Mogwai - Atomic

chronique Mogwai - Atomic

Mogwai ne dort jamais, mais il s'est de nouveau enfermé dans le mutisme le plus complet.
"Atomic" est une B.O, qui vient habiller un documentaire sur la (non-) maîtrise de l'atome par l'homme.

Ce documentaire que tu peux regarder en VO et en toute illégalité sur Youtube a été diffusé en août dernier pour les 70 ans d'Hiroshima.
Mogwai en avait alors écrit la BO, mais, pour cette sortie physique, les écossais l'ont enrichie et magnifiée.
 

Tout commence par un réveil. Après tout, n'importe quelle vie commence par un atome. Et on le comprend bien avec ce crescendo sur "Ether" :la solitude du cuivre, l'arrivée douce de l'électronique, et l'explosion sonore.
Cette mise en bouche est une belle introduction.

Mogwai va alors continuer à explorer tous les aspects de l'histoire atomique dans le choix de ses titres.
Il va aussi s'explorer avec un sens du "minimalisme enrichi". Axé autour d'un clavier et de l'électronique, cet album laisse moins de place au Mogwai à guitares.
"Atomic" est aussi la mise en musique des sentiments contradictoires que nous avons / avions avec l'énergie atomique : quelque part entre optimisme et gravité ("Bitterness centrifuge").

Il y a donc l'étrangeté quasi-spatiale "Scram", la sensation d'une mutation permanente avec "Bitterness centrifuge", la désolation de "Prypiat". A cela on peut ajouter le morceau "U-235", avec ses sons rétro-futuristes assez 80's, qui doucement, s'embarque dans un voyage spatial.

Le titre "Are you a dancer ?" sort du lot. L'électronique est en retrait : le clavier, la guitare, la basse, un violon s'imposent pour installer une mélancolie.
Hormis ce titre, plus classique pour Mogwai dans sa réalisation (sans être dénué de qualités), l'ensemble de l'album n'est pas vraiment celui d'émotions, mais d'atmosphères.
 

Ainsi "Weak force" reprend un clavier qui rappelle le travaille du groupe sur "Les revenants" : un son froid pour parler de lumière.
Mais viennent aussi trois titres portés sur les bombes "Little Boy", "Tzar" et "Fat man".

"Little boy" est l'habillage de la phase de recherche autour de la bombe A. On imagine sans peine le cheminement d'un travail, non sans la gravité d'une guitare lourde et grésillante.
"Tzar" a un début calme (le piano, un son léger) mais également sous tension porté par un grésillement. Cette piste est la plus "classique" musicalement : elle reprend tous les clichés post-rock du genre. D'une beauté connue, presque routinière, pour la bombe la plus incroyable que l'homme ait fait exploser.

L'album se ferme sur "Fat man". Désolant, terriblement mélancolique, ouvert sur un piano qui sera par la suite suivi d'une guitare post-rock et d'autres agréments, il est la 2nde exception de l'album.
Plus d'infos, plus d'atmosphères, mais des émotions et des sentiments, plutôt pessimistes et sombres.

"Atomic" n'est donc pas "vraiment" un album de Mogwai. Le travail sur la BO initiale a apporté un peu plus de corps, mais les compos demeurent un peu froides. Le "minimalisme mesuré" de la majorité des pistes réussit à la fois, à nous faire entrer dans un univers et parfois provoquer quelques sentiments.
Si avec ce genre de disque, l'expérience est enrichie par la connaissance du documentaire (ou la connaissance du monde de l'atome), le moment passé avec ces 48 minutes n'en demeure pas moins agréable lorsqu'on se laisse aller au 4ème art.

photo de Tookie
le 29/03/2016

1 COMMENTAIRE

Tanouk

Tanouk le 13/05/2016 à 14:24:01

Tout à fait d'accord, c'est bien résumé.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019
  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019