Appollonia - Crimson shades

Chronique CD album (44:27)

chronique Appollonia - Crimson shades

Ils l'ont fait !

 

"Mais quoi donc ?" Me direz-vous.

 

Et bien, Appollonia est enfin passé du statut de "bon groupe à suivre" à "excellent groupe à ne manquer sous aucun prétexte", tout simplement !

Il faut dire que Blank solstice était déjà bien bon comme album, mais avec le temps, on se rend compte que cette étiquette "post hardcore" leur collait un peu trop à la peau, le groupe proposait une musique certes très bonne, mais assez balisée.

 

Et là, c'est la claque ! Les bordelais gardent toujours le post hardcore en base solide, mais quelle évolution ! On peut parler de plein de styles différents ici, de metal progressif à l'emo des 90's, en passant par du screamo, voire metalcore (début de "redeemer")... Bref, il sera tout simplement impossible ici de catégoriser Appollonia, qui fout un sacré pavé dans la mare musicale française.

 

Et c'est bien là tout le problème : comment vous parler de cet album sans vous retirer toute surprise à l'écoute ? Car c'est simple, ce disque, vous allez devoir l'écouter, tout simplement parce qu'il sera dans le TOP ALBUMS 2012. Dans le mien en tout cas.

Chaque titre a son identité, de la violence de "The Crooked Monarch" à la lenteur de "Of Stillness and Spaces". Les guitares sèches sont très présentes, et la grosse évolution, c'est la grande présence d'une voix chantée, claire, et qui sonne magnifiquement, que ce soit sur les passages aux guitares saturées ou acoustiques. Mais ne vous en faites pas, les voix hurlées ne sont pas en reste ; elles s'amusent même parfois à se superposer ("The Crooked Monarch"), pour un résultat très prenant.

Encore une fois, le trio bordelais regorge d'idées diverses et variées, on a parfois l'impression d'entendre de l'emo 90's, ou bien du metal moderne, voire - soyons fous - du stoner ou de la pop. Oui oui, pas facile à comprendre hein ?

 

Pour aller jusqu'au bout de l'analyse, le groupe a retrouvé une pochette d'album digne de ce nom, et ce son mes amis, ce son !!! Enorme de bout en bout, que ce soit pour les parties de gratte sèche aussi bien que pour les parties les plus violentes. Quand on sait que tout l'enregistrement a été fait chez le batteur (puis mixé et masterisé par Franck HUESCO), on ne peut qu'applaudir des deux mains.

 

Un album incontournable de cette année 2012, à acheter les yeux fermés chez Maximum Douglas Records.

photo de Pidji
le 30/04/2012

0 COMMENTAIRE

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • EARTH au Petit Bain à Paris le 19 novembre 2019