Hell Comes Home Records - Interview du 20/02/2012

Hell Comes Home Records (interview)
 

Exit Get A Life ! Records, te voilà maintenant aux commandes de Hell Comes Home, label tout frais créé de tes mains. Après une activité un peu en veille de GAL, pourquoi avoir lancé un nouveau label? Est-ce d'avantage un concept plus qu'un label, et en quoi n'aurait-il pas été possible de le faire sous l'étiquette Get A Life ! Records?

 

Pourquoi? Pourquoi pas, serais-je tenté de dire. Avec le recul, je dirais que c’est plus un ensemble de raisons, qu’une seule raison en particulier, qui ont fait que les choses se soient passées ainsi. Pour situer, Get A Life ! Records a été dès le début une initiative collective à laquelle j’ai beaucoup donné, et qui en retour m’a aussi beaucoup donné. Comme on a toujours concentré nos efforts sur le développement d’artistes locaux (Suisses, donc), et qu’une nouvelle équipe se profilait à l’horizon pour reprendre la structure, ajouté à cela mon départ planifié pour l’Irlande, tous les éléments semblaient donc réunis pour passer à autre chose sereinement.

En ce qui concerne Hell Comes Home, l’idée de créer un nouveau label, ou plus précisément une nouvelle bannière sous laquelle je puisse mener à bien différents projets, a tranquillement germé dans mon esprit jusqu’à éclore fin 2010. J’essaie de ne pas trop avoir d’idées préconçues sur ce que Hell Comes Home devrait ou ne devrait pas être et de pouvoir ainsi laisser libre cours au hasard des choses, bref advienne que pourra et qui vivra, verra!

 

Mais alors justement, parle-moi un peu plus de la nature de ce label. J'ai cru comprendre qu'il y avait un concept d'"abonnement", peux-tu m'expliquer de quoi il en retourne? Et les perspectives futures pour Hell Comes Home?

 

Pour la, ou plus précisément, les premières sorties Hell Comes Home, ce sera une compilation de 12 splits 7’’ sous la forme d’un coffret/box set avec quelques extras dont un t-shirt. La particularité est que cela sera sous la forme d’un abonnement, et chaque mois pendant 6 mois chacun recevra deux nouveaux disques. En bref, c’est un peu comme les images Panini, mais en mieux! Pour la suite, il n’y a pas encore de projets, si ce n’est je l’espère, un deuxième volet de la série/compile de 12 splits 7’’ et peut-être d’autres sorties vinyles, mais il n’y a encore rien de concret à ce niveau. Cela dépend aussi du temps à disposition et des finances.

 

Donc le point de départ fut le concept ? C’est ce dernier qui a justifié la création du label ? Ou Hell Comes Home était dès le départ un label avant tout, peu importe le(s) concept(s) futur?

 

Oui, si mes souvenirs sont exacts, c’est bien ça. Le concept a donc été le déclencheur, sans pour autant être une fin en soit. Je crois que je n’ai jamais vraiment envisagé Hell Comes Home comme un label pur et dur ou “classique”. C’est plus un nom pour regrouper diverses activités ou projets, en bref je n’ai pas l’ambition de signer de groupes. Mon idée est plutôt d’initier un certains nombres de collaborations ou projets communs, au fil des rencontres, limités dans le temps et sans grands plans démagogues... enfin je crois...

 

Concentrons-nous alors sur ce concept de compilations de splits. Je vois sur le site www.hellcomeshome.com que le 1er volume fait participer 24 groupes, qui chacun propose un morceau inédit par split, donc 12 splits en tout durant 6 mois, d'octobre 2011 à mars 2012. L'air de rien, ça doit occuper pas mal tes soirées, est-ce que tu gère ça seul? Pour les visuels par exemple, t'adjoins-tu un graphiste dédié à ce projet ou c'est selon avec les groupes (je connais un gars qui connait un type qui connait…)?

 

Oui, ça fait pas mal à gérer seul, et oui je m’adjoins les services de gens bien plus aptes que moi à effectuer certaines tâches, comme le graphisme par exemple, qui est réalisé par un artiste polonais, Kuba Sokolski (www.kubasokolski.com). Donc pour résumer,  je délègue ce que je peux, et le reste c’est moi qui m’y colle. C’est vrai, qu’un projet de cette envergure bouffe pas mal de temps, mais c’est pas la fin du monde non plus. Il s’agit surtout d’être organisé et de savoir définir les priorités, et les choses deviennent tout de suite plus faciles à gérer. Ceci dit, on a déjà accumulé un certain retard pour les splits, le projet sera donc très certainement repoussé de quelques mois. En effet, c’est pas toujours simple de gérer un groupe pour une sortie, alors imagine ce que cela peut donner avec 24 groupes...

