S'inscrire sur COREandCO
Webzine musical COREandCO : hardcore, metal, rock et leurs dérives

Les interviews The Onironauts + Nano Sigo - Interview du 07/03/2017

The Onironauts + Nano Sigo - Interview du 07/03/2017 | COREandCO

Membre(s) interviewé(s) :
Nano Sigo

Les interviews The Onironauts
The Onironauts

Les interviews Nano Sigo
Nano Sigo

Que ce soit quand il joue au sein de The Onironauts ou quand il évolue en solo, Nano Sigo fait preuve d'une inventivité jouissive et d'un swing démentiel. Autant de bons feelings et de bonne musique émanant d'un seul homme - un petit Français expatrié en plus! - : on ne pouvait pas laisser passer l'occasion !

C’est fin 2016, par le plus grand des hasards, que j’ai découvert le monde merveilleux de The Onironauts… Trop tard apparemment, le groupe s'avérant avoir cessé toute activité Initialement, j'avais cru comprendre que ce sont des problèmes de visa qui vous avaient éloignés les uns des autres... Sauf que dorénavant, grâce au net un groupe peut travailler à distance. Et puis son line-up peut évoluer, au besoin. Les problèmes qui touchent The Onironauts seraient-ils plus profonds que simplement administratifs ?

La perte d'Evgeny (notre guitariste / bassiste) - à cause de problèmes de visa - a mis le groupe en stand by pour le moment. Evgeny a dû repartir en Russie après avoir effectué des études à Londres. On a pensé un moment travailler à distance, mais on s’est vite rendu compte que c’était un peu compliqué. A moins que la communication avec Skype devienne instantanée et que l'on puisse donc véritablement jammer live sur de nouvelles idées, notre façon d’écrire serait totalement bouleversée. Evgeny gérait à la fois la basse et les riffs de guitare les plus Metal, du coup il serait assez dur de lui trouver un remplaçant. Et puis après tant d’années avec ce line-up, on s’est dit que ça ne serait plus The Onironauts mais un nouveau groupe si on prenait quelqu'un d'autre. Mais qui sait: peut-être qu’il finira par revenir... ;)

 

Qu’est-ce qui a bien pu amener Français, Italiens et Russes à se retrouver à jouer de la musique ensemble à Londres ? Il n’y avait même pas un « local » dans vos rangs si je ne m’abuse… ?

On a tous étudié à la Tech Music School de Londres. Evgeny (guitare) et Dimitri (batterie) étaient dans la même promo. Filippo (guitare) n’est resté que trois mois là-bas, mais il était déjà pote avec Dimi (ils viennent tout les deux de Parme en Italie). Moi je faisais partie de la promo précédente, et étudiais la guitare. On s’est retrouvés à jouer ensemble au sein de plusieurs groupes, puis un jour ils m’ont proposé de venir jammer avec leur trio. Ça a tout de suite collé. Depuis on continue à jouer ensemble: on a 3 ou 4 groupes en commun chacun.

 

« Onironauts » est un néologisme. Un mix de « oneiric » et de « cosmonaut » qui évoque une sorte d’astronaute des rêves – ce que l’artwork des 2 EPs illustre à merveille. Comment se passe le processus de transformation des rêves en compositions ?

Nos grands philosophes italiens Filippo et Dimitri aiment s'instruire et apprendre des choses plus ou moins tordues. C'est le genre de mecs qui peuvent te parler de religion ou de politique de manière carrément décalée, en te sortant des faits complètement barrés. Pendant un moment, Filippo a beaucoup étudié le phénomène du « rêve éveillé » (« lucide dreaming » en Anglais). C’est ce qui t'arrive quand tu réalises que tu es en train de rêver, et que tu peux donc plus ou moins contrôler ton rêve. Notre musique essaye de s'inscrire dans la logique de ce phénomène. Dans un rêve, le fil des événements passe souvent du « coq à l’âne » (com’ k’on jacte ché nous en Mayenne!). Changements de tempos et de styles au beau milieu des chansons, bruitages et effets « dreamy » : tu vois le lien ?

 

Puisqu’on évoquait l’univers graphique du groupe, restons dans ce domaine: vous avez réussi à vous créer une identité visuelle forte. Qui est le dessinateur qui a apporté sa patte à votre univers ? Avez-vous eu l’occasion de développer les aventures de ce petit cosmonaute au-delà des pochettes des 2 EPs? Via des visuels, des T-shirts, des clips ou autre ?

Notre dessinateur - ou plutôt « Graphic Designer » - s’appelle Qouet. C'est un pote d’enfance (de Laval) qui a fait ses études à Rennes, puis qui est venu habiter à Londres avec nous, quelques années plus tard. On a eu beaucoup de projets pour cette petite mascotte: T-shirts, autocollants, pins, vidéo clips… On a même eu une appli de réalité virtuelle développée par un autre pote de Laval, il y a quelques années de ça, qui permettait de se prendre en photo avec lui, en réalité virtuelle. On a aussi pensé a développer un petit jeu qui irait avec notre musique, et qui plongerait cette mascotte dans un monde à la Mario Bros, en pixel art. Il n’y a pas vraiment de limite à ce que nous inspire ce visuel. C’est très facile d’imaginer ce petit astronaute évoluer au sein de plein de mondes et d'aventures.

 

Je trouve Kings of the Swingers encore plus abouti que le pourtant excellent Funky Heavy Dance. Je n’ose imaginer ce qu’aurait donné un 3e EP / 1er album ! Aviez-vous déjà des compos / idées de compo dans votre besace ?

Oui, on a (ou "avait" plutôt, maintenant… Snif) pas mal de nouvelles chansons. On composait beaucoup ensemble. On a enregistré des dizaines d’idées pendant les répètes, qui n’ont jamais été véritablement finalisées. Ainsi que pas mal de chansons que l’on jouait live, et qui n’ont pas été enregistrées.

 

Tu mêles beaucoup de chant en Français (sur Kings of the Swingers notamment) aux compos du groupe. Cette coloration hexagonale, dont certains pourraient penser qu’elle risque de fermer des portes (les médias anglo-saxons n’ayant pas accueilli beaucoup de formations ne parlant pas le Shakespeare dans le texte, à l’exception notable de Rammstein et de quelques rares autres), ne posait pas de problème aux autres membres du groupe ? Un peu d’Italien ou de Russe aurait pu être sympa également !

Non, pas du tout... Au contraire: les étrangers adorent le Rap français! Beaucoup d’Européens sont fans d’IAM et du Hip-Hop frenchy. Et les Italiens ont leur propre version de Georges Brassens... On aime tous la musique quand elle est bien composée et bien produite. Les textes c’est important, évidemment, mais tous nos fans ont adoré la mixité entre Anglais, Français et la "langue de la lune". Il y a même du Russe au sein de certaines chansons ! D'ailleurs on est fiers d’être un groupe « Européen ». Ça fait partie de notre culture, et donc on transmet ça naturellement dans notre musique.

 

Peut-on se procurer les paroles de vos chansons quelque-part, histoire de pouvoir chanter en mode Karaoke les passages en « langage de la lune » de « Disco Juice » ? :)

Si tu veux traduire les passages en langue de la lune, 'va falloir que tu ailles faire un tour dans l’espace afin de rencontrer notre mascotte pour qu'elle te briefe. Parce que moi je ne suis pas capable de te l’apprendre. Pour le reste je peux t’envoyer les textes, pas de souci! 

 

Pour le fan qui n’a que peu de matériel à se mettre dans les feuilles, le souci est d’arriver à trouver des artistes dont l’état d’esprit est proche de celui de ses groupes cultes. D’où ma question : y a-t-il des formations-sœurs de The Onironauts ? Des musiciens que vous aimez, de qui vous vous sentez proches artistiquement, spirituellement ? Par ailleurs connais-tu les Cool Cavemen, ou Osaka Punch – groupes qui complèteraient à merveille une affiche sur laquelle vous figureriez ?

On n'a jamais vraiment cherché à dénicher des formations-sœurs, ou des groupes qui sonneraient un peu comme nous. On a juste suivi nos envies et instincts de musiciens pour créer quelque chose d’unique, qui nous plaise. On aime la musique, et quasi tous les styles. Evgeny et Dimitri sont plutôt branchés Rock. Moi et Filippo on adore le Jazz manouche. Mais au final on est tous fans de Reggae, de Funk, de Metal, de Jazz, de Fusion, de musiques latines... On a tous des projets musicaux et des groupes à côté de The Onironauts, et ceci dans plein de styles différents. J’ai même joué dans un groupe de Metal japonais (Cyclamen) pendant quelques années. Cool Cavemen, Osaka Punch... Je ne connais pas. Mais je vais écouter ça tout de suite, en répondant aux questions suivantes !

 

The Onironauts ne bouge plus des masses, c'est vrai. Mais les fans peuvent toujours se consoler avec ton projet solo, qui a sorti Urban Campfire Jam en 2011. Comment situes-tu cette sortie par rapport au registre des Onironauts? La musique est moins orientée Fusion (au sens Metal du terme), plus Electro-Jazz, c’est bien ça ?

J’ai sorti cet EP un peu avant de rencontrer les gars. J’ai rejoint The Onironauts en 2012, ce qui a pas mal influencé leur orientation musicale. Au jour d’aujourd’hui, je compose toujours solo, et j'ai participé à de nombreux enregistrements en compagnie d’autres artistes. On a d’ailleurs tous ce genre de parcours parmi les anciens du groupe !! Je suis actuellement en train d’écrire des chansons dans le but de sortir un deuxième EP solo, voire même sans doute un véritable album. Vu l'expérience accumulée dans les domaines de la production et du mixage, je peux te dire que ça devrait bien sonner !

 

Il parait improbable qu’un amateur du titre « Jungle VIP » boude le bouillonnant « Scat Ravage ». Ce morceau – et, peut-être, ton amour manifeste pour le scat – est-il d’une façon ou d’une autre à l’origine du 3e titre de Kings of the Swingers ?

« Scat Ravage » est la première chanson solo que j’ai écrite et enregistrée de ma vie d’artiste ! Pour tout te dire, c'est en l'enregistrant que j’ai découvert que je pouvais faire cette voix. Donc oui, ça a énormément influencé tout ce qui s’est passé après. D'ailleurs cette façon de "scater" est devenue un peu ma marque de fabrique. Beaucoup d’artistes m’ont demandé d’enregistrer des "scats" pour eux depuis (surtout les DJ Electro swing). Je n’avais jamais vraiment chanté avant, et ça m’a ouvert pas mal de portes. La reprise du Livre de la Jungle était juste parfaite avec cette voix. Juste avant de démarrer l'aventure The Onironauts, on avait monté un groupe composé de 10 musiciens qui s’appelait Scat Ravage. On jouait mes chansons et celles de mon pote compositeur et bassiste Pierre Durand. Ce groupe était magique, mais gérer 10 personnes s'est avéré être très difficile vu que tout le monde avait des projets à coté. The Onironauts est donc devenu notre projet principal. On habitait tous les 4 ensemble, et notre salon était naturellement devenu notre salle de répète. 

 

Plus de nouvelles de ton projet depuis 2011. Plus de sortie de The Onironauts depuis 2014. Quand on a l’habitude de jouer une musique aussi viscéralement funky, quand il ressort un tel bonheur, une telle joie de vivre de vos compos – qu’il s’agisse de ton projet ou du groupe –, on a du mal à croire que vous puissiez continuer à vivre pleinement sans continuer à jouer ? Continues-tu à te produire live ? A composer ? Qu’en est-il de tes 3 compères ?

Depuis la mise en stand by de The Onironauts - mais cela était déjà vrai pendant ces années folles - on a tous les 4 constamment eu plein de projets à côté. D'ailleurs Filippo et moi vivons de la musique depuis quelques années déjà. Il a son groupe Gypsy Dynamite qui tourne tout le temps (le mec a quand même fait plus de 200 concerts l’année dernière !!). De mon côté j’ai bossé dans des studios d’enregistrement, et je suis ce qu’on appelle un « musicien de session ». Je joue en live et enregistre pour plein d’artistes. J’ai 5 groupes de reprises qui tournent beaucoup (Motown Gold, Phonic Delights et autres), un groupe de reggae (Babilondon) au sein duquel Dimitri se charge dorénavant de la batterie. On a aussi un duo avec Dimi' (Two Hats) dans lequel je m'occupe de la guitare, de la basse et du chant, tout ça grâce à une loop station. J’ai par ailleurs produit, enregistré et mixé beaucoup d’artistes dans de nombreux styles musicaux. Je suis en train d’écrire et produire de nouvelles chansons en solo, et commence tout doucement ma carrière dans la composition et l'enregistrement de musique de film, de pubs et de jeux vidéo, tout en donnant des cours de gratte à côté. C'est donc une vie de musicien bien remplie. Evgeny, quant à lui, fait aussi "de la session" avec des artistes en Russie. Ça se passe super bien pour lui là-bas, donc je ne pense pas qu’il va revenir habiter à Londres. Enfin, de son côté Dimitri joue lui aussi avec beaucoup de groupes (Dirty Soul Rockers, Komodo et Babilondon). Donc oui, on continue tous à composer, écrire et enregistrer. C’est notre passion, et notre boulot !

 

 
 
photo de Cglaume
le 08/04/2017

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Pseudo : e-mail :

Commentaire :

NOTE : Vos commentaires sont soumis à la lecture et à l'approbation des modérateurs. S'ils trouvent que votre message n'a pas à apparaitre ici, il sera supprimé.

Dernières news

Chronique au Hasard

French Metal - Songes et cauchemars

Évènements

In Theatrum Denonium à Denain (59) le 13 janvier 2018Gohelle fest 2017 au Métaphone à Oignies (62)