SALVING THY AMISS - Horsewreck, Oh Trail

SALVING THY AMISS - "Horsewreck, Oh Trail"
chronique SALVING THY AMISS - Horsewreck, Oh Trail
SALVING THY AMISS, derrière ce nom se cache 4 garçons parisiens qui pratiquent un mix entre metal/H*C/grind et qui, de fait, appartiennent cette scène parisienne underground très prolifique depuis quelques années. Existant depuis trois années maintenant, les STA ont attendu de répéter pendant deux ans tranquillement avant d'enregistrer ce « Horsewreck, Oh Trail's Highlight » 100% autoproduit, cela va sans dire. Glauque, directe et sans concession aucune, cette démo remplit très bien son rôle; nous démontrer que STA n'est pas là pour faire de la figuration...

Et dès les premiers instants de cette démo, on sent qu'on tient quelque chose: tout est décalé, volontairement ou non: une voix qui commence sur un ton qui rappelerait celui qu'empruntent certains chanteurs de screamo, une guitare qui se tapit derrière un effet flanger qui semble vous tourner autour tel un serpent constricteur; un titre dans une veine post H*C avec de l'agressivité maîtrisée. Ca part ensuite dans des trips un peu plus crusts, qui n'est pas sans rappeler un esprit punk, le début de 'We shall soon light...' ou celui de 'Never Tell a Brother...' sont clairement dans cet état d'esprit. Car oui, quand on entend « grind » pour SALVING THY AMISS c'est plus du côté de NAPALM DEATH et de leurs racines punkoïdes qu'il faut aller le chercher et non pas du côté de la scène suèdoise plus sophostiquée comme CROWPATH. Et cela n'a rien de péjoratif quand je dis cela, puisque la mentalité de ce style c'est avant tout cela: faire mal à vos oreilles, vite et salement. Le côté crust se fait également dans le son: la voix - et ses cris de damné - en retrait qui semble parfois aux bords de la rupture, la guitare est aussi très « crûe » avec un son qui, pour ma part, convient on ne peut mieux à ce type de compos, la basse est, quant à elle, un peu trop en retrait par rapport à la batterie qui, par moments, semble souffrir d'un son de double un peu brouillon (à moins que ce ne soit dû à une mise en place pas hyper carrée, mais bon ça ne porte pas préjudice plus que ça à l'ensemble, donc pas besoin de se focaliser sur ces petits détails non plus). La fin de cette démo vient modérer un peu la tracklist avec la deuxième partie de 'Never Tell a Brother...' qui dénote complètement avec le reste: un riff beaucoup plus enlevé et aérien décliné sous plusieurs angles, morceau très intéressant d'ailleurs pour clotûrer cette démo fortement connotée « mettage dans ta tronche », quand même.

Un groupe de plus dans cette scène donc, qui se démarque un peu plus des autres de part un caractère déjà très affirmé et un univers plutôt original, en tout cas plus j'écoute cette démo et plus je l'aime alors vous savez ce qu'il vos reste à faire...
photo de Mat(taw)
le 05/05/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Sleep au Bataclan à Paris le 8 octobre 2019
  • ARO ORA release party à La Parenthèse à Ballan Miré (37) le 12 octobre 2019
  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019