 

 

Comment as-tu fais pour dégotter ces 24 groupes? Avais-tu une idée précise de qui tu voyais participer à ce projet? Est-ce que les groupes participent d'une façon ou d'une autre aux frais liés aux pressages?

 

Au départ, j’avais une liste de groupe que je voyais bien participer au projet, et d’autres que je savais d’avance que ça n’allait pas le faire. J’ai gentiment contacté tout mon beau monde, et la liste des groupes confirmés s’est complétée au fur et à mesure de recommandations, et autres découvertes dues à un hasard parfois dirigé. Au final, je suis plutôt content de la sélection qu’offre cette première volée, même si quelques annulations en cour de route ont forcément compliqué les choses.

Je suis l’initiateur du projet, donc j’estime raisonnable de prendre à ma charge l’aspect financier des choses. L’idée d’être un label est d’éviter aux groupes le besoin de remplir le rôle du label, donc j’estime normal de fonctionner ainsi. Et faut bien que chacun y trouve son compte...

 

Vas-tu aussi t'occuper de leur trouver des dates en commun? Ou, soyons fou, un festival les réunissant?

 

Non, pas de booking. D’ailleurs je vois mal comment j’aurais le temps de m’occuper de 24 groupes. De plus la plupart n’ont pas besoin de mon aide pour s’en sortir à ce niveau là. Je préfère donc m’en tenir à la partie qui m’intéresse, et je laisse aux autres ce genre d’activité. Donc il y a très peu de chance de voir un festival se réaliser, même s’il est vrai que l’idée est très séduisante.

 

Concernant le pressage des vinyles, vas-tu te contenter (si je puis dire) d'un format classique ou vas-tu te risquer avec des formats plus "exotiques" (couleurs, épaisseurs différentes)?

 

Oui, je vais faire dans le classique. J’aime mon vinyl noir et robuste. L’aspect collectionneur mes couilles des vinyles couleur m’a toujours fait chier, donc je vais essayer de ne pas tomber là-dedans, même s’il est vrai que certains vinyles de couleur sont magnifiques. Par contre, rien n’est encore décidé quand à l’épaisseur.

 

Concernant Get A Life! Records, il semblerait que tu aies transmis les clés de ce label, peux-tu nous en dire plus sur les raisons qui t'ont poussé à te séparer de Get A Life! Records? As-tu encore un pied dedans actuellement?

 

Non, j’ai les deux pieds bien dehors et c’est très bien comme ça! Get A Life! Records était un projet initié par quelques potes dans lequel je me suis beaucoup impliqué, mais après cinq ans, il était temps pour moi de passer à autre chose, et le fait de déménager en Irlande n’a fait qu’accélérer les choses. Une nouvelle équipe s’étant proposé de reprendre les rênes, c’est l’esprit tranquille que j’ai passé le témoin.

Je suis très satisfait dans l’ensemble des disques qu’on aura sorti, des groupes qu’on aura aidé de notre mieux à faire ce qu’ils aiment, et d’avoir pu documenter et promouvoir une certaine "scène" helvétique.

 

Toi-même tu officiais dans cette "scène" helvétique, puisque tu étais guitariste au sein d'Iscariote, formation dissolue en 2004. Ça fait donc 7 ans, as-tu sacrifié ta guitare pour tes labels, ou as-tu eu l'occasion de garder la main? Et en Irlande, tu as pu trouver une activité similaire en dehors de Hell Comes Home?

 

Il y a bien eu plusieurs tentatives de former des groupes, mais rien qui ne soit allé plus loin que le local de répète. Un jour viendra où l’alignement des planètes sera adéquat... Ceci dit, je n’ai jamais arrêté de jouer de la guitare. Pas besoin d’avoir un groupe pour ça. Il est certainement très probable que mes activités labelistiques aient freiné quelques peu mes ambitions musicales, les journées sont trop courtes et il faut faire des choix.

Depuis mon arrivée en Irlande il y a eu quelques tentatives de mettre quelque chose en place à ce niveau, mais là tout est en suspens. Un jour viendra, un jour viendra!!!

 

                                       

 

D'ailleurs, parle-moi un peu de ta situation là-bas: l'accès à la culture (pour dire large) y est-elle facile? Est-ce que des concerts s'organisent facilement par des acteurs passionnés et volontaires, ou c'est le néant?
 

L’accès à la culture du pub y est très facile... He he he!!! Pour le reste, c’est comme partout, tout dépend de tes centres d’intérêts et de ta volonté à te bouger et à trouver des choses intéressantes à faire, voir, écouter, etc. Parce que c’est pas ça qui manque, suffit juste d’avoir l’œil ouvert, et le bon. Niveau musique, il est vrai que beaucoup de tournées font l’impasse sur l’Irlande, de par sa situation géographique, mais en même temps, comme ça, c’est plus difficile de devenir blasé par le trop plein de concerts. Comme pour beaucoup de choses, cela a du bon et du mauvais.

Chaque ville a sa scène de musiques bruyantes, avec régulièrement des concerts, bref un réseau où tout le monde se connaît à travers le pays. Bref rien de bien différent du reste de l’Europe. On a même de très bon groupes par ici, certainement méconnus partout ailleurs, ou presque, mais qui valent néanmoins la peine d’être découvert comme par exemple Bacchus, Trenches, Rites, Rest, Drainland, Neifenbach, Them Martyrs, et j’en passe...

 

A l’heure où j’écris ces lignes il semblerait que le premier volume Hell Comes Home soit en phase de bouclage, peux-tu m’en dire plus, et aussi sur les suivants ?

 

Oui, c’est la dernière ligne droite, et ce non pas sans complications, dû notamment au nombre de groupes impliqués, mais pas que! Quoiqu’il en soit on arrive au bout du tunnel.

Ce premier volume est un box-set comprenant 12 splits 7’’, un t-shirt,  ainsi qu’une version MP3 des morceaux à télécharger gratuitement. Les groupes prenant part au projet sont: Akaname, Black Sun, Burning Love (ex Cursed), Coffinworm, Dead Elephant, Dephosphorus, Dopefight, Dukatalon (reprise de Buzzove-en),  Fight Amp, Fistula, The Fucking Wrath, Great Falls (ex Kiss It Goodbye, Playing Enemy), Kowloon Walled City (reprise de Low), Lesbian's Fungal Abyss (projet psyche des membres de Lesbian), Pyramido, Rabbits (ex Pleasure Forever, The VSS, Angel Hair), Rites, Suma, The Swan King (ex Planes Mistaken For Stars), Tellusian (ex Crowpath), Thou (reprise de Soundgarden), Throat, Ultraphallus & Union Of Sleep.  En bref que du léger!

 

                                       

 

Deux splits 7” seront donc envoyés chaque mois, durant 6 mois, et le dernier paquet comprendra le t-shirt et la boîte et complèteront ainsi le box-set. Un nombre limité de splits seront également mis en vente individuellement, et une version digitale de chaque split sera également disponible sur le site www.hellcomeshome.com pour commencer et ensuite partout ailleurs. Les hostilités devraient commencer courant février.

Il n’y a pas encore de deuxième volume de prévu, même si ça me démange déjà. La bonne résolution du début d’année est que je vais essayer de faire en sorte, dans un premier temps, de mener ce premier volume à terme de mon mieux et ensuite on avisera. Il y aura certainement des choses à revoir... parce qu’on peut toujours faire mieux.

 

le planning est un début des envois en février (2 splits par mois, jusqu'en juillet).

L'ordre est le suivant:

KOWLOON WALLED CITY / THOU

SUMA / ULTRAPHALLUS

DEPHOSPHORUS / GREAT FALLS

AKANAME / LESBIAN'S FUNGAL ABYSS

PYRAMIDO / UNION OF SLEEP

BURNING LOVE / FIGHT AMP

COFFINWORM / FISTULA

THE SWAN KING / TELLUSIAN

DUKATALON / RITES

BLACK SUN / THROAT

DOPEFIGHT / THE FUCKING WRATH

DEAD ELEPHANT / RABBITS

 

 


Merci à Joël d'avoir répondu à nos questions.
J'invite tout le monde à découvrir ce projet ici : http://www.hellcomeshome.com/
photo de Sam
le 05/03/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements