Loharano - Interview du 15/04/2021

Loharano (interview)
 

"LohArano" signifie la "source" en malgache. Etant donné le doux bruit de cours d'eau que l'on entend au début du morceau du même nom, il semblerait que LohArano soit une source paisible... Je dois dire que, vu la musique que vous jouez, je m'attendais plutôt à un geyser haha. Comment l'imaginez vous, vous, cette source ?

La nature de cette source varie énormément selon nos ressentis, nos émotions lorsque nous composons et jouons nos morceaux. Cela explique d'ailleurs les différences d'intensité entre les morceaux, de la douceur de "Loharano" jusqu'à la rage de "Tandroka" !

 

Je n'avais quasiment jamais entendu une fusion aussi parfaite entre du Metal qui cogne et des musiques originaires d'Afrique subsaharienne. Comment avez-vous abordé ce mélange ? Quelles sont les "règles", les conditions pour que celui-ci réussisse ?

Il n'y en a pas, hahaha. Nous sommes nous-mêmes dans un perpétuel processus de recherche à ce sujet. Parfois, lorsque l'on compose, cela aboutit à de bons morceaux... Mais d'autres fois, certains ne dépassent pas le stade de brouillon, hahaha

 

Si j'ai bien compris, ce sont essentiellement le Tsapiky et le Salegy qui colorent le Metal que vous pratiquez : quels albums / artistes nous conseilleriez-vous d'écouter – à moi ainsi qu'aux fans qui n'y connaissent encore rien – afin de découvrir ces styles ?

On vous incite à écouter Jaojoby, que l'on surnomme le roi du Salegy, ainsi que Damily et Dedaky, qui sont de grandes icônes du Tsapiky.

 

Il y a quelques instants je vous disais que je n'avais quasiment jamais entendu une telle fusion entre Metal et Musiques africaines. Il y a en fait une exception – même si dans ce cas il ne s'agit ni de Tsapiky ni de Salegy: Zã Keli, le superbe premier album des Togolais de Arka'n. Avez-vous déjà entendu cet album ?

Oh que oui ! Ils ont carrément donné une identité sonore propre au "Metal africain" ! On leur est reconnaissant d'avoir posé cette première pierre: on n'attendait que ça ! 

 

Tout comme Orphaned Land et quelques autres (Melechesh...) sont les pionniers de ce que l'on appelle à présent le "Metal Oriental", je vous vois vraiment, Arka'n et vous, comme les pionniers d'une nouvelle scène qui pourrait devenir le "Metal Africain". Avez-vous conscience de défricher des terres musicales aujourd'hui quasiment inexplorées ? Connaissez-vous d'autres groupes qui pourraient être apparentés à cette scène naissante (... car il n'y a peut-être que depuis l'Europe que cette scène semble "naissante") ?

Merci c'est très flatteur et motivant. C'est un peu dur de vraiment savoir si nous sommes les seuls car on est surtout conscients de la difficulté qu'on les groupes d'ici de se produire et de se faire connaître en Afrique. Par contre on vous invite à écouter Alina, un groupe malagasy de Symphonic Metal: cela pourrait bien vous surprendre!

 

Vous avez fait le choix de chanter en Malgache... Et c'est une très bonne idée, car cette langue sonne vraiment super bien ! Néanmoins n'avez-vous jamais été tentés de mêler plus d'Anglais à vos textes, pour tenter de "ratisser plus large" et d'atteindre peut-être plus facilement les publics hors de vos frontières ?

Jusque là, c'est le malagasy qui nous inspire surtout, car par rapport à la Fusion que l'on joue, c'est notre langue maternelle qui sonne le mieux sur nos sections instrumentales! Mais on ne se met aucune limite, on verra plus tard, qui sait!

