les instruments ou sur le son froid plutôt limpide, sans fioritures, rajouts...sans non plus retrouver le Lo-Fi (loin de là !) de "Mr Beast".

Musicalement, tout semble d'une grande simplicité. Les effets sont assez connus, déjà entendus, il n'y a pas nécessairement une multitude de couches sonores : c'est assez direct et brut d'écoute.

 

Comme d'habitude avec Mogwai : tout est une affaire d'ambiance.

Que ce soit via la guitare, via des répétitions, ou des sons planants, le groupe prend le temps sans jamais s'appesantir. Il faut en général 5 voire 6 minutes pour que le groupe s'exprime totalement.

Et même s'il est souvent lent, cet album est aussi une histoire de rythme.

Seul "Master Card" accélère, mais les nuances demeurent flagrantes, y compris lorsqu'il s'agit de douceur.

 

Chaque morceau produit et libère des ondes à la fois apaisantes et mélancoliques. Même si le ton est moins sombre que sur les albums précédents, un léger parfum de spleen demeure dans chaque note savamment délivrée.

Consciencieusement Mogwai avance et poursuit "l'itinéraire bis" du post-rock. Cette voie, le groupe écossais la trace lui-même, sans faute de goût, sans provoquer le moindre ennui...pour la 8e fois. A ce stade le talent n'est plus un hasard.

photo de Tookie
le 17/01/2014

2 COMMENTAIRES

Geoffrey Fatbastard

Geoffrey Fatbastard le 17/01/2014 à 11:47:30

absolument

Biflam

Biflam le 22/01/2014 à 21:40:28

Je plussoie aussi !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements