Yakuza - Way of the dead

Chronique CD album (70:40)

chronique Yakuza - Way of the dead

Yakuza est un groupe formé en 1999, qui mélange une variété de styles impressionnante, allant du metal hardcore en passant par le jazz et le rock. Comme le Candiria des débuts me direz vous ? Non, pas tout à fait. Déjà, Yakuza n'utilise pas de voix rappée, et utilise plus de riffs rapides.

Après un album autoproduit en 2000 ("Amount to Nothing") très bien accueilli, des tournées en première partie de Burnt By The Sun ou Candiria (tiens donc!), s'en suit une place dans le Vans Warped Tour et au SXSW music festival, qui leur permet de décrocher un contrat avec le label Century Media.

En 2002 sort donc ce "Way of the dead", album alors très bien reçu par de nombreux grands magazines dans le monde entier (Rolling stone, Pulse, Alternative Press, Metal hammer, Revolver, etc...).

 

C'est avec cet album que le groupe va poser les bases de SON style, car il est évident que Yakuza navigue dans son propre univers. Même si certains titres sonnent pur hardcore ("miami device"), le saxophone joué par Bruce Lamont (chanteur) ajoute une ambiance vraiment particulière. Evidemment, quand il chante, il ne joue pas, et vice-versa. Ce qui donne des passages post-hardcore terribles et envoutants ("chicago typewriter").

Le mélange des genre est vraiment de mise sur ce disque, comme "Obscurity" avec son passage free-jazz excellentissime reprenant sur du Hardcore plus burné (d'ailleurs sur ce titre un 2ème saxophoniste est présent) ; "Yama" prenant des riffs de gratte beaucoup plus "rock" -la voix aussi d'ailleurs- mais cela n'empêche pas le combo de s'énerver quand il le faut. "Signal 2.42" permet de reprendre son souffle après 3 titres puissants, et surtout de se reposer avant le survitaminé "T.M.S".

 

Après 7 titres et 27 minutes de melting-pot hardcore jazzy, le groupe va conclure son album par un titre de 43 minutes, rien que ça. "01000011110011" n'est qu'une suite de sons de saxophones agrémentés d'une batterie légère et des riffs de grattes par ci par là. Je dois avouer qu'arriver au bout de ce titre n'est pas forcément une partie de plaisir, je lâche vers la moitié environ. Dommage car l'idée est très intéressante, mais le morceau n'est pas sufisamment varié pour esperer garder une oreille attentive.

 

"Way of the dead" n'est pas THE album de Yakuza (il faudra attendre 4 ans plus tard pour "Samsara"), mais les balises du groupes sont en place, même si leurs opus suivants seront plus lents (surtout "transmutations" sorti en 2007, qui amène encore un nouvel univers au groupe). Le groupe ne se donne aucune limite, et leur "jazzcoremetal" en émoussera plus d'un à l'époque (2002). Leur style est à part, et est tellement intéressant qu'il ne peut que vous donner envie au moins d'y jeter une oreille. Moi j'ai les 2 scotchées depuis longtemps.

photo de Pidji
le 12/10/2007

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements