Bongzilla - Weedsconsin

Chronique CD album (43:33)

chronique Bongzilla - Weedsconsin

Après 16 ans sans nouvel album (depuis Amerijuanican) et dans un line up resserré à 3 avec Muleboy qui a pris la basse, Dave Collins s'étant retiré, revoilà Bongzilla... Rien qu'à la pochette et la date de sortie (20/04) on aura compris que le centre d'intérêt du groupe n'a pas changé et que c'est toujours l'enfumage de poumons. Tant qu'à revenir le groupe n'a pas fait les choses à moitié puisque outre ce nouvel album, le groupe propose un 7'' Nectar Collector en collaboration avec le brasseur Wake Brewing et une participation aux Doom Sessions, chères à son nouveau label avec Doom Sessions vol 4 en compagnie des Italiens de Tons.

 

Weedsconsin est constitué de 5 titres et d'un interlude... 2 titres très longs et d'autres de longueurs plus raisonnables. Je rassure ses fans Muleboy n'a pas pris de pastilles pour la gorge (et on peut parier sans risque aucun qu'il l'a plutôt beaucoup enfumée depuis 15 ans) et son « chant » est toujours autant de rocailleux.

 

Les 2 premiers titres, « Sundae Driver » et « Free the Weed » sont relativement classiques, lents, ultra lourds et durent un peu plus de 4 min pour le premier et 6 min pour le deuxième. « Space Rock » dépasse les 10 min et est moins lourd que les deux précédents mais avec un côté orageux, la voix n'arrive qu'après 4 min avec un alourdissement et une légère accélération, ce passage chanté est relativement court par rapport à la durée du morceau qui redevient plus lent et s'allège avec une guitare claire. « The Weedeater » est un interlude de 36 s à base de clavier et de batterie avec une voix lointaine. « Earth Bong / Smoked / Mags Bags » est une suite de plus de 15 min avec un début très lent et posé basse-batterie avec une guitare très claire, puis saturation et accélération arrivent, la voix vient après 4 min environ tout ça nous donnant un passage bien nerveux suivi par un long moment instrumental, survient un gros ralentissement pour passage de drone avec une toux virant à l'étouffement en fond... ça accélère ensuite en étant assez lourd mais avec un fond mélodique, on termine par un passage très rythmique avec les percussions de sortie. Le dernier morceau le lent et lourd, « Gummies » est quasiment instrumental avec des rires et conclut bien le disque.

 

Les amateurs de sludge savent probablement à quoi s'en tenir et vont se réjouir du retour du désormais trio.

 

Weedsconsin est disponible en CD digipak et en LP (noir, vert transparent à splatter rouge, vert fluo, face A/B vert fluo/blanc, tribande rouge-noir-vert, effet roue vert fluo-transparent et test-press) ainsi que dans divers lots dont un avec l'intégrale des albums studio du groupe.

photo de Papy Cyril
le 21/04/2021

3 COMMENTAIRES

cglaume

cglaume le 21/04/2021 à 10:06:14

Superbe artwork !

Crom-Cruach

Crom-Cruach le 21/04/2021 à 11:21:40

C'est bien le seul truc de "superbe" dans cet album

sepulturastaman

sepulturastaman le 25/04/2021 à 21:36:40

@ cglaume, je trouve l'artwork beaucoup trop chargé, par contre leur sludge à weed c'est la vie.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

anonyme


évènements

  • Winteriip II - Metal Hardcore Festival à Tours le samedi 18 Décembre 2021