 

Ne parlant pas le Malgache, ce serait sympa que vous acceptiez de m'aider un peu à y voir plus clair dans vos textes, haha. Je crois savoir que le single "Andriambavitany" était un manifeste contre une société encore trop patriarcale, je me trompe ? A l'opposé, si j'en crois le discours promotionnel, les thèmes abordés sur l'EP sont moins directement sociétaux, plus inscrits dans une réflexion sur ce qu'est l'individu et comment il interagit avec ses semblables ? Pouvez-vous nous en dire plus ?

"Andriambavitany" n'est qu'une caricature du mode de vie actuel très basé sur l'image. Une sorte de rappel de ne jamais aller à l'encontre de ses propres principes et de l'estime que l'on a de soi dans la quête de reconnaissance que certains peuvent entreprendre. Concernant l'EP, on a trouvé plus approprié que ce premier disque serve d'abord comme une carte de visite qui présente le groupe et son idéologie, afin que les auditeurs comprennent vraiment notre ressenti et puissent s'imprégner de l'esprit LohArano.

 

La pochette de l'EP est très belle. Les couleurs chaudes, ocre et or, semblent évoquer Madagascar, tandis que la zone bleue centrale, qui semble s'écouler vers le bas, fait penser à cette fameuse source d'où vous tirez votre nom. Pouvez-vous nous indiquer ce que cet artwork signifie véritablement pour vous ?

Nous avons juste fait confiance à Rado Andriamanisa hahaha. Il nous connait très bien humainement parlant, et comprend tout à fait ce qu'on veut transmettre. Il a su, de manière abstraite, retranscrire l'ensemble de l'EP en image.

 

Vous écrivez le premier A de LohArano en majuscules: quelle en est la raison ? Il y a une symbolique particulière ?

Le but est juste de pouvoir bien distinguer, à l'écrit, le nom du groupe du nom commun désignant la source. Rien de plus compliqué que ça hahaha

 

Cet EP bénéficie vraiment d'un très bon son ! Vous avez enregistré à Tananarive ?

Oui l'enregistrement a été réalisé à Antananarivo, au studio de Libertalia, par Rybota Ramalanjaona, notre super ingé' son!

 

De "OAY" à "Andriambavitany", puis maintenant à "Tandroka", vos vidéos n'ont cessé de s'améliorer. La dernière, tournée pour "Tandroka" donc, vous voit vraiment franchir un cap en terme de qualité. Vous avez travaillé avec des gens plus "pros" pour celle-ci ?

La vision que nous avons de notre art évolue au fur et à mesure des recherches que l'on fait et des expérience que l'on vit. Et avec le temps, notre équipe vidéo ne cesse d'apprendre, de s'adapter pour atteindre nos nouveaux objectifs, et de s'améliorer avec nous! C'est tout un travail d'équipe!

 

"OAY" et "Andriambavitany" n'ont pas été intégrés à l'EP... Ils resteront éternellement des singles à part, ou peut-être comptez-vous les incorporer à la tracklist de votre premier album ?

Ce n'est pas prévu, mais l'idée n'est pas non plus à exclure.

 

La question précédente offre une transition parfaite pour parler de l'après : comment voyez-vous la suite de votre aventure ? Du live je suppose ? Puis un premier album ? Avez-vous déjà des idées de nouvelles compos, voire des nouveaux titres en partie écrits ?

Etant donnée que la pandémie actuelle est toujours en expansion, la vision que nous avons des possibilités de concerts à venir reste pour le moment très floue. Mais cela ne nous arrête pas: on en profite pour composer un max. Et en effet, on est justement en train de concevoir notre premier album !

 

Merci de tout cœur d'avoir passé du temps à répondre à ces questions. Et encore une fois bravo pour cet excellent premier EP ! Si vous avez un dernier sujet qui vous tient à cœur, ou un message particulier à passer, vous disposez ici d'une tribune libre !

Un grand merci à toi pour l'interview ! Juste un petit mot pour tout le monde alors: "Prenons soin de nous, prenons soin de notre monde" :) À la prochaine !

photo de Cglaume
le 04/05/2021

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021