Lopsided - Interview du 01/06/2013

Lopsided (interview)
 

Il va falloir rendre des comptes messieurs : pourquoi avoir mis 4 ans entre l'ep et l'album ??

Les différents changements de line-up nous ont déjà pris du temps. Yohann est arrivé en 2011. Par la suite Adry (batterie) a du nous quitter également, après avoir enregistré ses parties pour notre album, et fut remplacé au pied levé par Marvin en 2012. La phase de composition fut longue et méticuleuse, s'étalant sur environ 2 ans, période durant laquelle il a donc fallu en parallèle gérer l'intégration des nouveaux musiciens. Le temps ensuite d'enregistrer, de se mettre d'accord sur le mix, le mastering… Tu peux rajouter une petite année et voilà comment on en arrive à 4 ans entre un EP et un album sans avoir chômé pour autant.



Le virage opéré avec cet album est plus calme, plus rock. Ca s'explique par les changements de line-up ?

Je ne pense pas que ce soit spécialement du fait des changements de line-up, mais plutôt une volonté générale du groupe qui souhaitait quitter la sphère métal pure. Avant même les arrivées de Yohann et Marvin le projet était déjà échafaudé dans cette optique, avec l'idée globale dès le départ de sonner moins métal. Certes le changement de line-up (une section rythmique en l'occurrence) a pu jouer d'une manière ou d'une autre, mais il y avait bien un parti pris de rejeter certains codes du métal (double pédale, voix hurlées constantes, basse collée aux guitares, etc…). Les textures, ambiances, atmosphères et grooves étaient partie prenante des morceaux dès les premières phases de la composition. Cela dit, cela n'empèche pas le groupe de garder une influence "métal", si l'on peut exprimer ça ainsi. Mais les "codes" du style sont faits aussi pour en jouer, les déformer, les transgresser, c'est ce qu'a voulu se fixer Lopsided : savoir dépasser les limites artistiques d'une esthétique de style. On cherche donc à inclure à notre rock, on peut même dans notre cas parler désormais de post-rock ou de post-core, des éléments d'autres styles et en particulier des ambiances progressives et travaillées. Finalement, et sans renier un style qu'on continue à écouter et apprécier, on se reconnait d'avantage dans une mouvance plus post-rock que métal, ce qui nous offre également plus de liberté dans la réalisation artistique.



Si vous n'aviez que 3 mots pour vous définir ?

3 mots ? C'est complexe ça… On pourrait commencer par "organique" car c'est la volonté la plus forte du groupe. Au delà de nos expérimentations rythmiques et harmoniques, l'idée de base est vraiment de bien faire ressentir une musique humaine, jouée par des humains avec tout ce que cela comporte. On peut dire "asymétrique" aussi pour rebondir sur l'explication du premier terme, et pour finir "énergie" car c'est aussi ce qui fait vivre cette musique.



Un mot sur cette pochette ?

"Cigogne"

Plus sérieusement, cette pochette fut designée par Maxime Foulon, un très bon ami et excellent artiste à la pointe de la modernité graphique (et oui tout ça à la fois). On en profite pour lui adresser encore un énorme merci, et inviter les lecteurs à faire un tour sur son site web : www.maximefoulon.com. La pochette est une grande réussite de part la dimension graphique qu'elle apporte à notre musique. Tu retrouves les couleurs, l'asymétrie, la symbolique forte de la cygogne et des abeilles. Elle est un avant-goût visuel de notre musique, et est tout à fait fidèle à l'univers de Lopsided tout en le complétant, ce qui donne au final une belle collaboration.



Holda est une déesse dans la mythologie scandinave : quel est le concept autour d'elle et de l'album ?

Ce concept à été développé par notre chanteur Nicolas. L'album est dans une lignée quelque peu autobiographique, se penchant sur des événements des 10 dernières années de sa vie. Holda est une divinité de l'hiver ainsi que la protectrice des nouveaux nés, elle représente l'esprit de la naissance directement liée dans le concept de Lopsided à celle du fils de Nico, le petit Noé. L'album aborde un thème classique dans l'art : la naissance/renaissance. Certes ce n'est pas nouveau, mais pourquoi ne pas l'explorer à la sauce Lopsided ? Voilà ce que ça donne "Holda's Grace", qu'on traduira par "les faveurs d'Holda", ou la grâce au sens symbolique du terme. Les faveurs d'Holda sont également le fait que, malgré les épisodes malheureux ou heureux d'une vie, on saura s'en sortir et en grandir, en renaître. On pouvait penser au concept du phoenix renaissant de ses cendres, mais comme Lopsided n'aime pas faire dans la norme, ce fut la cigogne qui fut choisie. Pour rendre à César ce qui est à César (enfin à Maxime Foulon dans le cas présent), c'est notre illustrateur qui a eu l'idée d'illustrer le concept avec une cigogne, ce qui à tout de suite plu à tout le groupe.



Lorsqu'on opère dans un style où on a le cul entre 10 chaises (à peu près), il n'est pas trop compliqué de trouver des plans concert etc ?

Le cul entre 10 chaises? Ca tombe bien on est 5, ça fait deux fesses chacun KAMOULOX ! Pour les plans concerts, il faut remercier nos partenaires Nao Noise et Dream On. Céline (Dream On) et Alex (Nao Noise) (interviewés ici) bossent ensemble et s'occupent de nous trouver des dates et du développement du groupe. Justement j'en parlais avec Alex avec qui on était d'accord sur le fait que Lopsided ne se classe pas dans une niche, ça peut porter préjudice pour trouver des dates mais c'est aussi une force de proposer quelque chose d'original au sens où on peut jouer sur un plateau métal comme sur un plateau rock tout en étant à l'aise. On est en tout cas très impatients de défendre l'album sur scène. On travaille le nouveau set actuellement et nos partenaires prospectent pour nous faire jouer massivement à partir de septembre.



(ndlr : si ça vous intéresse donc, vous savez à qui vous adresser...)


La signature chez Klonosphère est-elle le fait d'un démarchage ? On est venu vous chercher ?
Sentez-vous qu'il y a actuellement chez eux, une volonté de faire émerger chez les "jeunes" aux côtés d'une scène métal bien installée depuis qques années ?



La rencontre avec Klonosphère remonte à quelques années lors d'un concert Klone/Lopsided avec notre ancien line-up, le courant était déjà bien passé. Par la suite, Guillaume Bernard (Klone/Klonosphère), qui avait eu l'occasion d'écouter notre maxi "In Your Steps" et de suivre notre évolution, nous a approché dans l'idée d'un partenariat avec son collectif Klonosphere. Finalement les démos de l'album lui ont été envoyées et devant son accueil enthousiaste, les choses ce sont faites naturellement. Je pense que Klonosphère est LE collectif métal français à l'heure actuelle. Gojira a ouvert la brèche, Klono s'y engouffre aujourd'hui. La France est bourrée de groupes talentueux, malheureusement on râle beaucoup (ah nous les français!) sur le fait qu'il n'y rien à faire en France pour un groupe de rock/métal. Klono a le courage de se dresser devant ça et permettre de faire connaitre au plus grand nombre des groupes français dans tous les styles de métal en les aidant dans leur développement. Que Lopsided soit intégré à cet édifice en devenir est un honneur et un privilège, surtout pour un premier album. On compte bien le défendre et faire honneur à cette mouvance et cette scène émergente qui fera énormément de bruits et qui en fait déjà beaucoup.


Un groupe vous a poussé à faire de la musique ? Un album marquant ?

Pour Yohann le groupe à retenir depuis son enfance c'est Queen, ils ont touché à tout, étaient magnifiques et ça jouait grave! Une institution à ses yeux! Pour les "anciens" du groupe (Nico, Tof et Stéph) grandir dans les années 90 leur a permis de découvrir la musique avec des groupes alors au sommet tels que Metallica, Guns'N Roses ou Pearl Jam qui ont déclenché chez eux l'envie de se lancer à leur tour et d'élargir leur culture musicale par la découverte d'un tas d'autres groupes. Marvin pour sa part a été très marqué par la découverte de At The Drive-In et cite ASIWYFA comme une de ses grosses influences dans les groupes plus récents. Pour un album marquant plus proche de Lopsided et commun à tous les membres, on pourrait citer sans hésiter "Sound Awake" de Karnivool.

 

 


 

Voilà, ça se finit comme ça. Il y a aussi des mercis, des politesses dont vous vous foutez, mais Steph et Yohann sont des gens bien élevés.
Et puisque moi aussi, j'espère que vous avez appris quelque chose à leur sujet, ou que cela vous donne envie d'en savoir plus, de les voir, les faire jouer peut-être même et les remercie également d'avoir pris le temps de répondre à ces questions !

photo de Tookie
le 27/06/2013

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021