Audrey Horne - Devil's Bell

Chronique CD album

chronique Audrey Horne - Devil's Bell

Avant de rentrer dans le vif du sujet de cette chronique, permettez-moi une petite anecdote personnelle. Au matin du dimanche 19 juin 2011, je croise un paquet de gueules enfarinées en quête d'un repos mérité après déjà deux jours de Hellfest bien fournis niveau concerts et alcool. Beaucoup me traite de fol car je presse le pas pour rejoindre l'une des deux Mainstage afin de ne pas rater ce deuxième passage d'Audrey Horne sur les terres françaises. Nous ne sommes qu'une poignée, mais grand bien nous a pris. Malgré l'horaire matinal et une date peu favorables, le groupe est à fond dès les premières mesures et nombreux (parmi ces courageux) à penser qu'on a assisté là au meilleur concert de cette édition du festival, malgré sa brièveté (six titres seulement). Tout cela pour dire que depuis la découverte de « Candystore » (No Hay Banda, 2005), je garde une sympathie toute particulière pour Audrey Horne, d'autant plus qu'ils sont originaires de Bergen, et qu'officie dans ses rangs un des gratteux d'Enslaved. Mais rassurez-vous, je ne vais pas pour autant tomber dans le fanboïsme lénifiant. Septième livraison pour les norvégiens, après Blackout en 2018 et un live des plus solides. Trois singles, accompagnés de trois clips, ont précédé, depuis la mi-février, la sortie de Devil's Bell, le titre éponyme, « Danse Macabre » et « Animal ».

 

Ces extraits dévoile une influence d'Iron Maiden, que l'on pouvait déjà sentir auparavant, très présente. Certains indices, pas très discrets, le confirme (un lien avec conquérant mongol serait purement fortuit). Cette impression est renforcée à l'écoute de l'album dans son intégralité : la paire Arve Isdal / Thomas Tofthagen se rapproche de plus en plus de celle formée par Dave Murray et Adrian Smith. En revanche, Toschie ne cherche pas à singer ni Di'Anno ni Dickinson et garde son timbre si particulier, mélodique mais puissant. Devil's Bell est un très bon cru, sans temps morts, chacun des neufs titres est un hit potentiel. Dans son ensemble, la musique du groupe se fait un peu plus sombre qu'elle ne pouvait l'être par le passé, même si on reste quand même dans le domaine du Classic Rock. Le groupe possède toujours cette insolente capacité, à l'apparente facilité, à composer des titres marquants, aux refrains mémorables que l'on se surprend à siffler sous la douche.

 

Fort heureusement, les influences des norvégiens ne se limitent pas au seul sextet anglais, On pourrait citer sans hésiter Kiss, le meilleur de la scène Grunge, ou encore Ozzy. Il fait également preuve d'une grande variété dans son écriture sans jamais se départir de sa classe innée. C'est ainsi que l'on peut enchaîner un « Animal », exécuté pied au plancher, à « From Darkness », qui prend son temps pour se mettre en place et rappelle les ambiances du Rock Prog des années 70, en passant pas un "Toxic Twins" punkisant, qui n'est pas sans rappeler Turbonegro. La basse de Espen Lien est très présente dans le mix, apportant un groove certain. écoutez « Return To Grave Valley », instrumental très maidennien dans sa seconde moitié, pour vous en convaincre.

 

Le groupe ne ménage pas ses efforts, en particulier sur scène, pour défendre becs et ongles sa musique, en laquelle il croit dur comme fer. Je ne sais pas ce qu'il lui manque pour réellement exploser auprès du grand public : un manager mort-de-faim, des clips un peu moins kitschs, , une tournée en tête d'affiche d'une grosse pointure, un musicien célèbre qui porte un de ses T-shirt, ou tout simplement un coup de chance... Mais, en tout cas, ce n'est pas Devil's Bell qui pourrait le freiner dans cette entreprise.

photo de Xuaterc
le 17/05/2022

5 COMMENTAIRES

noideaforid

noideaforid le 20/05/2022 à 13:09:22

J'aime beaucoup Audrey Horne aussi mais moins Iron maiden. Je pense que le paradoxe de leur "non succès" grand public vient de là. D'être bloqué ou catalogué hard rock à la Iron Maiden. Un peu comme the Hawkins. Ce genre de groupe qui plaît à tout le monde mais personne va vraiment se pencher dessus et voir au-delà d'un "bis" groupe culte.

Xuaterc

Xuaterc le 21/05/2022 à 13:46:44

Je comprends ta théorie. Cependant, pour suivre le groupe depuis ses débuts, je n'ai pas l'impression que sur ses premiers albums, il soit si proche que ça d'Iron Maiden. On pourrait reprocher la même chose à Ghost par exemple, avec  Blue Öyster Cult

noideaforid

noideaforid le 24/05/2022 à 16:08:30

Peut être mal formulé ma phrase : je préfère Audrey Horne à Iron Maiden. Et je me souviens des débuts de Audrey Horne, les comparaisons faith no more et Soundgarden. Tout ça en fait pour dire que je rejoins ton avis sur ce groupe ;)

Xuaterc

Xuaterc le 25/05/2022 à 05:46:37

En effet, Audrey Horne est beaucoup moins uni-directionnel que peut l'être Maiden. En tout cas, ça fait plaisir ne croiser autre chose que des troills dans les commentaires

Fred

Fred le 25/05/2022 à 12:18:17

Très bonne chro,pour un album vraiment excellent qui va furieusement squatter la platine. Complètement d'accord sur le fait qu'ils mériteraient une plus grande reconnaissance,après ils ont je pense un auditoire "confidentiel" mais fidèle,d'autant qu'ils ont une discographie sans fautes. Un régal. 

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Soirée FRANKENHOOKER (DEAFHEAVEN + CELESTE + WHISPERING SONS + SLOW CRUSH) le 30 septembre à l'Elysée-Montmartre
  • Seisach' Metal Night #3