Nika - Metal Days 2019 - Interview du 09/04/2019

Nika - Metal Days 2019 (interview)
 

Peux-tu te présenter, quand et comment tu as découvert le metal ?

Je m'appelle Nika Brunet, je travaille dans une équipe qui organise des festivals en Slovénie, Metaldays est l'un de nos festivals, nous en avons 5 en tout, les 4 autres sont Winterdays Of MetalBluesland, Overjam (reggae) et Punk Rock Holidays.

Comment j'ai découvert le metal ? Depuis que je suis très jeune probablement (rires) peut-être avec la télé ou comme la plupart des gens, je ne sais plus. Je travaille sur nos festivals depuis 6 ans maintenant.

 

Tu fais toute la promo ?

À la base je suis ce qu'ils appellent la fille à tout faire (rires). Je fais un peu de tout, je bosse beaucoup sur l'écologie et le côté durable de nos festivals, la promotion, les sites web, l'organisation... vraiment un peu de tout.

 

L'édition 2019 sera celle du 15ème anniversaire, peux-tu revenir sur votre idée de départ pour le festival de 2004, même si à l'époque tu ne faisais pas partie de l'équipe ?

La première édition honnêtement je ne m'en souviens pas, à l'époque je faisais quelque chose de totalement différent dans la vie. Mais je pense que le festival a énormément changé en particulier depuis les dernières années, depuis que Boban, mon mari, est entré dans ces festivals, en 2007. Avec le changement de nom  de Metal camp à Metaldays. Le concept a pas mal changé, on est passé d'un festival uniquement musical vers concept de vacances d'été... Je veux dire que la musique n'est qu'une partie, toujours importante, de ce festival mais il y a tellement plus. Je pense cette approche est unique, ou l'a été dans le passé. Ça nous a mené où nous en sommes actuellement un festival plus si petit même si nous le restons par certains côtés. Mais je pense que nous avons une bonne renommée et que les gens aiment revenir tous les ans à ce que l'on voit. 

 

Comment est venue cette idée de mélanger vacances d'été et festival de metal ?

À la base cette histoire très logique. Nous sommes localisés, comme tu le sais sûrement, dans une vallée montagneuse et l'endroit du festival est limité par la taille du site. Et du coup on ne peut pas s'agrandir, on ne peut pas accueillir plus de 12 000 festivaliers par jour. Si on ajoute les équipes ça fait 14 500 personnes ce qui est le maximum que cet endroit peut supporter. Ce que je veux dire c'est avec ce nombre de gens tout reste faisable, on se déplace librement, on peut installer sa tente, aller aux toilettes quand on en a besoin, ce n'est pas surpeuplé. Et c'est à ça que l'on veut se tenir. On ne veut pas s'agrandir et vendre plus de tickets donc on ne peut pas accueillir les plus gros groupes. Du coup vous ne verrez jamais Iron Maiden, vous ne verrez jamais Rammstein. Pas qu'on ne les soutient pas, c'est juste qu'on peut les faire rentrer là-bas. On ne peut accueillir leur logistique, qui trop grande. On n'a pas la place de garer leurs camions, nulle part où mettre de si grosses scènes etc. L'année dernière avec Judas Priest on a atteint le maximum de ce que notre logistique peut faire. Ça nous a pris plus de 7 mois pour mettre en place tous les détails liés à leur scène... le timing a été serré mais on l'a fait mais c'est notre maximum.

De ce fait on ne pas construire notre concept seulement avec la musique, on a besoin d'être différents alors comme nous sommes localisés dans un environnement très beau et que de toute façon la plupart des festivaliers restent pour toute la semaine, alors pourquoi pas offrir un package avec de vraies vacances d'été. Il y a 2 superbes rivières dans lesquelles on peut nager, la logistique en qui concerne les toilettes et tout ça est déjà présente... c'est vraiment des vacances tu peux prendre ton café le matin, tu peux manger ton croissant, lire le Daily Metal que l'on imprime tous les jours, avoir des infos, commencer les concerts ou faire du yoga. Tu peux profiter de tes soirées... faire tout ce que tu ferais pendant des vacances « normales ». Alors pourquoi pas et en plus c'est très bon marché ! Pour ce coût-là tu as vraiment tout.

 

Pour ce quinzième anniversaire  avez-vous prévu quelque chose de spéciale  du coup, quelque chose de nouveau ?

Il n'y a rien de planifier de particulier mais une fois encore on aura un super line-up. Il y a 2 ans on a fait quelque chose de spécial pour nos 5 ans d'orga... mais pourquoi ne pas s'attendre à l'inattendu... on ne sait jamais ce qui va se passer ! (rires)

 

Quel est ton meilleur souvenir à aujourd'hui sur le festival, des faits remarquables ou inoubliables ?

Tous les ans il y a des choses qui te restent en mémoire... la venue de Judas Priest l'année dernière, Marilyn Manson, Motörhead si on parle de musique... tous les gros groupes qu'on peut se permettre de faire jouer : Korn, In Flames, Anthrax, Slayer... Quelque chose de particulièrement remarquable s'est passé les dernières années, c'est le changement des mentalités vis-à-vis de l'écologie et du côté durable du festival et c'est quelque chose qui me rend très, très heureuse et pas seulement parce que c'est un aspect sur lequel nous travaillons dur, mais juste parce que je trouve que ce changement des gens est très bon. Je me dois d'ajouter qu'on essaie d'avoir des festivals sans plastique, on ne produit pas de déchet, et de voir comment les gens acceptent ces changements, comment ils lisent les notes d'explications et comment ils suivent les consignes... c'est vraiment bien. Je suis très fière de nos visiteurs.

 

Ils respectent les règles...

Plus que les règles, c'est les initiatives. 12 000 personnes ce n'est pas peu. De voir que tout ça se passe parfaitement bien, c'est très plaisant et unique.

 

Quels groupes êtes-vous particulièrement fiers d'avoir cette année ?

Je suis fière de tous les avoir ! Il ya bien sûr des groupes que l'on plus envie de voir que d'autres, car c'est une affaire de goûts personnels... Mais personnellement quand tu dis fière, je suis très fière des groupes qui les années précédentes ont eu leur première expérience de notre festival et qui se sont lancés après ça. Skindred est pour sûr l'un d'entre eux, ils sont devenus connus grâce au Metaldays, Alien Weaponry est le 2ème, et ils vont revenir cette année. Personnellement j'attends aussi des groupes plus petits comme Vintage Caravan, Phil Anselmo, bien sûr,... Tout le monde trouvera au moins quelque chose dans ces goûts car nous avons un line-up très diversifié.

 

Il reste encore des groupes non annoncés quand allez-vous révéler le line-up final ?

Ce sera annoncé ce vendredi (NDLR le 5 avril).

 

Quel est le plus beau compliment que vous ayez reçu sur le festival, d'un groupe ou d'un festivalier ?

De la part des groupes, je peux te dire en toute honnêteté que nous avons des retours très positifs. Ils aiment la façon dont on s'occupe d'eux, la nature, il aime la manière dans les choses se passent sans accroc ni stress. Et comme tu peux le voir ils veulent tous revenir ! (rires)

Et la même chose se passe pour les festivaliers. Personnellement j'aime voir des gens qui s'amusent tellement qu'ils veulent revenir. Nous vendons déjà les tickets pour l'édition suivante parfois sans même aucun groupe annoncé. L'année dernière on a vendu au cours du festival 2000 tickets pour cette année, c'est déjà un accomplissement en soi.

 

Que conseillerais-tu à quelqu'un qui voudrait venir pour la première fois au festival ?

D'être ouvert à une nouvelle expérience... Tu vas sûrement rencontrer ou te faire de nouveaux amis, ici. Tu vas passer un super moment entre autres grâce à une très bonne météo. Et tu te feras des souvenirs inoubliables que tu n'aurais sur d'autres festivals. J'aimerais inviter tout le monde à venir voir si c'est sa tasse de thé et je suis sûre que ça le sera! Je suis positive (rires)

 

Et comment réagit la population locale ?

ça se passe de mieux en mieux, année après année. Ils y sont aussi maintenant très habitués. Le Metaldays est leur festival préféré de l'année. Tolmin est très petite ville, le festival amène 5 fois la population qui vit à l'année à Tolmin. Tolmin c'est un peu moins de 3000 habitants et le festival amène 15 000 personnes avec les équipes des groupes et la nôtre. Une grande partie des rentrées d'argent provient de notre festival et je crois qu'ils en sont bien conscients. C'est une ville touristique et beaucoup vivent du tourisme, alors pour eux c'est très positif. Alors ils acceptent ces gens habillés en noir, qui font un peu peur, de très bonne manière maintenant.

 

En France nous avons le Hellfest comme tu dois le savoir, et des groupuscules activistes chrétiens essaient régulièrement de poser des problèmes à cet évènement. Avez-vous le même genre de choses sur votre festival ?

C'est arrivé une fois, il y a longtemps mais honnêtement je ne m'en souviens pas bien... Avec Marilyn Mason, il s'est passé un truc, c'est vrai. Quelque chose comme un post sur Facebook, ça a disparu depuis. Ça n'a pas vraiment intéressé grand-monde. Les gens quand ils voient pour la première fois des metalheads, ils les trouvent effrayants... mais c'est n'est pas vrai ils font partie des gens les plus gentils du monde.

 

Peux-tu me dire combien de personnes travaillent avec vous le festival durant l'année et au moment même du Metaldays ?

Durant l'année c'est 10-11 personnes. Nous sommes 5 ou 6 qui bossent à plein temps, les autres plus occasionnellement et ça augmente graduellement avec l'approche du festival. Durant le festival proprement dit, je dirais que c'est 500-600 avec la sécurité, les bénévoles... oui je dirais environ 500  personnes à quelque chose près. C'est une assez grosse équipe, à l'échelle du festival.

 

Bon j'avais une question sur l'activisme écologique mais tu y as déjà répondu !

(rires) je peux ajouter que nous avons encore gagné un « Green  festival Award » cette année, c'est la 3ème fois de suite !

 

Et à propos des vacances... Sais-tu si beaucoup de festivaliers viennent avant ou partent plus tard pour visiter la Slovénie autour du festival ?

Oui. Nous le savons et c'est vrai, beaucoup de festivalier viennent quelques jour avant ou après pour visiter la Slovénie, Ljubljana (la capitale) principalement et les autres villes de la côte, et ils font du camping alentour. Nous le savons car nous avons fait des recherches l'année dernière.

Vous êtes des promoteurs de la Slovénie en quelques sortes !

Oui ! Nous sommes l'une des raisons principales de venir en Slovénie. Nous sommes l'entreprise privée qui amène le plus de monde en Slovénie. On apporte les visiteurs, les touristes avec notre festival.

 

Je te laisse le mot de la fin

Comme je l'ai déjà dit je voudrais inviter tout le monde qui a lu cette interview à venir à notre festival. Je suis sûre qu'ils ne seront pas déçus et qu'ils vivront une super expérience. Nous ne sommes pas très loin, on peut venir en voiture (on l'a fait pour venir en France), c'est faisable. Il y a des avions, des trains... Venez nous voir !

 

 

 

 

 

PS : interview conçue à plusieurs : merci Cglaume et Papy Cyril !

 

photo de Pidji
le 03/05/2019

3 COMMENTAIRES

Seisachtheion

Seisachtheion le 03/05/2019 à 10:02:59

Interview bougrement intéressante...
Bravo les gars !
;)

cglaume

cglaume le 03/05/2019 à 12:22:54

" Skindred est pour sûr l'un d'entre eux, ils sont devenus connus grâce au Metaldays"

????

What ? "connus en Slovénie" je suppose ?

pidji

pidji le 03/05/2019 à 13:01:52

Oui je pense que c'est dans ce sens qu'elle a voulu dire ça

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019