The Heavy - Hurt & The Merciless

Chronique Vinyle 12" (40:56)

chronique The Heavy - Hurt & The Merciless

Quel grand plaisir de retrouver les anglais de The Heavy ! Pour rappel, nous n’avons pas affaire à de la musique « sludge » ou autre genre « heavy » comme le nom pourrait le laisser croire. Préparez vous plutôt, à nouveau, à une déferlante de groove finement orchestré comme arrangé, en format « pop », et porté par un sacré chant, pour une musique qui pioche tout aussi dans la pop donc, que la funk et surtout la Soul.

 

La différence avec cet album se trouve dans l’homogénéité des morceaux et de la production. Auparavant ils se baladaient entre plusieurs approches musicales, différents types d’arrangements, et différents sons, jusqu’à parfois énormément différencier un morceau d’un autre. Aujourd’hui, fini les sonorités purement « garage », « rock ‘n’roll 50’s », ou musique de film. Elles sont plus discrètement et habillement lissées tout au long des chansons. On a avec Hurt & The Merciless un album bien plus carré, bien plus frontal, pour un plaisir - à chaque fois - immédiat. Certains pourront le trouver du coup plus « simple ». Mais cela reste néanmoins 200% de groove pop-soul puissant, catchy et intemporel. Et ça, on ne peut leur reprocher. Même quand les morceaux sont légèrement nostalgiques (sans être tristes). Et puis avec ces chœurs placés avec parcimonie, ces orchestrations, ces changements de rythmes, ces montées en mélodie, ces refrains qui se renouvellent différemment de morceau en morceau pour toujours faire mouche, peut-on parler de simplicité ? Non.

 

Alors pas de crainte, une certaine unité, oui, mais les morceaux ne vont pas jusqu’à se ressembler. Ici c’est d’énergie constante dont on parle. Elle suinte à chaque morceau. Elle vient du cœur et du corps. Une constante donc, toujours des mélodies et des refrains ultra accrocheurs. Ne craignez pas de ne pas pouvoir « shaker your butty », vous allez en prendre ici une double dose ! Et ce, même s’ils se permettent un slow ultra classieux en guise d’outro.

 

Ce qui est certain, c’est que c’est bel et bien épuisé, le corps ruisselant des mauvaises toxines que vous aurez expurgé, que vous arriverez à cette outro. Vous la remercierez même de calmer le rythme tant le groove vous aura imprégné. Si vous connaissez un mime Marceau, passez-lui The Heavy. Mais attention danger, The Heavy = la mort de tous les (cons) de mimes (avec mes respects, c’est pour la référence cinéma).

 

À noter, comme Impaled Nazarene et son fameux titre, album après album, contenant le mot « goat », ici The Heavy nous font le coup d’un nouveau morceau utilisant celui de « hero ». À nouveau le morceau est légèrement différent, ici plus posé et arborant une touche de « Calexico », à savoir des trompettes sous une orchestration type mariachi du Mexique d’Amérique. Et c’est toujours aussi bon !

 

N’attendez donc pas plus longtemps pour laisser pénétrer un album de groove sexy chez vous, sachant que vous n’aurez même pas à le cacher. Oui, avec un nom de groupe comme The Heavy, il se fondra parfaitement entre Heaven & Hell, High On Fire, Huata et Immolation ou Immortal. Vous n’aurez même pas à vous justifier auprès des salauds de moqueurs qui ne comprennent rien ! Alors maintenant, une seule chose à faire, "Let’s Dance".

photo de R.Savary
le 29/10/2016

2 COMMENTAIRES

Foo Gazi

Foo Gazi le 29/10/2016 à 14:11:14

Voilà un groupe qui mêle habilement diverses influences rétro et qui sonne moderne grâce à une production à la fois puissante et pleine de vie ! Encore un excellent disque même si j'avoue préférer leurs deux premiers pour leur aspect plus sauvage et rock' n roll... À découvrir impérativement d'autant que tous leurs albums proposent de magnifiques packagings !

Tookie

Tookie le 31/10/2016 à 09:27:23

The heavy ce n'est que du bonheur ! C'est assez addictif, et cet album ne faillit jamais, même si comme le camarade Foo gazi j'ai une préférence "The glorious dead" !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019