Pantera - Far Beyond Driven

Chronique CD album (56,28 min)

chronique Pantera - Far Beyond Driven

Pantera, c'est fini, oui, mais impossible de passer à côté. Bien qu'ayant arrêté toute activités en commun, les membres de Pantera nous ont laissé un bac remplit de bons disques allant du pur Heavy de la première heure au US Power Métal des années 90 avec l'arrivée au chant de Phil Anselmo. Après Cowboys From Hell et Vulgar Display Of Power qui firent littéralement exploser Pantera aux yeux du monde entier, sort en 1994, Far Beyond Driven. Cet opus, bien que nettement moins accessible, n'en est pas moins bon. Côté guitare, notre frère Dimebag Darrell (RIP) nous offre comme à son habitude ce qu'il sait faire de mieux, c'est-à-dire des riffs tranchants comme l'atteste I'm Broken, et des solos à vous faire arrêter la guitare à vie, ainsi que des ambiances planantes à souhait comme dans Planet Caravan. En Bref, un Diamond Darrell toujours aussi efficace et qu'est-ce que c'est bon.......... Derrière les fûts, Vinnie Paul, assure tellement que ça en devient rageant. Quel batteur n'a jamais essayé de passer la partie de double dans l'introduction de Becoming? Personnellement, je m'entraîne toujours........ Vinnie Paul est comme toujours ultra carré et à travers sa maîtrise et sa frappe de bœuf qui le caractérise bien, surtout dans 25 Years, il donne à cet album un groove et une pêche incomparable. Tempos lents, tempos rapides, des breaks à faire réveiller votre grand-mère. Une véritable machine de guerre. Pour le chant, Anselmo reste égal à lui-même, une voix criarde et hurlante caractéristique du Power qu'on aime. Cependant, celle-ci deviens plus poussée dans cet album définitivement plus métal. Petit bémol pour la basse qui me semble avoir perdu un peu d'intensité et d'originalité mais Rex assure parfaitement son poste et pose parfaitement la rythmique. Pour le rythme général de l'album, un départ virulent avec Strenght Beyond Strenght. La suite est un véritable régal auditif avec l'enchaînement de Becoming, 5 Minutes Alone et I'm Broken. A partir de là, bien que l'énergie soit toujours présente, on commence tout doucement à décrocher principalement en arrivant vers les derniers morceaux bien que ceux-ci soient de pures tueries. L'album s'achève avec la sublime reprise de Planet Caravan du groupe de Hard Rock, Black Sabbath. A la fois enivrante et cassante, elle met un terme à l'avalanche de vitesse des titres précédents, à l'image d’Use My Third Arm. L'artwork est quant à lui sobre mais la pochette est magnifique et dégage l'ambiance générale de l'album. Il n'y a pas de livret à proprement dit, juste un dépliant avec au recto, un mini poster de la pochette de l’album et au verso, les textes des titres avec quelques photos. Simple, mais beau. Finalement, Far Beyond Driven n'est peut-être pas le meilleur album des texans de Pantera, mais il n'en reste pas moins exceptionnel.

photo de Finisterra
le 16/11/2008

1 COMMENTAIRE

Dios Of Metal

Dios Of Metal le 18/02/2009 à 18:00:57

je suis en accord avec la chronique, ce disque est mortel, en tout point. A ne rater sous ancun pretexte !!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BRUTUS, DAGOBA, LISTENER et d'autres au Poche à Béthune jusqu'au 10 novembre 2019
  • Hexis + WOES + Expiation au Puzzle Pub Tours le 2 novembre 2019
  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019