Protest the Hero - Fortress

Protest the Hero - "Fortress"
chronique Protest the Hero - Fortress
La scène émorock/core s'enlisant progressivement dans une mélasse auditive des plus nauséabondes, il est nécessaire que les groupes prennent des risques et jouent dans l'originalité. C'est ce qu'a fait Protest the Hero avec son premier album Kezia, il y'a deux ans maintenant. Mélangeant émo, punk, métal et l'énergie du hardcore le groupe avait trouvé là une recette explosive car bien préparée et surprenant. Et surprenant, le nouvel album l'est aussi. Nommé Fortress, le nouveau méfait des Canadiens est encore plus barré et inattendu que son prédécesseur.

L'énergie hardcore est toujours là, le côté survolté du punk aussi, mais le tout est mêlé à une bonne dose de métal progressif/heavy pour offrir un mélange explosif et des plus efficaces. Une sorte de Coheed and Cambria sous amphétamines et gonflé à la testostérone. Comme ça, on a du mal à imaginer, mais la première écoute fixe tout de suite. Si les premières écoutes peuvent un peu effrayer et sembler indigestes comme l'était son grand frère, on s'habitue vite et finit par savourer.

Brisant tout les carcans de l'émo et de la musique calibrée en général, le groupe s'en donne à cœur joie dans les expérimentations et mélanges étranges. A l'image de "Bloodmeat", titre d'ouverture, débutant des riffs hardcore chaotique façon Underoath pour passer ensuite sur un couplet purement métal progressif où la voix du chanteur épate par tant d'élasticité, puis un pont virevoltant façon hardcore apparait, suivi par un refrain mélodique. Tout s'emballe à nouveau, passant d'un style à l'ordre aisément et naturellement pour finir sur un refrain plus typé émo. Le second morceau "The Dissentience" enchaine directement sur une rythmique ultra rapide et un fond métal prog.de virtuoses que Dreamtheater ne renierait pas. Un petit break à coup de growls pour continuer sur un punk hardcorisant où nappes de synthé et coup de cuivres viennent retentir. Un putain de mélange purement jouissif. "Bone Marrow" continue le déluge sonore sur un couplet principal purement heavy mélodique à la sauce Iron Maiden, pour partir sur un trip rock burné, puis un break hardcore bien lourd et cradingue, suivi d'un passage nettement plus calme où le groupe se prend pour Incubus le temps d'un instant. Bref, décrire chaque morceau indépendamment prendrait trop de temps, tant l'originalité et la diversité des morceaux est énorme et sans gros défaut apparent.

Mais toute cette déferlante de riffs et de styles ne serait rien sans les musiciens. Le chanteur est tout simplement bluffant, se la jouant tantôt heavy pour partir dans des growls bien gras en passant dans un timbre hardcore écorché. Les guitaristes sont des virtuoses d'une polyvalence incroyable, passant allégrement d'un tapping ultra rapide à du punk hardcore. Le bassiste fait preuve d'une grande dextérité et lance quelques bon petits soli, quant au batteur, c'est un véritable mille-pattes et rappelle par moment son confrère de Mastodon. Et pour avoir la meilleure idée de leur talent, écouter le final de "Palms Read" où ils se lâchent tous dans un instru dantesque façon Between the Buried and Me.

In fine, vous aurez compris que les Canadiens ont réussi à me conquérir. Follement original, particulièrement jouissif, totalement barré, ce "Fortress" des Protest the Hero est une petite tuerie. Certains le trouveront un peu trop indigeste, ce qu'il est par moment, mais la surprise est telle qu'elle prend le dessus assez facilement.

A écouter rapidement !
photo de DreamBrother
le 01/02/2008

2 COMMENTAIRES

Benjamin F

Benjamin F le 18/06/2008 à 14:20:04

Ca faisait longtemps que je n'avais pas écouté un disque de métal qui combianait aussi bien fun et crédibilité artistique. Tuerie.
Benjamin
http://www.playlistsociety.fr/2008/06/protest-hero-fortress.html

Tookie

Tookie le 07/01/2013 à 09:10:32

Je suis dans ma grosse redécouverte du groupe ! Et rien à redire, pas une chanson qui se ressemble, pas un album ennuyeux, quel groupe !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements