Sun - Brutal Pop 2

Chronique Maxi-cd / EP

chronique Sun - Brutal Pop 2

'y en a qui sont vernis quand même ! Parce que non contents d'avoir récemment vécu un vrai petit coup de cœur musical (cf. la chronique de Brutal Pop pour en savoir plus sur la love story), leur idylle se voit quasi-immédiatement prolongée par un nouvel EP dont la sortie – c'est trop beau pour être vrai – est programmée tout juste quelques semaines après les brûlants premiers émois. Et pour le coup il ne s'agit pas là de ce genre de sortie lendemain-qui-déchante où l'on découvre au saut d'un lit inconnu qu'il suffit d'une petite dizaine de vodka / red bull pour confondre vessies et lanternes. Non, en cinq nouveaux titres joliment calibrés, Brutal Pop 2 nous remet du charbon ardent dans le moteur cardiaque et se paie même le luxe de corriger l'une des rares faiblesses de son aîné. Car celui-ci a fait trois petits tours entre les mains expertes de Andrew Scheps (… mes fiches m'apprennent qu'il a bossé avec Metallica, U2 et Beyoncé) avant de s'en aller vers nos oreilles. Résultat logique de ce placement sans doute coûteux mais pertinent : elles sont à présent loin les impressions que certaines parties de batterie avaient été enregistrées entre tondeuse et table de ping-pong, la porte fermée pour ne pas déranger papa qui discute tactique avec sa bouteille de Kanter devant le match retour Sochaux Vs Guingamp.

 

Alors non, ne vous frottez pas les mains : la tracklist de Brutal Pop 2 ne comporte pas le superbe « Golden », il faudra que vous continuiez de profiter de cette belle petite pépite en mode single – après tout vos players / applis de streaming / petits-frères technologiquement débrouillards vous permettent de créer des playlists, alors est-ce bien important ? Mais les cinq nouvelles compos mitonnées par Karoline vous feront bien vite oublier cette absence. Et ce dès « Wave », dont la recette reste du pur Sun : une structure simple – rythmique sans fioriture, mélodie directe – pour une accroche immédiate, une voix centrale entre gouaille Rock, caresses Pop et furieux screams Metal, plus quelques bonnes vieilles saccades agite-nuque contrastant avec la ouate de chœurs éthérés. Dès cette entame, on constate que le nom de l'EP dit vrai : cette nouvelle fournée prolonge la première, l'esprit reste identique... mais dans l'écrin d'un emballage sonore nettement plus luxueux.

 

C'est ensuite mon morceau préféré qui prend le relais, « Strength ». Après un démarrage bénéficiant d'un léger mais judicieux glaçage Eletro, celui-ci fait montre d'une énergie éclatante, énergie qui compense la part relativement faible prise par le Metal pur et dur au cours de ces presque quatre minutes de kiff. Encore un titre idéal pour hameçonner vos potes auditeurs de OÜI FM, avant de les terrasser via quelques shrieks bien placés. Et c'est alors que vous commencez à vous demandez si Sun ne s'éloignerait pas de plus en plus des grottes underground pour les plages radio-friendly que débarque « Princess Erakin », morceau plus sombre qui déroule son fil narratif dans des bois aux sentiers froids et gris mais débarquant sur des clairières mélodiques baignées d'une féerique lumière.

 

Et puisque l'on a porté la coupe du track-by-track à nos lèvres, buvons-la jusqu'à la lie en évoquant un « The Bridge » presque trop court (au passage : tous les titres restent sous les 4 minutes) tant on voudrait rester blotti dans ces bras-là plus longtemps. Démarrant dans un registre « No Doubt émotif » à refrain XXL, le titre finit par balancer quelques bonnes grosses saccades qui rappellent que, c'est vrai, elle le dit elle-même, Karoline apprécie Gojira. Le genre de titre qui pourrait tout à fait changer notre paysage radiophonique si seulement certains programmateurs avaient les balloches de faire des choix un peu moins conventionnels. Dernier exemple de titre méchamment contrasté, « John & I » fait le grand écart entre des couplets lollipop laissant entendre des « Tada Talala » nébuleux à la Superbus (ouch la référence !) et un refrain largement moins Fun Radio, lors duquel la sorcière de Blairwitch jette des sorts funestes du fond de sa chapelle sylvestre, ces deux mondes finissant par se rejoindre le plus naturellement du monde, laissant l'auditeur un peu sur la même impression d'hallu' que si la petite vendeuse de la chocolaterie BCBG du centre-ville portait un T-shirt Marduk Fuck Me Jesus.

 

Alors pour être honnête, habituellement je ne suis pas super fan des séquelles. Fast & Furious 69 : le tête à queue, Vendredi 13 épisode XIX : la vasectomie, Hulk Vs Pikachu 12, bof... À trop tirer sur la corde, on y perd en souffle, en fraîcheur, en idées. Cette règle ne s'applique par contre nullement à la production musicale de Sun, dont on espère écouter les violentes confiseries pendant encore de nombreux épisodes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chronique, version courte: toujours aussi schizophrène, mais bénéficiant à présent de la prod lumineuse que sa musique méritait, Karoline Rose / Sun récidive et, tel le Dr Moreau de la musique, nous livre cinq superbes nouveaux monstres mi-Pop accrocheuse, mi-Metal shrieké (ces « mi- »-là signifient « en partie » plutôt qu'« à moitié ») qui devraient connaître une destinée plus glorieuse que les bestioles trafiquées par le savant insulaire fou.

photo de Cglaume
le 10/01/2023

8 COMMENTAIRES

Xuaterc

Xuaterc le 10/01/2023 à 09:13:33

Vivement la sortie officielle!

cglaume

cglaume le 10/01/2023 à 12:12:05

C’est pour vendredi 🙂

Xuaterc

Xuaterc le 13/01/2023 à 08:46:32

Je ne suis pas déçu!
Il ne serait pas tombé amoureux notre Lapin national?

cglaume

cglaume le 13/01/2023 à 09:02:24

Haha, j’ai pas l’droit, je suis marié 😁☺️

Xuaterc

Xuaterc le 13/01/2023 à 10:12:57

On a le droit si c'est purement musical; moi récemment ça a été Maélise de XCIII

Tookie

Tookie le 13/01/2023 à 13:16:08

J'espère que tu n'as pas raté sa savoureuse reprise de "All i want for christmas is you" (sortie en 2021) qui était encore de saison il y a peu (et garde le au chaud pour Noel prochain).
J'avais découvert l'artiste avec le premier titre de cet EP il y a 2-3 mois, ben c'est bien ma came aussi. Y'a pas grand chose à en redire : c'est aussi agréable que défoulant (et elle est fan de  Gojira mais aussi beaucoup de Townsend -ouais mec- et Brutus -ouais moi-).

cglaume

cglaume le 13/01/2023 à 14:19:34

Que de CoreAndClients pour Sun, ça fait plaisir ! Il y aura donc des lecteurs de l’itw en cours de derush 🤘

cglaume

cglaume le 13/01/2023 à 14:20:06

(Et oui, j’ai écouté ses nombreuses reprises)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements