Suffocation + Origin le 18/07/2012, Le Ferailleur, Nantes (44)

Suffocation + Origin (report)
Après une date au Hellfest tout à fait honorable les new-yorkais de Suffocation, papa d’un death metal plombé et technique nous font le privilège de refouler le vieux continent en compagnie des non moins bourrins de services Origin. J’ai un bon souvenir de ces derniers au Mondo Bizarro à Rennes il y a quelques années et Suffocation sont toujours énormes, voyons donc si leurs précédentes performances se réitèreront dans la familière salle du Ferrailleur à Nantes.

Journée étouffante dans la ville des ducs de Bretagne (ou des petits Lu au choix) sous un soleil de plomb qui donne le ton pour la soirée à venir.. suffocante.. bon voilà fallait la faire…

Je vous passe les prestations de Re-Armed et de la première partie Italienne ou Espagnole je ne sais même plus, qui ne m’aura donc laissé aucun souvenir de part leur platitude et non-Originalité, voir manque cruel de charisme pour certain, malgré des sets relativement carrés et bien joués mais tout sauf intéressants. Unbreakable Hatred, cousins Québecois ont en revanche mit tout le monde d’accord avec leur death metal brutal et acéré. Le trio envoie lourd malgré un son assez cracra (merci l’ingé-son de la salle qui pourrit 90% des concerts avec des grattes brouillonnes, 10 fois trop de chant et de batterie…) un batteur supersonique avec un jeu très varié et puissant, un gratteux qui ressemble a Boromir avec une main droite qui n’a pas à rougir quant à sa rapidité et sa précision. Un beau jeu à l’ancienne niveau technique tandis que le bassiste chanteur avoine au mediator de façon plus traditionnelle. On pensera fortement à Dying Fetus tout au long du set, les parties mosh moins présentes et un peu moins de shred à tout va. Bonne surprise et bonne attitude, le death québécois n’a pas rendu l’âme !

Origin, fort d’un nouveau line-up (batterie et chant) mais d’un son très brouillon défendra ses titres ultra bourrins et techniques avec le sourire et une attitude pas evil pour un sou. Et heureusement, car on aurait revécu le calvaire Hate Eternal dans la même salle si l’ambiance n’avait pas été bonne enfant, blague au micro et banane sur tous les visages. Entre Entity, Antithesis et Echos Of Decimation, leurs dernières sorties, il y en avait des titres à défendre ! Malheureusement, vu le son la clarté des compo laissait a désirer et donc l’ensemble n’était qu’un déluge de blast vitesse lumière et de riffs supersoniques aussi confus que massif. Le jeu de basse toujours aussi impressionnant captive notre attention tandis que le nouveau chanteur en profite même pour faire un peu de stage-diving, de quoi s’en prendre finalement presque plus dans les yeux que dans les oreilles. Heureusement pour moi, « Portal » titre single de Informis Infinitas Inhumanitas que je connais sur le bout des doigts (façon de parler vu le shred hein) qui m’a fait découvrir le groupe à sa sortie clôturera le show et m’aura fait dire « au moins j’en ai reconnu une ». Et c’est moi ou Paul Ryan à la guitare ressemble a Alexandre Astier avec les cheveux longs ?

Bon trêve de plaisanterie, place à Suffocation, garnit comme à son habitude d’un gros son massif, bien qu’un peu cracra ce soir là (ce qui ramène directement à Human Waste en terme d’ambiance sonore ce qui n’est pas pour me déplaire). Comme sur leurs précédentes dates européenne (notamment en Angleterre) Frank Mullen le charismatique chanteur du combo est absent, resté à la maison pour raison familiale et professionnelle (les rumeurs disent qu’il en a en réalité plein le dos des tournées). Et bon, un concert de Suffocation sans lui, c’est un peu comme un concert de Black Sabbath sans Ozzy, malgré toute la bonne volonté de son remplaçant Bill Robinson de Decrepit Birth tout de dreads vêtu. Et la deuxième déception de la soirée est que le groupe jouera le même set qu’au Hellfest, quelques titres en moins… Bon ça reste Suffocation donc les pachydermiques « Thrones Of Blood », « Catatonia », ou les fulgurants « Mass Obliteration » et « Funeral Inception » font toujours mouche, sans parler des classiques « Infecting the Crypts » ou l’inégalable « Pierced From Within », mais on a comme un gout de trop peu après le show. Un petit effort sur la setlist aurait été appréciable vu la participation 1 mois plus tot au plus grand festival métal français situé à 35 bornes de là… Ca ne serait pas mon groupe de death préféré j’aurai crié au foutage de gueule.. on en était pas loin quand même. Et l’album Souls To Deny, toujours grand absent des set du groupe dans l’incompréhension générale finira d’achever les sceptiques. En demi-teinte pour une fois même si je ne bouderai jamais le groupe, il faudrait faire attention cependant à ne pas lasser les fans et à leur offrir un peu de nouveauté. La tournée est peut-être trop gourmande niveau line-up, mais on soulignera la très bonne initiative de l’asso Mat’sa pour son booking dans la région.
photo de Viking Jazz
le 23/08/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • BLACK BOMB A + Dagoba + Mugslug au Séchoir (L'Atelier À Spectacle) le 12 octobre 2019