Unswabbed - De l'ombre à la lumière

Unswabbed - "De l'ombre à la lumière "
chronique Unswabbed - De l'ombre à la lumière

"Les gens aiment la nouveauté, pas le changement".
Une maxime qui correspond parfaitement à Unswabbed.

 

Près de 20 ans à chanter en français, le groupe s'était osé à l'anglais le temps d'un EP en 2014. Mais, bien que le résultat soit vraiment bon, il y avait quelque chose qui clochait. Sans compter que les esprits les plus étroits ne s'étaient pas faits à ce changement. Je suis bien placé pour le dire : je l'ai écrit ici.

Alors 3 ans et des brouettes plus tard, Unswabbed sort De l'ombre à la lumière.
Un titre qui, espérons le, leur sera prémonitoire, dans la mesure où le groupe participe à la vie d'une scène néo-rock/metal depuis deux décennies sans atteindre la popularité qu'il mérite. 

Malheureusement (?) pour eux, Unswabbed fait ce qu'il aime et ce qu'il sait faire de mieux. Ce n'est donc pas ce qui lui permettra de se hisser dans un quelconque TOP des ventes ou qui lui ouvrira les grandes scènes françaises ou européennes, mais il comblera, à coup sûr, les (nombreux) fans de ce genre musical.


Passons rapidement sur la question esthétique de la pochette : elle est réussie et parle d'elle-même. Cela peut paraître anodin, mais elle offre déjà un premier regard positif sur un album dont on n'a pas encore entendu une seule note.

Pour la question musicale, on reste sur le style convenu d'un rock-metal français, suranné pour certains, intemporel pour d'autres, que l'on qualifiera plus objectivement de "générationnel". 
Le son de guitares est propre à une époque : celle d'un Mass Hysteria du début des années 2000, ou à KoRn et, plus généralement, au nü / new / néo-metal bien digéré.
Mais la grande place que le groupe a toujours laissé à la voix et aux paroles en français tendent à ne songer qu'aux influences hexagonales.


Le chant (le timbre de voix + quelques mimiques proches de Reuno) et le côté punk de "Dans le chaos" poussent à chercher des ressemblances avec Lofofora. On se rappelle alors de la team Nowhere avec Aqme sur "De l'ombre à la lumière" ou toute la clique Pleymo / Enhancer dans l'écriture pour le côté sautillant et patator (sans l'aspect creux des paroles et l'attitude "Wesh wesh la famille") sur plusieurs morceaux.

Rien de bien récent puisqu'Unswabbed a 20 ans et est resté fidèle à lui-même. S'il s'exprime avec une étiquette musicale quelque peu étriquée et déjà bien exploitée (après 5 albums et 3 EP), il continue de faire l'effort de s'aventurer par de petites variations dans d'autres styles ou avec d'autres sons. 
Le groupe a donc un pied dans sa zone de confort et un autre légèrement plus aventureux
Un constat que l'on peut faire avec les thèmes abordés par les paroles. 

Assez récurrents dans leur discographie, ces thèmes peuvent paraître surexploités, dépassés voire manquer de maturité jusque dans le choix des certains mots ou dans l'interprétation. 
"Sans lendemain" respire la sincérité, mais manque clairement de finesse dans l'écriture, là où d'autres titres surprennent malgré ce désir constant et forcé de trouver "la formule qui claque bien". Enfin, au-delà du sens des mots, on peut retenir la force de leur placement qui ajoute du corps et de l'efficacité malgré le défi souvent casse-gueule de chanter dans notre langue.

 

Les 41 minutes de ce disque passent ainsi à une vitesse folle : le groupe trouve le moyen de faire des compos variées et gère tout aussi bien le rythme de son disque. On garde les écoutilles grandes ouvertes pour entendre un disque francophone bien foutu, au son moderne et vraiment agréable. De la sincérité et du sérieux de bout en bout qui, en plus de sa longévité, témoignent qu'Unswabbed n'a rien d'un groupe que certains prétendaient "pré-fabriqué" (...)

photo de Tookie
le 15/02/2018

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

HASARDandCO

Igorrr - Hallelujah
Kenosha Bird - Oneida